Puy-de-Dôme : un automobiliste flashé à 217 km/h sur l’autoroute

Pour le dernier week-end de février, les gendarmes du Puy-de-Dôme ont relevé 226 infractions et ont suspendu 33 permis de conduire. Un automobiliste de 23 ans a été contrôlé alors qu’il roulait sur l’A 89 à 217 km/h au lieu de 130 km/h.

Le week-end des 27 et 28 février, les gendarmes du Puy-de-Dôme ont suspendu 33 permis de conduire. Photo d'illustration.
Le week-end des 27 et 28 février, les gendarmes du Puy-de-Dôme ont suspendu 33 permis de conduire. Photo d'illustration. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le week-end des 27 et 28 février a encore été riche en activité pour les gendarmes du Puy-de-Dôme. Ils ont relevé 226 infractions routières en l’espace d’un week-end et ont procédé à la suspension de 33 permis de conduire. Ils ont relevé 8 délits de conduite sans permis, 3 délits de conduite après usage de stupéfiants et 8 infractions de conduites sous l’empire d’un état alcoolique.

20 grands excès de vitesse

Pas moins de 20 grands excès de vitesse, c’est-à-dire supérieurs à 40 km/h par rapport à la vitesse autorisée, ont été mesurés. Parmi eux, dimanche 28 février, sur l’A 89, à 17h45, les gendarmes du peloton motorisé de Bromont-Lamothe ont intercepté un homme de 23 ans au volant d’une Audi. Les gendarmes ont relevé une vitesse de 217 km/h (206 km/h retenus) alors que la vitesse maximale est limitée à 130 km/h. Son permis lui a été immédiatement retiré. Les gendarmes précisent : « Le véhicule, ne lui appartenant pas, a été repris par une tierce personne ».

Des accidents en hausse par rapport à 2020

Les gendarmes rappellent que le nombre d’accidents sur les routes du Puy-de-Dôme, en zone gendarmerie, a augmenté de 27 % depuis le début de l’année par rapport à 2020. Pas moins de 5 personnes sont décédées. Les gendarmes indiquent : « Les causes principales d'accidents sont directement liées aux vitesses excessives, aux alcoolisations, à des dépassements ou refus de priorité dangereux et enfin aux distracteurs à la conduite. Sur ce dernier point, nous rappelons que l'usage d'un smartphone tenu en main est interdit en conduisant, même hors communication téléphonique ». Le week-end précédent, le gendarmerie avait déjà procédé au retrait de 30 permis de conduire dans le Puy-de-Dôme.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité routière société sécurité