Labels, appellations, médailles, ont-ils toujours la cote auprès des viticulteurs ?

Une médaille d’or collée sur une bouteille de vin dope les ventes dans les rayons des supermarchés. Mais ce vin estampillé est-il véritablement meilleur que les autres ? Qu'en pensent les producteurs ? Ensemble on vous répond fait le point lundi 1er mars à 10h45. Posez-nous vos questions.

Labels, appellations, médailles font vendre mais ont-ils toujours la côte auprès des viticulteurs ?
Labels, appellations, médailles font vendre mais ont-ils toujours la côte auprès des viticulteurs ? © JASON JANIK - MaxPPP

Label, appellations, médailles : difficile de s’y retrouver ! En France, 80% des bouteilles de vin vendues au détail sont achetées en supermarché. Sortir du lot dans les rayons représente donc un enjeu capital pour les viticulteurs. Les médailles sont un levier commercial hyperpuissant pour booster les ventes… et au passage gonfler les prix qui peuvent grimper de 30% avec de l’argent ou de l’or.  

Mais participer à ces concours représente un coût non négligeable : de 40 à 200 euros par échantillon auquel s’ajoute le prix des médailles autocollantes en cas de succès. Un système profitable pour les lauréats, mais que seuls les gros producteurs peuvent se permettre.  

A l’arrivée, les médailles récompensent le plus souvent des vins de grande consommation, susceptibles de plaire au plus grand nombre.  Du coup, de nombreux vignerons choisissent de s’affranchir de ces compétitions pour promouvoir des vins plus originaux.  
Ils choisissent de vendre leurs vins chez des cavistes qui connaissent, apprécient leur travail, et ont plaisir à les mettre en valeur… sans médailles.” 

Envoyez-nous vos témoignages et  vos questions. Carrine Teyssandier les posera lundi 10:45 à Julien Merle, vigneron dans le beaujolais et défenseur d’un vin d’auteur libre et indépendant dans "Ensemble on vous répond".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie consommation