Vaccin contre la grippe : la campagne démarre bien dans le Puy-de-Dôme

Selon l’USPO (Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine) du Puy-de-Dôme, la campagne de vaccination contre la grippe a bien démarré dans les pharmacies du département vendredi 22 octobre. Munies de leur bon, les personnes prioritaires ont eu accès à l’injection.

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté ce vendredi 22 octobre. Si l’affluence est moindre que l’an dernier, la campagne est bien partie dans le Puy-de-Dôme, selon l’USPO (Union des Syndicats des Pharmaciens d’Officine). Initialement prévue au 26 octobre, la date a été avancée : « Je pense qu’on est en pleine restructuration de la vaccination COVID, des centres ont fermé alors qu’on nous annonce la 3ème dose pour un public ciblé. Si on a la grippe plus la 3ème dose, on avance la grippe de quelques jours pour éviter que coïncident la 3ème dose et le début de la vaccination contre la grippe », indique le président de l’USPO du Puy-de-Dôme Nicolas Verdier, pharmacien. Dans sa pharmacie, 54 personnes se sont présentées et ont reçu le vaccin contre la grippe.

"Les gens n’étaient pas forcément informés qu’ils pouvaient se faire vacciner"

Pourtant, pour Stéphane Laporte, pharmacien à Clermont-Ferrand,  la campagne aurait pu connaître un meilleur départ si l’information de l’avancée de la campagne était mieux passée : « Les gens qui sont prioritaires ont des bons de prise en charge où il est spécifié « à partir du 26 ». La campagne a été avancée au 22. J’ai commencé à vacciner. Ça bien démarré mais ça n’a pas été l’affluence record attendue, peut-être en raison de ce décalage. Les gens n’étaient pas forcément informés qu’ils pouvaient se faire vacciner à partir du 22 octobre. Pour l’instant, ce n’est pas une ruée comme l’année dernière. » Il a vacciné 25 personnes dans son établissement.

Pas de pénurie à craindre

Selon Nicolas Verdier, pourtant, les patients sont au rendez-vous : « Ca fait des années maintenant que la pharmacie d’officine vaccine contre la grippe. Les gens ont pris l’habitude. Ça a un côté pratique, un côté qualitatif. Les gens viennent, ils sont éligibles, ils ont leur bon, on sort le vaccin du frigo, on les fait passer dans le local et on les vaccine. On a eu l’année dernière une grosse ruée sur nos vaccins contre la grippe, cette année c’est pareil. Les gens se vaccinent en masse et rapidement, c’est très bien. Ça a été mouvementé mais les équipes ont su faire face. » L’année dernière, des pénuries de vaccin avaient même été constatées alors, cette année, des précautions ont été prises : « Ça parait plus fluide. L’année dernière, la pénurie a créé l’afflux et on a tous prévu beaucoup plus que l’année dernière donc il n’y aura pas de pénurie », rassure Nicolas Verdier. Il se félicite : « Les Puydomois sont très volontaires pour la vaccination ».

Vaccin contre la grippe et 3ème dose

Pour les personnes qui souhaitent également recevoir le vaccin contre le COVID 19, les deux ne sont pas incompatibles : « On peut faire en même temps la grippe et le COVID. Moi, personnellement, je demande à mes patients d’attendre une semaine ou 15 jours entre 2 vaccinations parce que faire 2 vaccins en même temps, qui marchent très bien, pour moi, c’est non. On fait la grippe et quelques jours après la 3ème dose de COVID sans aucun problème. Après, on peut faire les 2 en même temps si les patients le désirent. » Stéphane Laporte est lui aussi confronté aux questionnements de ses patients : « On a des questions, les gens se demandent s’ils peuvent le faire en même temps, veulent savoir si c’est recommandé ou pas. Les gens s’interrogent. Pour l’instant, les directives de l’autorité de santé nous invitent à faire de façon concomitante la vaccination contre la grippe et le 3ème rappel du COVID pour permettre une meilleure couverture. » Les personnes âgées de plus de 65 ans ou les personnes fragiles ayant reçu un bon pour se faire vacciner peuvent se rendre en pharmacie sans rendez-vous.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe vaccins - covid-19 santé société