La Région Auvergne-Rhône-Alpes lutte contre la désertification médicale

Conférence de presse, lundi 11 septembre, à l'Hôtel de Région à Clermont-Ferrand sur le thème : "la Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite reconquérir les déserts médicaux". / © M.Morin-France 3 Auvergne
Conférence de presse, lundi 11 septembre, à l'Hôtel de Région à Clermont-Ferrand sur le thème : "la Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite reconquérir les déserts médicaux". / © M.Morin-France 3 Auvergne

La Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite reconquérir les déserts médicaux. Développer les maisons de santé, fixer les jeunes médecins ou encore soutenir l’innovation ... Laurent Wauquiez a présenté, lors d'une conférence de presse lundi à Clermont-Ferrand, les actions menées dans la région. 

Par D.Cros

L’Auvergne-Rhône-Alpes est particulièrement touchée par la désertification médicale. Un médecin sur cinq à plus de 60 ans et de nombreux territoires font face à une pénurie importante en matière d’accès aux soins. "Les déserts médicaux représentent l’un des plus grands défis auquel notre pays devra faire face dans les années à venir. Notre objectif est clair : devenir la première région de France contre la désertification médicale" a déclaré Laurent Wauquiez.

Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a présenté la politique de santé régionale, lundi 11 septembre, lors d’une conférence de presse. Il était accompagné de Martine Guibert, vice-présidente déléguée aux politiques sociales, santé et famille et de Mathias Bernard, Président Université Clermont-Auvergne ainsi que Pierre Clavelou, doyen de la faculté de médecine.


Développer les maisons de santé pluri-professionnelles et des centres de santé


La Région souhaite renforcer l’attractivité des territoires en favorisant l’accès aux soins. Elle soutient le développement des maisons de santé pluri-professionnelles et des centres de santé. Des aides financières sont apportées aux projets situés en zones défavorisées, jusqu’à 200 000 euros en investissement. Cette aide financière régionale a été doublée. L’ambition pour 2017 étant de soutenir au moins trente opérations pour un montant d’environ 6 millions d’euros.
 

Augmentation du nombre et du montant des bourses aux internes en médecine générale


Des bourses sont attribuées aux jeunes professionnels pour les encourager à effectuer leurs stages dans les déserts médicaux du territoire. La Région a augmenté le montant de la bourse aux internes de médecine de 400 à 500 euros ainsi que le nombre de ces dernières de 100/an à 150/an en 2017 soit une augmentation de 50%. Elle bénéficiera aux étudiants inscrits dans les facultés de Grenoble, Lyon, Saint-Etienne et pour la première fois de Clermont-Ferrand.


►Notre reportage, diffusé dans le 19/20 du 11 septembre 2017

Le conseil régional lance des aides pour étudiants en fac de médecine
Intervenants : Martine Guibert, vice-présidente de la région AURA déléguée aux politiques sociales, santé et famille; Pierre Clavelou, doyen de la faculté de médecin de Clermont-Ferrand; Albane Dubien, étudiante en médecine. - France 3 Auvergne-Rhône-Alpes - Reportage :


Fixer les jeunes médecins sur le territoire régional


Actuellement, il existe le Contrat d’engagement de service public (CESP) qui permet aux étudiants en médecine de bénéficier d’une bourse de l’Etat de 1200 euros/mois. En contrepartie, ces derniers s’engagent à servir pour une durée au moins équivalente en zone rurale. La Région vient compléter cette bourse, à hauteur de 300 euros/mois pendant deux ans afin que les étudiants choisissent comme lieu d’exercice une zone en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce dispositif correspond à une aide de 126 000 euros pour la première année puis 252 000€ ensuite, sur la base d’un complément de 300 euros/mois pendant 2 ans attribué à 35 étudiants par an.
 

Soutien à l’innovation


La Région mettra à disposition une somme de 390 000 euros/an pour soutenir les projets permettant de concevoir et d’expérimenter des idées innovantes s’appuyant sur ces fameux outils.

Fonds d’investissement pour les établissements sanitaires situés en zones prioritaires


Avec un budget de l’ordre de 3 millions d’euros pour 2018, ce nouveau dispositif permettra d’acquérir des équipements de pointe pour les établissements sanitaires de la Région. Ce fonds pourrait également financer des travaux de modernisation des structures. Pour être éligibles, les établissements devront être en zone fragile du point de vue de la démographie médicale et doté d’un service d’urgence 24h/24.



Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus