Puy-de-Dôme : un homme retrouvé mort à Ambert, la piste criminelle privilégiée

Dimanche 9 septembre, vers 17 heures, des pompiers ont découvert le corps sans vie d'un trentenaire dans un appartement d'Ambert, dans le Puy-de-Dôme. L'hypothèse d'un homicide est privilégiée, puisque le corps compte de nombreuses blessures. / © O. Martinet / France 3 Auvergne
Dimanche 9 septembre, vers 17 heures, des pompiers ont découvert le corps sans vie d'un trentenaire dans un appartement d'Ambert, dans le Puy-de-Dôme. L'hypothèse d'un homicide est privilégiée, puisque le corps compte de nombreuses blessures. / © O. Martinet / France 3 Auvergne

Le corps sans vie d'un trentenaire a été retrouvé dans un appartement d'Ambert, dans le Puy-de-Dôme, le dimanche 9 septembre. Le cadavre comptait plusieurs blessures probablement causées par arme blanche. La piste de l'homicide est privilégiée.

Par Arthur Carpentier

Un homme d'une trentaine d'années a été retrouvé mort dimanche 9 septembre, peu après 17 heures, dans un immeuble de l'avenue Georges-Clémenceau, à Ambert, dans le Puy-de-Dôme.

Des pompiers l'ont découvert alors qu'ils procédaient à une visite d'inspection des appartements. Suite à un incendie qui avait ravagé le bâtiment contigu la veille, ils devaient s'assurer que ni le feu, ni leur intervention, n'avaient causé de dégâts. Les soldats du feu avaient déjà réalisé une première tournée d'inspection des logements dans la matinée, vers 10 heures. Le corps ne s'y trouvait pas encore.

Selon le procureur de la République, Eric Maillaud, qui confirme l'information révélée par La Montagne, l'hypothèse criminelle est privilégiée. Le corps - qui reste à identifier - compte plusieurs plaies, probablement dues à une arme "type couteau ou tournevis". Une autopsie doit être réalisée dans l'après-midi du 10 septembre au CHU de Clermont-Ferrand, pour établir avec certitude la cause du décès.

Dans la soirée du dimanche, le locataire de l'appartement a été appréhendé à l'extérieur, non loin de la scène de crime, et placé en garde à vue. Selon le Procureur, il était surexcité et dans un état d'ivresse avancé. Au point d'être toujours trop alcoolisé en milieu de journée, le lendemain, pour être interrogé. Il avait en sa possession un objet susceptible d'avoir servi au crime. Les résultats de l'autopsie et son interrogatoire devraient permettre de lever le voile sur ce drame.

Sur le même sujet

Interview de Me André Buffard

Les + Lus