• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Vente du muguet le 1er mai : ce qu’il faut savoir

Si vous comptez vendre du muguet le 1er mai, attention ne pas ajouter de fleurs supplémentaires dans les bouquets. / © MYCHELE DANIAU / AFP
Si vous comptez vendre du muguet le 1er mai, attention ne pas ajouter de fleurs supplémentaires dans les bouquets. / © MYCHELE DANIAU / AFP

Le 1er mai approche et les vendeurs vont fleurir les rues des villes et des villages. Mais attention, il y a des règles bien spécifiques à respecter avant de s’installer. Voici un petit aperçu de cette réglementation qui n'est pas soumise à autorisation pour l'occasion. 
 

Par Aurélie Albert

Le temps d’une journée, le 1er mai exclusivement, chacun et chacune va pouvoir devenir vendeur de muguet sur la voie publique. Attention, quelques règles sont à respecter, même si cette vente n’est soumise à aucune autorisation préalable. 
Encadrée par les mairies, la vente de muguet doit respecter une réglementation générale fixée par le ministère de l'Intérieur
Il faut vendre uniquement du muguet sauvage cueilli dans les bois. Seuls les professionnels peuvent acheter du muguet cultivé par des producteurs. 
Il faut que ce soit dans des proportions raisonnables, en petite quantité
 

Et du côté des fleuristes ? 

Sur la mise en forme de votre cueillette : il ne faudra pas ajouter d’autres fleurs dans les bouquets et ne pas leur mettre un emballage. C’est le rôle des fleuristes de faire des bouquets.
Et justement, pour parler des fleuristes, il est interdit de s’installer à proximité d’un fleuriste : généralement, il faut se placer à 40 mètres minimum, mais dans certains cas la distance peut aller jusqu’à 150 mètres dans certaines municipalités. 
Une réglementation qui n'est pas toujours respectée, comme l’attestent certains fleuristes à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. « Même si nos clients sont habitués à venir en boutique, il y a beaucoup de vendeurs qui s’installent très près des fleuristes. 80 % des vendeurs à la sauvette, selon moi, mettent aussi des emballages ou d’autres fleurs dans leur bouquet. Et lorsqu’on appelle le commissariat, ils nous disent que c’est autorisé le 1er mai », explique un vendeur du Marché aux fleurs à Clermont-Ferrand. 

Il ne faut pas utiliser de tables, tréteaux ou chaises permettant de matérialiser le point de vente. Et attention, il s’agit de ne pas constituer un danger ou une gêne pour les piétons et les véhicules
Les risques encourus pour les vendeurs qui ne respecteraient pas par les règles ci-dessus seraient passibles de 15 000 euros d’amende. 
Chaque année, en moyenne, 75 millions de brins de muguet sont vendus en France.

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : comment la croix d'un cimetière fait capoter un projet de panneaux solaires

Les + Lus