Confinement : dans le Puy-de-Dôme, les grands excès de vitesse en très forte hausse

Dans le Puy-de-Dôme, la gendarmerie a constaté une forte hausse des grands excès de vitesse par rapport à 2019, une hausse qui peut s’expliquer par le confinement et le sentiment d’être seul sur la route. Depuis le début du confinement, les grands excès de vitesse ont bondi de 125%.

Dans le Puy-de-Dôme, les grands excès de vitesse sont en nette augmentation par rapport à l'an dernier.
Dans le Puy-de-Dôme, les grands excès de vitesse sont en nette augmentation par rapport à l'an dernier. © DENIS CHARLET / AFP
Excès de vitesse, défauts de permis de conduire, depuis le 1er confinement, sur les routes du Puy-de-Dôme, les infractions au code de la route sont en hausse, comme l’a constaté la gendarmerie. Cette nette augmentation pourrait être liée aux confinements : « On a constaté un relâchement au premier confinement et qui a perduré tout l’été. Il se constate encore aujourd’hui, sur la période du deuxième confinement. Du 30 octobre au 19 novembre, on compte 301 excès de vitesse contre 292 l’an dernier, en sachant qu’il n’y a pas eu de vacances scolaires sur cette période et que les gens étaient confinés le 11 novembre, qui est habituellement une période de forte activité », précise Vincent Wachala capitaine de l’escadron départemental de la sécurité routière du Puy-de-Dôme. Pour les grands excès de vitesse, on en compte 72, contre 32 en 2019 (+125%) et les très grands excès de vitesse sont au nombre de 25 contre 4 en 2019 (+525%). « On a un temps extrêmement doux par rapport aux mois de novembre habituels. Il y a aussi une tendance de confinement qui fait que les gens se croient seuls sur la route et ils profitent de la baisse de fréquentation des routes pour accélérer », constate Vincent Wachala. Les conducteurs en infraction sont principalement des hommes.

Une hausse de 65%

Depuis le 1er janvier 2020, au total, plus de 19 270 usagers ont été verbalisées, ce qui correspond à une augmentation d’environ 6% par rapport à 2019. « Ce n’est pas vraiment parlant. Là où ça l’est, c’est surtout sur la vitesse. Les excès de vitesse supérieurs à 40 km/h avec rétention immédiate du permis de conduire, on est à 1036, c’est 65% de plus que l’an dernier où on était à 627», dénonce le capitaine Wachala. Ceux qui dépassent les 50 km/h et peuvent impliquer une confiscation du véhicule sont au nombre de 319 au lieu de 186, soit une augmentation de 71%. « C’est le fait de chauffards, c’est une contravention de 5ème classe, ce sont des délits qui peuvent entraîner une peine de prison », rappelle Vincent Wachala. Au total, les excès de vitesse représentent 5 949 infractions relevées en 2020 contre 5 019 l’année précédente, soit une augmentation de 18%.

Des infractions meurtrières

Le point positif de ce confinement est la baisse des conduites en état d’ivresse : 14 infractions constatées ce mois-ci, contre 58 à la même période en 2019. Cependant, pas de quoi se réjouir selon le capitaine Wachala, qui rappelle les risques de la conduite en excès de vitesse : « Pour soi-même, ça veut dire le décès presque certain en cas d’accident, d’autre part c’est la perte de contrôle qui va engendrer des blessures graves voire des morts en cas de collision avec des piétons ou d’autres usagers de la route qui arrivent en face. » En cas de collision par l’arrière du véhicule qui précède, à 140 km/h au lieu de 90 km/h, le choc risque de causer la mort du conducteur, mais aussi des occupants de l’autre voiture. « On risque l’homicide involontaire. Même s’il n’y a pas de blessés, on peut relever la mise en danger de la vie d’autrui. Ces grands excès de vitesse, ce n’est pas par inadvertance, ce n’est pas possible. On est sur une tendance à s’affranchir volontairement des règles de vitesse », regrette Vincent Wachala. Ces grands dépassements des limitations de vitesse se font bien souvent sur le réseau secondaire, le plus meurtrier.  

Des infractions cumulées 

Malgré tout, surtout chez les jeunes gens en période probatoire, les infractions sont souvent cumulées : « On a affaire à des cumuls, des gens qui conduisent alcoolisés, en excès de vitesse voire grand excès de vitesse, sans attestation COVID 19, qui s’affranchissent complètement des règles élémentaires. Bien qu’on ressente une baisse du trafic, on n’a pas moins d’infractions », explique Vincent Wachala. Sur la période du confinement, depuis le 30 octobre, plus de 1 000 infractions ont été recensées par les gendarmes. A noter que ces statistiques ne concernent pas l’agglomération de Clermont-Ferrand (en zone police) à l’exception de certaines portions autoroutes A 71, A 710 et A 711.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité