Sucrerie de Bourdon : rencontre avec les dirigeants de Cristal Union, des pistes de rachat évoquées

Alors que la sucrerie de Bourdon devrait fermer ses portes en hiver prochain, des pistes de rachats par les producteurs de betteraves sont évoquées / © France 3 Auvergne
Alors que la sucrerie de Bourdon devrait fermer ses portes en hiver prochain, des pistes de rachats par les producteurs de betteraves sont évoquées / © France 3 Auvergne

Alors que le projet de fermeture de la sucrerie de Bourdon est engagé à Aulnat, les dirigeants du groupe Cristal Union ont rencontré les salariés de l'usine et les producteurs de betteraves. La coopérative agricole évoque un rachat par les producteurs. La Région a annoncé un fond d'urgence.

Par ED

Après l'annonce de la fermeture de la sucrerie Bourdon, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont décidé de venir en Auvergne. D'un côté, le président a rencontré les producteurs de betteraves, membres de la coopérative agricole. De l'autre, le directeur général a rencontré les salariés, afin de justifier la fermeture de l’usine Boudon.

"La fin des quotas et la surproduction mondiale a créé une conjoncture unique, estime Olivier De Bohan, le président. Le marché a rarement été aussi bas, ce qui fait que tous les groupes sucriers affichent des résultats négatifs. Cristal Union affiche cette année, et pour la première fois de son histoire, des résultats négatifs." 

Cette fermeture sonne comme un abandon pour les agriculteurs. Pour Régis Chaucheprat, président de la confédération générale des planteurs de betteraves de Limagne, il aurait fallu "se serrer les coudes""Le sens de la coopérative, c’est la mutualisation, la solidarité entre les territoires, aujourd’hui la betterave est dans une période compliquée, mais pour moi, il aurait fallu s'entraider". 
 
Sucrerie de Bourdon : les dirigeants de Cristal Union rencontrent les salariés, des pistes de rachat évoquées

Possibilité d'une reprise

La possibilité d’une reprise par les producteurs a été évoquée, mais d’après les participants à cette réunion, le groupe Cristal Union ne semble pas prêt à voir un concurrent se créer. Pourtant, certains croient à la viabilité de l’usine sur le long terme, mais avec une autre stratégie, basée sur le marché local.

"On parle de marchés locaux, de produits locaux et de circuits courts... on va voir si nos industries agroalimentaires sont capables de faire ce qu'elles disent, résume Gilles Berthonnèche, agriculteur et président de section de la sucrerie Bourdon. Nous ne pouvons pas concevoir l'arrêt de la betterave en Auvergne." 

Envisager une sortie de Cristal Union parrait alors envisageable. "Nous étions indépendants avant 2012, et pendant 40 ans, avant de réunir la coopérative avec Cristal Union", rappelle Gilles Berthonnèche. D'autant que la coopérative agricole possède déjà un ancrage régional, selon Philippe Mathey, élu du personnel à la sucrerie : "Il y a le marché local qu’on a perdu en rentrant chez Cristal Union... on arrivait à livrer des petits confiturier, ou des boulangeries, grâce à un marché de sucre en sac qu’on nous a enlevé."
 
 

Aide d'urgence de la Région


"La Région ne laissera pas tomber la plus ancienne sucrerie de France", a déclaré le président de la région, Laurent Wauquiez, dans un communiqué ce vendredi soir. Selon des modalités qui restent à définir, la Région devraient venir en aide aux salariés à travers une aide d’urgence, un soutien à l’investissement via les Fonds européens et une aide sur la recherche.

 

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus