Drôme Ardèche : le tremblement de terre a fait 4 blessés dont un grave, une réplique est à prévoir

© France 3 RA
© France 3 RA

Le sol a tremblé principalement en Ardèche et dans la Drôme, ce lundi 11 novembre vers 12h. Deux fortes secousses ont été ressenties. L'une dans la Drôme, à 10 km de Montélimar, l'autre en Ardèche. La commune du Teil  est la plus touchée. On dénombre 4 blessés dont un grave.

Par Fatima Bouyablane

Il y a eu un important tremblement de terre ce lundi 11 novembre vers 11h52. L'épicentre se situerait entre les villes ardéchoises du Teil et de Viviers.
On dénombre sur les départements de l'Ardèche et de la Drôme quatre blessés, dont un grave. Trois personnes ont été saisies de crise de panique en Ardèche. Dans la Drôme, un ouvrier a chuté d'un échafaudage. Il a été transporté en urgence absolue à l'hôpital.

Sur le Réseau national de surveillance sismique situé à Strasbourg, le séisme détecté affiche une magnitude de 5,4 sur l'échelle de Richter.
Selon les derniers relevés, la secousse a été mesurée à 5,4 sur l'échelle de Richter à l'épicentre qui se trouve près de Donzère dans la Drôme et à Viviers en Ardèche. 
Les pompiers sont submergés d'appels. Ils invitent la population à ne composer le 18 qu'en cas de situations urgentes.

Selon la Préfecture de l'Ardèche, le séisme a fait trois blessés, essentiellement pris de crises de panique. 
"La secousse a été ressentie très fortement et a duré à peu près une vingtaine de secondes", témoigne le maire de la commune sur franceinfo.

Les dégâts les plus importants se situent au Teil. Des bâtiments ont été lourdement touchés, essentiellement l'église du quartier de Mélas au Teil. La partie la plus ancienne de l'édifice s'est effondrée. Elle date du XIe siècle.
Au total, en Ardèche, une cinquantaine de bâtiments présente des fissures, et un bâtiment désaffecté s'est effondré.
En revanche, la préfecture indique que le bâtiment du CNPE de Cruas-Meysse n'est pas touché, ni aucun site SEVESO ardéchois.
Des personnes devraient être relogées, et les établissements scolaires resteront fermés jusqu'à nouvel ordre.
 

 

Le séisme a entraîné d'importants dégâts au Teil, en Ardèche




Les autorités lancent un appel au calme et invitent les habitants à rester à l'extérieur des habitations. La municipalité a ouvert trois gymnases pour accueillir la population.

La préfète de l'Ardèche est sur place, mais le plan rouge n'a pas été activé dans le département. Les autorités invitent à faire un point à 16h30 au gymnase de Courbertin
 

 
 


Du côté de la Drôme, la préfecture annonce dans un communiqué qu'il n'y a pas de dégâts majeurs, En revanche, elle déplore un blessé grave à Montélimar. Il s'agit d'un ouvrier qui a chuté d'un échafaudage. 
Concernant les installations nucléaires du Tricastin, les autorités confirment qu'il n'y a aucun dégât. 
Des pompiers drômois sont partis en renfort en Ardèche. Les autres effectuent des interventions notamment sur les bâtiments fissurés par précaution.
La ville quant à elle rassure.
 

Le phénomène est rare dans notre région. Il est même rare en France, au vu de l'importante amplitude.
Les secousses ont été ressenties de Grenoble à Avignon, en passant par Lyon, Saint-Etienne, Nîmes et Montpellier et en Haute-Loire, lire l'article.
 
 
Une probable réplique à venir, selon les scientifiques

L'intensité du séisme est rare pour notre région ''caractérisée par une sismicité modérée à faible'' a indiqué à l'AFP Mustapha Meghraoui, physicien à l'Institut de physique du globe de Strasbourg.
Selon le scientifique, l'épicentre se situe entre les villes ardéchoises du Teil et de Viviers, "à une dizaine de kilomètres de profondeur''. Des analyses sont en cours pour affiner les résultats et estimer plus précisément la profondeur. Mais "au vu des dégâts causés par le tremblement de terre, l'épicentre doit se situer entre 5 et 10 km", a-t-il ajouté.
''Il doit y avoir une réplique principale qui va être de l'ordre de 4,5, estime-t-il, sans exclure formellement une secousse''.
Les personnes ayant vu leurs habitations fragilisées par le premier séisme sont invitées à ne pas y retourner et à rester dans un bâtiment sécurisé.
Il faut rester prudent et vigilant.
Philippe Guéguen, directeur de l'institut des sciences de terre situé à Grenoble, sera l'invité ce lundi 11 novembre de notre édition, à partir de 19h sur France 3.
 

 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus