Animaux sauvages : le plus grand centre de soin de France lance une cagnotte pour s'agrandir

durée de la vidéo : 00h02mn14s
Le nombre des pensionnaires est croissant au fil des années. Les 4 hectares du site de Saint-Forgeux dans le Rhône ne suffisent plus. ©France Télévisions

Un projet d'envergure pour l'Hirondelle. Le centre de soins pour animaux sauvages est à saturation dans ses locaux de Saint-Forgeux dans le Rhône, L'association veut ouvrir un deuxième centre de soins dans le Diois mais il faut encore réunir près de 500 000 euros.

L'Hirondelle est le centre de soins pour animaux sauvages qui recueille et relâche le plus d'oiseaux et mammifères en détresse en France. Pas moins de 7 000 en 2022. Il couvre les département du Rhône, de la Loire, de l'Ardèche et de la Drôme. L'association veut ouvrir un deuxième centre de soins. Elle a trouvé le domaine de ses rêves dans le Diois mais manque de financement. 

Limiter les transferts des animaux blessés

La dernière arrivée au centre est une femelle chevreuil qui s'est blessée sur une clôture aux alentours de Die. Un animal sauvage qu'il a fallu transporter du sud de la Drôme jusqu'au refuge. Un stress supplémentaire. Des transferts croissants en provenance de la Drôme et de l'Ardèche ont motivé la décision de créer une nouvelle structure dans cette partie du territoire. En 2 ans, une augmentation de 78% d’animaux recueillis en provenance de ce département a été notée.

On est passé de 3 000 animaux par an à 7 000 l'an dernier. L'augmentation est tellement importante en 2 ans qu'on est obligé de pousser les murs en permanence et d'inventer de nouvelles solutions pour ne pas refuser d'animaux.

Pascal Tavernier

directeur du centre l'Hirondelle

Autre paramètre pris en considération, l'impossibilité de relâcher les animaux en période de chasse ce qui leur serait à coup sûr fatal et donc la nécessité de les garder sur le site. Cet été, le refuge accueillait 1 244 pensionnaires en même temps.

Un eldorado à financer

L'Hirondelle a trouvé le site idéal pour délocaliser une partie de ses activités à Chalancon dans le Diois et désaturer le site rhodanien. 18 mois de recherches récompensés. "Dans la Drôme, il y a un plan d'eau pour les espèces aquatiques, une plaine et derrière 140 hectares avec des montagnes, une forêt et des prairies. Une diversité assez importante sans pression urbaine" s'enthousiasme Anne Fourier, chargée de développement de l'Hirondelle. Le projet pourrait aussi développer un pôle de formation pour les équipes. Le site de Saint-Forgeux de 4 hectares restera ouvert. 

L'investissement est de 722 000 euros. Pour l'atteindre, une cagnotte a été créée. Les délais sont très courts : le compromis de vente doit être signée mi-janvier.
Si tout se passe bien, l'installation pourrait avoir lieu dès le printemps.
Le conseil départemental de la Drôme et le conseil régional étudient l'attribution d'une subvention mais rien n'a été signé et les délais d'obtention sont trop longs pour arriver en temps et en heure.