Coronavirus : une coutellerie du Puy-de-Dôme crée des protections pour les restaurants

L’innovation, c’est le crédo de cette PME de Thiers dans le Puy-de-Dôme, spécialisée dans la coutellerie et les arts de la table. La société Roger Orfèvre a créé un système de protection en inox et plexiglas  pour sécuriser la clientèle dans les restaurants.
Une petite vitre en plexiglas pour protéger les clients des restaurants, l'idée ingénieuse d'une PME de Thiers dans le Puy-de-Dôme
Une petite vitre en plexiglas pour protéger les clients des restaurants, l'idée ingénieuse d'une PME de Thiers dans le Puy-de-Dôme © Roger Orfèvre
La crise du coronavirus Covid 19 a donné des idées à plusieurs entreprises de la région et notamment à la société Roger Orfèvre, implantée à Thiers, capitale française de la coutellerie artisanale et des arts de la table. Cette vieille entreprise familiale, créée en 1924, a mis au point un système de protection en plexiglas qui se fixe sur les tables de restaurants, une sorte de petite cloison discrète, presque invisible même, qui peut séparer deux tables voisines ou se glisser entre deux convives en face à face.

Pas mettre les clients sous cloche !


En temps ordinaire, la société Roger Orfèvre fabrique des couteaux de table, de cuisine, de poche, des couverts et toute une gamme d’accessoires pour la table. Elle compte en fait deux sites de production, l’usine Actilam à Thiers spécialisée dans le travail du métal et l’atelier d’usinage bois Roger Orfèvre à Escoutoux. Grâce à ses deux bureaux d’étude et ses savoir-faire internes, elle s’est diversifiée dans les arts de la table et a diversifié ses matériaux, utilisant notamment le plexiglas pour des présentoirs et du mobilier. « On avait les matières premières et les savoir-faire, explique le directeur commercial, Pierre-Edouard Morin, alors, on a réalisé dès la fin mars des hygiaphones de caisses pour les revendeurs et distributeurs de nos produits ».
Tout naturellement, la PME d’une quarantaine de salariés s'est également adressée à ses clients dans l’hôtellerie-restauration. Mais la recette n’a pas marché ! « Les restaurateurs nous ont dit que notre plaque carrée de 1 mètre sur 1 mètre n’avait rien de convivial, qu’ils ne voulaient pas mettre leur clientèle sous cloche ou au parloir ! », raconte le responsable de la société. La coutellerie a donc revu sa copie pour proposer quelques semaines plus tard un sytème plus discret, voire décoratif, plus en phase avec les attentes des restaurateurs.

Enormément de commandes


Cette « protection Covid » se présente donc sous la forme d’un petit trépied en inox sur lequel est fixée une plaque de plexiglas de forme arrondie, dentelée ou imitant un petit nuage qui sépare deux convives en face à face ou alors d’une plaque de plexiglas sur un support pivotant décoratif, un pied en forme d’oiseau, d’étoile ou de coq, pour une « séparation » entre deux tables. Une protection quasi invisible qui a fait l’objet d’un brevet. « Nous avons énormément de commandes sur la région de Clermont-Ferrand mais aussi dans des brasseries parisiennes », se félicite Pierre-Edouard Morin. Plusieurs centaines de pièces sont déjà sorties de l’usine thiernoise. Il faut dire que les restaurateurs attendent avec impatience l’annonce qui devrait être faite jeudi 28 mai par le Premier ministre pour pouvoir rouvrir leurs établissements. « Quelques soient les mesures qui seront préconisées par le gouvernement, ce système devient un argument commercial pour la reprise, les restaurateurs veulent rassurer leur clientèle, lui redonner confiance ». Alors que l’activité coutelière, comme beaucoup de secteurs, redémarre tout doucement, cette protection Covid, simple et rapide à mettre en place, apporte à la société Roger Orfèvre un créneau supplémentaire après deux mois d’activité au ralenti.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société économie