Puy-de-Dôme : "La pauvreté est en train de gagner du terrain», Nicole Rouvet, responsable du Secours Populaire

« La pauvreté est en train de gagner du terrain » a estimé Nicole Rouvet, responsable du Secours Populaire Français du Puy-de-Dôme, dans le cadre de "l'Interview du jeudi » sur France 3 Auvergne. Extraits choisis

 
Nicole Rouvet, responsable du Secours Populaire Français dans le Puy-de-Dôme
Nicole Rouvet, responsable du Secours Populaire Français dans le Puy-de-Dôme © A.Rozga/France3 Auvergne
Dans le cadre de "l'Interview du jeudi" sur France 3 Auvergne, la responsable du Secours Populaire Français dans le Puy-de-Dôme n'a pas mâché ses mots ! Avec le franc-parler qui la caractèrise, Nicole Rouvet a d'emblée déploré les derniers résultats 2019 du Baromètre Ipsos/Secours Populaire Français sur la perception de la pauvreté.


Une précarité qui fait peur 


« 18% des Français vivent à découvert, 6% craignent de basculer dans la précarité et dans le même ordre d’idées 54% des Français ont connu ou craignent de tomber dans la précarité, ces deux chiffres à eux seuls montrent bien comment la pauvreté dans ce pays est en train de gagner du terrain » a commenté la responsable du Secours Populaire Français dans le Puy-de-Dôme.
Dans le Puy-de-Dôme, le Secours Populaire Français a accueilli l’année dernière, environ 16 000 personnes. « Ils viennent pour toutes sortes de solidarités Ce sont tous globalement des allocataires du Rsa. Ceux que nous voyons de plus en plus, ce sont les victimes dont on parle, les enfants ».

Selon le baromètre Ipsos/Spf, les Français considèrent qu’une personne est pauvre quand elle a un revenu mensuel inférieur à 1193 euros, un chiffre en hausse de 75 euros par rapport à l’an dernier.

Education et inégalités des chances


Interrogée sur l’égalité des chances à l’école et la disparité des ressources des élèves, elle considère "injuste que dès le premier enfant on n’ait pas les allocations familiales et je trouve tout aussi injuste quand votre enfant continue ses études et quand il est majeur, il ne puisse pas continuer à toucher cette aide ». Nicole Rouvet, juge l’allocation de rentrée scolaire « insuffisante », pour preuve avance-t-elle « nous venons de faire en juillet-août des collectes de fournitures scolaires. Nous venons de faire avant la rentrée scolaire une grande braderie, c’est plus de mille personnes qui sont venues s’approvisionner ».


Ventre creux n'apprend pas !


Aujourd’hui plus d’1 enfant sur 10 en réseau d’éducation prioritaire (Rep, Rep +) arrive à l’école sans avoir déjeuné le matin. Le Gouvernement a lancé en avril dernier les déjeuners gratuits, une expérience qui devrait être généralisée à partir de septembre. L’association caritative, envisage de s’engager sur cette voie. « Ça prouve aussi comment la pauvreté avance dans ce pays, les modes de vie ont changé aussi c’est vrai, mais il faut que tous les enfants puissent avoir le ventre plein quand ils vont à l’école. On est en train de réfléchir pour pouvoir mettre dans les paniers alimentaires, des produits qui serviront pour les petits déjeuners, par exemple de la compote du lait, des gâteaux ».

Nicole Rouvet n’a pas manqué de remercier « les Français, les Auvergnats qui sont très généreux » tout en soulignant que « par rapport à cette montée de la misère, on a besoin de fonds trébuchants et sonores, beaucoup même ! »  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société