Des agriculteurs contre l'implantation d'une plateforme logistique dans le sud du Beaujolais

Manifestation d'un collectif d'agriculteurs et de riverains à Saint-Romain-de-Popey (69) contre implantation d'une plateforme logistique - 19/20/20 / © E. Phily
Manifestation d'un collectif d'agriculteurs et de riverains à Saint-Romain-de-Popey (69) contre implantation d'une plateforme logistique - 19/20/20 / © E. Phily

"Des légumes, pas de bitume". Voilà le genre de messages écrits sur les pancartes de manifestants, mercredi 19 février, à Saint-Romain-de-Popey, dans le Rhône. Un collectif d'agriculteurs et de riverains s'oppose l'implantation d'une plateforme logistique sur des terres agricoles.

Par Aude Henry

Sur les banderoles, le message est clair. "Non au projet fait de béton et de camions", pouvait-on lire mercredi 19 février tout du long du chemin emprunté par un cortège de manifestants.
Ils ont quitté Saint-Romain-de-Popey dans la matinée, longé l'autoroute A89. Certains circulent à bord de tracteurs, d'autres à pieds.

Ces manifestants font partie d'un collectif d'agriculteurs et de riverains. Tous sont opposés à l'aménagement d'une plateforme logistique, qui empiéterait sur des terres agricoles. Le projet s'étend sur 110 hectares.
Aujourd'hui, sur cette surface, il y a des champs de céréales, des prés et des étangs. Demain, ce sont des hangars de stockage et des bâtiments industriels qui sont appelés à sortir de terre.
"Nous qui vivons dans un environnement encore relativement préservé, nous n'avons pas tellement envie de voir apparaître d'énormes bâtiments logistiques, de voir bétonnée toute cette surface, et de subir le trafic des camions" explique un des manifestants.
 

Oui aux potirons, non au béton


Préserver les terres agricoles, c'est une nécessité pour ces manifestants. Construire de grands entrepôts sur des terres où l'on peut "produire des légumes pour nourrir les gens", c'est une aberration, nous confie un autre manifestant.

Porteuse du projet, la Communauté des communes de l'Ouest Rhodanien, dit de son côté, vouloir "défendre l'activité économique du territoire". Sauf que le projet, vieux de 10 ans, a du mal à se concrétiser. Un temps pressentie pour s'installer sur cette plateforme, la société ID Logistics a finalement jeté l'éponge faute d'obtenir les autorisations d'accès.



 

Sur le même sujet

Les + Lus