Procès Bellanger aux Assises du Puy-de-Dôme : 8 ans de prison et 12 ans de réclusion criminelle requis

A Riom, le procès Bellanger se poursuit ce jeudi 13 février avec les réquisitions de l'avocat général : 8 et 12 ans de prisons fermes à l'encontre des trois accusés. / © Eric PIERMONT / AFP
A Riom, le procès Bellanger se poursuit ce jeudi 13 février avec les réquisitions de l'avocat général : 8 et 12 ans de prisons fermes à l'encontre des trois accusés. / © Eric PIERMONT / AFP

Aux Assises du Puy-de-Dôme à Riom, l’avocat général a requis 8 ans de prison à l’encontre de Daniel Bellanger, dit Babar, et Nasr'Eddine Ramou. La récidive a été retenue. L’avocat général a requis 12 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Smail Cheurfi.

Par Solenne Barlot

A Riom, près de Clermont-Ferrand, le procès des trois hommes accusés du braquage d’un distributeur de billets en 2015 se poursuit à la Cour d’assises du Puy-de-Dôme. Ce jeudi 13 février, 8 ans de prison ont été requis à l’encontre de Daniel Bellanger et Nasr'Eddine Ramou, tous deux en état de récidive légale. Le troisième homme, Smail Cheurfi, n’a cessé de clamer son innocence. L’avocat général a requis contre lui 12 ans de réclusion criminelle, car il est considéré comme l’instigateur, l’artificier et le conducteur du véhicule du braquage. Il est également accusé de refus d’obtempérer à un barrage de gendarmerie.

Un braquage à 80 000 euros

Daniel Bellanger, 62 ans, Nasr'Eddine Ramou, 46 ans, et Smail Cheurfi, 64 ans, sont jugés pour "vol en bande organisée" et "destruction volontaire du bien d'autrui en bande organisée par un moyen dangereux pour les personnes". Tous trois comparaissent libres sous contrôle judiciaire. Le 21 novembre 2015, les trois individus avaient fait exploser à l'aide d'un "mélange gazeux" un distributeur automatique de billets du Crédit Agricole à La Monnerie-Le-Montel (Puy-de-Dôme), dérobant son contenu, environ 80 000 euros. 

Une arrestation liée à un attentat

La voiture du trio avait été retrouvée accidentée dans la Loire, Nasr'Eddine Ramou, blessé, était à proximité. Des analyses avaient ensuite permis de découvrir le profil génétique de M. Bellanger dans le véhicule. Le troisième accusé, Smail Cheurfi, avait pu être identifié à la suite d'une perquisition liée à l'attentat contre un véhicule de police aux Champs-Elysées, le 20 avril 2017 perpétré par son neveu Karim Cheurfi.

Sur le même sujet

Les + Lus