Rentrée littéraire en Auvergne Rhône Alpes : « Nord-est » d’Antoine Choplin. Sur le chemin de la libération

Le nouveau livre d'Antoine Choplin "Nord-Est" dans les ouvrages marquants de la rentrée littéraire en Auvergne Rhône Alpes. Il nous entraine sur le long chemin d'anciens prisonniers d'un camp. Entre fable et roman d'aventure.
Nord-Est d'Antoine Choplin éditons La fosse aux ours
Nord-Est d'Antoine Choplin éditons La fosse aux ours
Il est des débuts de romans qui vous embarquent sur une route que vous croyez connaître et avoir déjà parcourue en littérature ou en histoire contemporaine. Et puis, au fil du chemin, vous n’êtes plus tout à fait aussi sûr de la destination, tout comme les protagonistes de cet ouvrage d’Antoine Choplin. Vous allez comprendre pourquoi.

L’histoire commence dans un camp. Faute de voir venir des camions pour les emmener ou les libérer, un petit groupe d’hommes décide de prendre la route vers le nord-est pour rejoindre les grandes plaines dont ils rêvent. Emmenés par Garri, à l’origine du projet, Emmett, Jamarr et Saul s’embarquent dans l’aventure. On imagine un camp en Europe centrale au sortir de la seconde guerre mondiale au moment de la libération des camps de concentration. Tous ces prisonniers qui pour certains ont mis des semaines à retrouver le chemin de la liberté.

A chacun son chemin

Mais rien n’est dit, rien n’est écrit. Il va falloir faire le chemin avec ces hommes pour savoir s’ils iront jusqu’au bout et découvrir avec eux ce qui se cache de l’autre côté de la montagne qu’ils devront franchir. Il va falloir faire le chemin dans son propre imaginaire pour vivre avec eux les rencontres et les difficultés.
Avec une minutie dans les détails des gestes et de la nature environnante, Antoine Choplin nous réchauffe par la douceur et l’attention qui unissent ces hommes et bientôt leurs nouveaux compagnons de voyage. : Un homme rencontré dans un village où ils feront escale pour prendre des forces avant la rude ascension. Ruslan fera un bout de chemin avec eux à la recherches de traces de gravures sur des rochers, des pétroglyphes avant que cette culture ne disparaisse. Et une jeune femme, Tayla, à la recherche de son beau Markus disparu sur le chemin de la plaine du nord-est.

La bienveillance entre les personnages, faite de douceur et de rudesse inhérente à leur errance dans une nature pas toujours hospitalière, irradie le livre. Une grande chaleur humaine règne entre ces hommes et cette femme. Pas de sentimentalisme ou de dialogues larmoyants mais des mots essentiels au récit de l’expédition et des relations entre les personnages. La carte des territoires de chacun se dessine au fil du chemin.

Un univers qui en rappelle un autre 

On pense au très beau « Quatre soldats » du récemment disparu Hubert Mingarelli et ce n’est pas pour rien. Antoine Choplin a publié avec Hubert Mingarelli chez le même éditeur en 2015, « l’incendie ». Les univers des deux auteurs se rejoignent dans le souci du détail et de l’essentiel dans la façon dont ils mènent leurs récits.

Peu importe que les personnages soient issus d’un camp de concentration de la seconde guerre mondiale ou libérés d’un camp du conflit de l’ex-Yougoslavie ou d’un régime dictatorial, chacun des lecteurs fera son chemin mental s’il lui semble nécessaire pour accompagner les personnages très attachants imaginés par Antoine Choplin. Le livre refermé, Garri, Emmett, Jamarr, Saul, Ruslan et Tayla continueront leur route dans votre souvenir.

« Nord-Est » d’Antoine Choplin aux éditions la fosse aux ours.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture