VIDEO. Puy-de-Dôme : une Auvergnate en finale des championnats de France du dessert

Ancienne élève du lycée hôtelier de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, l’Auvergnate Lou Levasseur disputera, les 6 et 7 octobre prochains, la finale des championnats de France du dessert. Ce jeudi 1er octobre, elle est retournée dans son ancien lycée pour un entraînement en conditions réelles.
L'Auvergnate Lou Levasseur, ancienne élève du lycée hôtelier de Chamalières, présentera son dessert lors des championnats de France du dessert les 6 et 7 octobre prochains.
L'Auvergnate Lou Levasseur, ancienne élève du lycée hôtelier de Chamalières, présentera son dessert lors des championnats de France du dessert les 6 et 7 octobre prochains. © M.Van Oudendycke/FTV
L’Auvergnate Lou Levasseur, 21 ans, ancienne élève du lycée hôtelier de Chamalières (Puy-de-Dôme), fait partie des 8 finalistes des championnats de France du dessert. L’épreuve aura lieu les 6 et 7 octobre, à Rouen. Pour tenter de surpasser ses rivaux, Lou Levasseur a dû imaginer de toutes pièces un dessert original et parfumé. Sa création a été réfléchie et travaillée pendant des semaines : "Ananas poivré dans ses racines auvergnates". Pour préparer une autre épreuve, elle devra également composer un dessert à partir d’ingrédients imposés. En 4h30, Lou Levasseur va sortir 10 assiettes de chacun de ses desserts, un exercice, similaire à ce qui l'attend au championnat de France. A 10h10 ce jeudi 1er octobre, le top est lancé : « Sur le panier (le dessert aux ingrédients imposés NDLR), je vais partir sur des saveurs un peu automnales avec le cassis, le marron et une note chocolatée pour apporter un peu plus de gourmandise. Je vais aussi préparer le dessert de sélection autour de l’ananas, la gentiane et les agrumes asiatiques », explique Lou Levasseur.

Imaginer un dessert en 20 minutes

Le panier, elle n'a eu que 20 minutes pour l'imaginer, le composer, le dessiner à partir de produits découverts le matin même. Pour sa création, les ingrédients ont été préparés à l'avance, pesés au gramme près pour que la recette soit parfaite. Cette épreuve est un double défi où les préparations et les cuissons s'entremêlent. « Je dois gérer les 2 desserts en même temps, en étant à côté du commis pour lui expliquer certaines choses et en faisant, moi, mon dessert à côté. Il faut savoir tout gérer en même temps, voir 5 préparations en cuisson et savoir quel temps donner à chacune. C’est vrai que c’est assez compliqué de tout gérer et, en fin de journée, on est bien fatigué », affirme Lou Levasseur. Comme elle, les autres candidats ont présenté un dessert de sélection, partagés sur la page Facebook du concours :

[CONCOURS 2020] : Les desserts de sélection des juniors ! Paolo Navarro - Gauthier Caloin - Maxime Chollet - Lou Levasseur - Julian Lalevée - Léa Missud - Zachary Lebel

Publiée par Championnat de France du Dessert sur Lundi 7 septembre 2020

Un commis rencontré le jour-même

Ce jeudi, elle peut compter sur Léandre pour lui venir en aide. C'est son commis du jour. Le duo est éphémère, composé uniquement pour l'exercice. Lors du concours, ce sera pareil : son soutien sera tiré au sort parmi des inconnus, alors, l'alchimie doit se faire rapidement : « J’ai pris le parti de lui laisser des responsabilités et de le laisser en quasi autonomie sur le dessert panier quitte à lui montrer des choses pendant la préparation comme ça on reste sur ce côté pédagogique. C’est vrai que quand on a eu l’habitude de travailler seul, déléguer des responsabilités ça peut être compliqué, mais pour l’instant ça se passe très bien », se réjouit Lou Levasseur.
durée de la vidéo: 04 min 10
Puy-de-Dôme : une Auvergnate en finale des championnats de France de desserts ©M.Van Oudendycke/S.Trentesaux/G.Malfray

Un coach présent mais discret

Pendant l'exercice, son coach et ancien professeur Patrick Munch garde ses distances. Il surveille d'un œil aiguisé, mais pour la mettre en condition, il ne lui fera ses remarques qu'à la fin du temps imparti : « Il faut rester un peu dans la discrétion, la conseiller sur des étapes techniques mais sans la déstabiliser. Elle sait ce qu’elle a à faire. Dans les premiers entraînements, j’étais plus présent, mais là elle doit être en autonomie. Après, on va débriefer sur l’entraînement du jour, surtout sur le dessert panier pour voir si elle a été dans le thème et si elle a bien su accorder les produits entre eux », explique son coach.

Préparée pour gagner

Lou Levasseur a déjà tous les ingrédients pour être une championne : la passion, venue de sa grand-mère avec qui elle faisait des gâteaux plus jeune ; la technique, acquise au lycée hôtelier et lors de stages ; et le mental, taillé pour le concours : « On est plus performant, plus concentré, plus alerte, donc il faut vraiment espérer avoir cette niaque et on va l’avoir. Il faut rester concentré et, si tout se passe bien, j’espère au minimum un podium. De toute façon, je ne suis pas venue pour rien. On vient pour remporter quelque chose, c’est le but », déclare la jeune Auvergnate. Pour cela, Lou Levasseur devra garder la tête froide et s'appliquer à sortir ses plus belles assiettes, les plus goûteuses et les plus équilibrées. Face aux 7 autres finalistes venus de toute la France, il ne suffira pas d'être excellente, il faudra être la meilleure.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture