Saut à la perche : Renaud Lavillenie "content que ce soit Duplantis qui batte son record," estime Philippe d'Encausse

Le record de saut à la perche établi par Renaud Villanie en 2014 a été surpassé par le Suédois Armand Duplantis, ce 8 février à Toruń (Pologne), grâce à un saut à 6,17 m. "Je pense que ça lui enlève un poids, il sera plus serein pour les J.O. de Tokyo," estime Philippe d'Encausse, le coach du Cler

Philippe d'Encausse et Renaud Lavillenie, ici à l'Open d'athlétisme de Tignes (Savoie), en janvier 2018.
Philippe d'Encausse et Renaud Lavillenie, ici à l'Open d'athlétisme de Tignes (Savoie), en janvier 2018. © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Ce 8 février, Armand Duplantis a effacé des tablettes le record du monde détenu depuis 6 ans par Renaud Lavillenie. Au concours de Toruń, en Pologne, le Suédo-américain de 20 ans a réussi un saut à 6,17 m, dépassant ainsi d'un centimètre la performance de son mentor, qui avait lui même battu en février 2014 celui de Sergueï Bubka (6,15 m en 1993).

Lavillenie, lui-même en concours à Rouen, n'a pas réussi à franchir une seule barre (trois échecs à 5,64 m). "Ça fait deux ans que je sais qu'il a le potentiel. Maintenant les records sont faits pour être battus, j'ai eu l'honneur de l'avoir pendant six ans, je n'ai pas à être déçu. Il a tout le temps devant lui pour sûrement faire mieux, c'est beau", a réagi le licencié du Clermont athlétisme auvergne au micro de RMC Sports.

 
 

"Ça lui fait plaisir que ce soit le petit qui le batte"

Proche du clan Lavillenie, Armand Duplantis est venu plusieurs fois à Clermont-Ferrand partager des séances avec le Français. "Renaud est content que ce soit lui qui batte son record. C'est fait à présent, il passe à autre chose, assure Philippe d'Encausse, le coach de l'ex-recordman.

"Je pense que ça lui enlève un poids. Ça lui permet de se tourner vers son grand objectif de fin de carrière que sont les Jeux de Tokyo, où il sera compétitif. Et puis on sait pertinamment que ce n'est pas le champion du monde en titre qui gagne, donc ça lui permet de se concentrer sereinement là-dessus," ajoute l'entraîneur, qui n'exclue pas que Renaud Lavillenie, à près de 34 ans, reprenne un jour son record.

 
durée de la vidéo: 03 min 37
Philippe d'Encausse, coach de Lavillenie : "Il est content que ce soit Mondo qui batte son record" ©France 3 Auvergne-Rhône-Alpes


Renaud Lavillenie avait lui battu le record à Donetsk (Ukraine) devant le "tsar" Sergei Bubka et devait espérer secrètement que Duplantis en fasse de même à Clermont-Ferrand le 23 février lors du All star perche, compétition organisée par ses soins.

"On a échangé depuis une semaine, je lui disais en rigolant « attends que je fête mon 6e anniversaire [de son record, NDLR], après tu as le champ libre »", a indiqué Lavillenie.
 

Un profil semblable à Lavillenie

"C'est quelque chose que je voulais depuis que j'ai trois ans, a confié Duplantis après son exploit. C'est une année très importante (avec les Jeux de Tokyo), c'est une bonne façon de la débuter."

Né et élevé aux Etats-Unis, mais portant les couleurs du pays de sa mère, la Suède, en compétition internationale, Duplantis partage de nombreux points communs avec Renaud Lavillenie.

Comme le champion olympique 2012, il possède un sautoir dans le jardin familial - depuis 16 ans ! - et a baigné dans ce milieu de voltigeurs depuis toujours : son père et entraîneur détient un record à 5,80 m, et sa petite soeur et l'un de ses grands frères sont aussi perchistes. Comme Renaud Lavillenie, Armand Duplantis est fin et doté d'un gabarit plutôt "léger" (1,81 m) pour ce sport qui allie puissance et vitesse pour plier la perche et se faire propulser au-dessus des barres.

Le Suédois s'est toutefois épaissi depuis son explosion en 2017 (5,90 m à seulement 17 ans), sous les conseils de sa mère, ex-heptathlète, qui est sa préparatrice physique. Dès sa barre franchie samedi, "Mondo" s'est précipité dans les gradins de Torun pour étreindre sa maman.

 
 

Un garçon pressé

Mais "Mondo" Duplantis, qui avait failli effacer 6,17 m dès le 4 février à Düsseldorf (Allemagne), a toujours été un garçon pressé. Détenteur de nombreux records du monde non officiels dans les catégories de jeunes, il était devenu champion d'Europe senior à seulement 18 ans à Berlin en août 2018 au terme d'un concours fantastique (6,05 m).

  (Ci-dessus) À Dusseldorf le 4 février, Armand Duplantis rate de peu le record du monde


"Sa force principale, c'est qu'il va très très vite, a expliqué à l'AFP l'ex-entraîneur de Renaud Lavillenie Damien Inocencio. Il a des qualités naturelles par rapport à ça. Il fait la bonne taille (1,81 m), c'est aussi un vrai compétiteur avec une grosse force mentale."

"Il est aussi teigneux. C'est le plus jeune des trois fils (il a une petite soeur), il jouait à la perche contre ses frères dans le jardin et n'acceptait pas de perdre, détaille celui qui entraîne désormais plusieurs des meilleurs perchistes chinois et connaît la famille Duplantis depuis 18 ans. Il est adorable mais il pleurait des défaites contre ses frères! Il a cette âme de champion," ajoute l'entraîneur.
 

Un nouveau record en salle pour les États-Unis

En octobre dernier, à l'issue d'une saison où il avait franchi plusieurs fois la marque mythique des 6 mètres, Armand Duplantis était devenu vice-champion du monde à Doha (Qatar) avec un saut à 5,97 m, battu par l'Américain Sam Kendricks.

Kendricks a d'ailleurs immédiatement réagi au record en passant 6,01 m à Rouen ,quelques heures plus tard pour établir un nouveau record des États-Unis en salle (il a déjà passé 6,06 m en plein air). À un peu plus de cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo, Duplantis s'est posé ce 8 février comme le grand favori pour le titre suprême.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
renaud lavillenie athlétisme sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter