Puy-de-Dôme : dans les Combrailles, on fabrique aussi des cornemuses

Installé dans les Combrailles, dans le Puy-de-Dôme, Raphaël Jeannin est facteur de cornemuses depuis 6 ans. / © Yann Fournier-Passard / France 3 Auvergne
Installé dans les Combrailles, dans le Puy-de-Dôme, Raphaël Jeannin est facteur de cornemuses depuis 6 ans. / © Yann Fournier-Passard / France 3 Auvergne

Raphaël Jeannin est facteur de cornemuses depuis 6 ans dans les Combrailles, dans le Puy-de-Dôme. Depuis son atelier, il vend ses instruments dans toute l’Europe.
 

Par C.L avec Christian Lamorelle

Originaire de la région lyonnaise, Raphaël Jeannin s’est installé dans les Combrailles, à La Vareille, dans le Puy-de-Dôme, il y a 6 ans. Il exerce un métier que seulement 5 artisans partiquent en Auvergne : il est facteur de cornemuses. Les instruments sont principalement faits de bois et de cuir. L’artisan explique : « C’est du cuir de vache que l’on découpe et que l’on coud. Il y a une couture sous le galon, pour qu’elle soit étanche. Il y a ensuite les bois pour le bourdon et le hautbois. Les bois utilisés sont le cormier, le buis pour le hautbois, l’ébène. Pour les bagues, on a de la corne, qui peut être noire, plus claire pour d’autres instruments, ou alors de l’imitation d’ivoire appelée ivoirine ».

Un métier appris de façon autodidacte

A l’origine joueur de cornemuse, Raphaël a appris le métier de façon autodidacte puisqu’il n’existe pas de formation spécifique. Il raconte son parcours : « J’ai passé un CAP d’ébéniste, et ensuite un CAP de tourneur sur bois, puis je me suis lancé tout seul en observant les instruments qui existaient déjà, en essayant d’avoir le maximum d’informations auprès des fabricants déjà installés ». Outre la fabrication, Raphaël fait de la recherche, dans les musées ou chez des musiciens qui ont des instruments anciens afin d'améliorer la sonorité des siens.
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

RIC

Les + Lus