SANTE. Le son compressé : un danger pour nos oreilles ?

Publié le
Écrit par SV avec Maxime van Oudendycke

Le son compressé est aujourd'hui omniprésent mais il pourrait être néfaste pour l'audition. Des chercheurs de la faculté de médecine de Clermont-Ferrand ont mis en évidence chez le cochon d'Inde que ce son provoque une longue fatigue.

Il s’est imposé partout. En voiture, au supermarché, à la maison, au travail. Le son compressé s’échappe de toutes les enceintes, que ce soit à la radio, à la télévision, dans les discothèques ou au travers des ordinateurs. « L’homme est exposé à des sons compressés depuis quelques années », indique Paul Avan, chercheur en biophysique neurosensorielle à la faculté de médecine de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. « Non seulement à cause de la musique que l’on écoute avec des moyens très puissants mais également avec l’avènement des visio-conférences favorisées par le confinement. L’utilisation de la compression est omniprésente. »  

L'absence du silence

Un son compressé est un traitement audio qui sert à niveler les sons forts et les sons faibles. Et qui supprime les silences naturels. Ce que nos oreilles pourraient ne pas apprécier, à en croire une étude menée sur des cochons d'Inde par une équipe de chercheurs de l’INSERM et de la faculté de médecine de Clermont-Ferrand.   « Quand on est exposé à de la musique normale, on récupère extrêmement vite, en 24-48 heures », explique Paul Avan. « Alors que les animaux exposés à de la musique surcompressée disposent d’à peine 50 % de leur force initiale. Donc la fatigue dure au moins une semaine. » Pour les chercheurs clermontois, c’est inquiétant car le temps de cette fatigue, les animaux sont moins à même de résister aux agressions auditives du quotidien.  

Pour mettre cela en évidence, des groupes de cochons d'Inde ont été exposés à quatre heures de musique. Ils ont écouté en boucle le titre I miss you de la chanteuse américaine Adele. Soit l'enregistrement original, soit sa version très compressée. Et cette musique traitée sollicite en continue les oreilles. « Il n’y a jamais de repos sur un intervalle de 5 min », continue le docteur Paul Avan. « Pratiquement aucun silence dans aucune bande de fréquence, ce qui veut dire qu’on est à fond tout le temps. »

 

durée de la vidéo: 01 min 59
Des chercheurs clermontois étudient les effets des sons compressés sur l'audition. ©M. van Oudendycke / A. Martinez / France 3 Auvergne

Quel effet sur l'audition ?

Les chercheurs tentent désormais de savoir si cette exposition pourrait être à l'origine de troubles durables. Et notamment chez l’homme. Mais pour le moment, ils se concentrent sur les cochons d’Inde qui ont une audition proche de celle humaine. « Au niveau des tissus, nous allons évaluer à l’aide de marqueurs spécifiques si les cellules de l’organe de l’audition de l’oreille interne sont connectées ou déconnectées des neurones », détaille Pierrick Bordiga, chercheur en biophysique neurosensorielle à la faculté de médecine de Clermont-Ferrand. « Dans le cas où nous observerions une déconnexion, il a déjà été montré que les neurones dégénèrent et qu’on a des pertes auditives permanentes à la suite de ce type d’exposition. »

Pour ces chercheurs, il est grand temps de prendre conscience des éventuels inconvénients du son compressé. Car il est possible de s’en passer. « Il existe des moyens de traiter le son qui sont respectueux des pauses naturelles que le son comporte habituellement », conclut le docteur Paul Avan.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité