Puy-de-Dôme : des travaux débutent suite à l’éboulement d’une falaise à La Roche-Blanche

Mercredi 8 janvier, des experts sont sur place à La Roche-Blanche, dans le Puy-de-Dôme, afin de protéger une zone contre les éboulements. / © Pascal Franco / France 3 Auvergne
Mercredi 8 janvier, des experts sont sur place à La Roche-Blanche, dans le Puy-de-Dôme, afin de protéger une zone contre les éboulements. / © Pascal Franco / France 3 Auvergne

Mercredi 8 janvier, à La Roche-Blanche, dans le Puy-de-Dôme, les travaux de sécurisation ont commencé. Fin décembre, un arrêté d’évacuation avait été pris : il concernait 17 familles qui habitaient en contre-bas d’une falaise qui menaçait de s’écrouler.
 

Par C. L avec Pascal Franco

Depuis mercredi 8 janvier à La Roche-Blanche dans le Puy-de-Dôme, au sud de Clermont-Ferrand, des experts d’un bureau d’hydrogéologie sont en train de matérialiser où pourront être installées les futures protections contre les éboulements. Vendredi 20 décembre, Gérard Vialat, maire de La Roche-Blanche, avait pris un arrêté d’évacuation qui concernait 17 familles qui habitaient en contre-bas d’une falaise surplombant la ville. En août 2019, une partie importante de cette falaise s’était effondrée. Dans un communiqué de presse du 20 décembre, la préfecture du Puy-de-Dôme indiquait : "Suite à l’effondrement le 1er août dernier d’une partie importante de cette falaise, la commune a effectué des démarches pour faire analyser en détails la solidité de cet édifice calcaire de 200 mètres de long percée de grottes troglodytes. Les experts mandatés ont commencé leurs travaux lundi 16 décembre et ont, dès le lendemain, identifié une faille importante dans la falaise susceptible de provoquer à court terme, l’éboulement de presque 2000 mètres cubes de roches".

Des travaux rapides

Les protections prévues par les experts sont deux énormes écrans métalliques fait avec du matériel spécialement fait pour empêcher les sous-marins d’approcher des installations portuaires. Il y aura un premier écran de 45 mètres de long sur 9 mètres de haut, ancré au pied de la falaise. Un second sera posé un peu plus bas en direction des habitations. Il fera 120 mètres de long sur 6 mètres de haut. Le coût total de l’opération s’élève à environ 600 000 euros, financés en partie par l’Etat et par la commune. L’objectif est d’aller vite : les travaux devraient durer 3 semaines. La municipalité souhaite que les habitants regagnent leurs maisons d’ici la fin du mois de janvier, au maximum mi-février.

Sur le même sujet

Les + Lus