Puy-de-Dôme : lors d’un feu dans un hangar, les pompiers découvrent 17 bouteilles de gaz et des pneus enflammés

A Gerzat (Puy-de-Dôme), alors qu’ils intervenaient sur un feu de hangar lundi 3 août, les pompiers ont eu une mauvaise surprise. A l’intérieur du bâtiment, des pneus enflammés étaient disposés autour de 17 bouteilles de gaz. Aucun pompier n’a été blessé, une plainte a été déposée.

Les pompiers du Puy-de-Dôme on évité le drame de justesse lundi 3 août : alors qu'ils intervenaient sur un feu de hangar, celui-ci contenait des bouteilles de gaz.
Les pompiers du Puy-de-Dôme on évité le drame de justesse lundi 3 août : alors qu'ils intervenaient sur un feu de hangar, celui-ci contenait des bouteilles de gaz. © N.Hugot / FTV
A Gerzat, dans le Puy-de-Dôme, alors que les pompiers intervenaient sur un feu de hangar lundi 3 août un peu avant 7 heures du matin, ils ont entendu deux explosions à la suite. Lors de leur entrée dans le bâtiment, ils ont découvert des pneus enflammés, disposés autour de bouteilles de gaz. Pour Stéphane Naël, président de la fédération des sapeurs-pompiers du Puy-de-Dôme, la thèse de l’accident est difficilement plausible : « Des pneus en feu et 17 bouteilles de gaz, ça peut difficilement être un hasard, c’est forcément intentionnel. Peut-être que le but était de détruire le bâtiment, il est encore trop tôt pour affirmer qu’il y avait une volonté de blesser ou tuer mes collègues, mais c’est sûr que les individus qui ont fait ça savaient que ça allait mettre en danger les pompiers. » Une plainte a été déposée par le SDIS 63 pour mise en danger de la vie d’autrui et incendie volontaire. La mairie de Gerzat a également décidé de déposer plainte.

"On aurait pu facilement perdre 4 ou 5 collègues"

Par chance, lors des explosions, les pompiers venaient seulement d’arriver sur place et aucun n’a été blessé. Surpris par la nature du combustible, ils ont cependant réussi à circonscrire le sinistre et à refroidir les bouteilles : « Je tiens à souligner le professionnalisme et la réactivité de mes collègues, qui ont su gérer cette situation. C’est grâce à ça que le pire a pu être évité. On aurait pu facilement perdre 4 ou 5 collègues, c’est dur psychologiquement quand on pense à ça. Il y a beaucoup de colère et de dégout », explique Stéphane Naël.

Une enquête en cours

En effet, les pompiers ont le sentiment que, ces derniers temps, les violences à leur égard se multiplient. « On est des pères et des mères de famille, on fait le choix de risquer nos vies pour sauver les gens, pas pour que des nigauds s’amusent à faire ce genre de choses », dénonce Stéphane Naël. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cet incendie. « Pour l’instant, la piste criminelle est envisagée, mais les faits sont encore trop récents pour se prononcer définitivement », indique le parquet de Clermont-Ferrand. L’enquête a été confiée à la brigade de sûreté départementale.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers justice pompiers