Accidents domestiques pendant les fêtes de fin d'année: attention dangers !

Publié le
Écrit par D.Mazzola

La période des fêtes de fin d’année est synonyme d’accidents domestiques : coupures en ouvrant des huîtres, guirlandes lumineuses qui prennent feu, boules de Noël qui se brisent, brûlures en cuisine, etc. Chaque année, les services d’urgences enregistrent un pic de fréquentation à cette période et notamment les centres SOS Mains. Petits conseils à l'approche des festivités.

Noyade, chute, électrocution, brûlure, intoxication, étouffement... Chaque année, près de 4,5 millions personnes sont blessées en France à cause d'un accident de la vie courante et ont recours aux urgences. Les accidents domestiques entrent dans cette catégorie. Pas de trêve durant la période des fêtes de fin d’année. Gare aux réveillons festifs et chaleureux souvent truffés de pièges ! Comme beaucoup d'accidents, ils peuvent être évités. A Noël, parmi les cinq accidents les plus "stupides" relevés par l'assurance Macif, on trouve le couteau à huitre qui dérape, mais aussi le sapin qui flambe ou encore le bouchon de champagne qui claque. Comment éviter de passer Noël aux urgences ou d'appeler les hommes en rouge (les pompiers pas le père Noël)?

Sapin et décorations : quelques recommandations

Le top départ des fêtes de fin d'année est donné par l'installation du sapin de Noël et de ses décorations ! Bien choisir et installer son sapin et les décorations de Noël est essentiel pour éviter les risques d'incendie ou d'électrocution. Les assureurs recommandent d'utiliser plutôt des décorations de Noël LED à piles, et de ne pas laisser le sapin allumé sans surveillance (en particulier la nuit). Ils recommandent aussi d'éviter le sapin floqué, hautement inflammable et toxique pour les petits. Petite liste de conseils judicieux :

  • Disposez votre sapin loin de toute source de chaleur telle que chauffage, cheminée, éclairage halogène.
  • Privilégiez un emplacement hors d’un passage et loin d’une porte, et stabilisez-le en le mettant dans un pot ou calé sur un pied.
  • Ne décorez pas votre sapin avec des bougies et gardez-les à distance de celui-ci.
  • Les décorations du type flocage ou givrage augmentent l’inflammabilité des arbres. La neige en aérosol est à éviter.
  • Vérifiez le respect des normes CE ou NF des guirlandes électriques. Assurez-vous que les fils électriques ne sont pas dénudés et pensez à les éteindre dès que vous quittez la pièce.
  • Ne laissez pas les guirlandes électriques fonctionner sur le sapin trop longtemps ou sans surveillance.
  • Ne surchargez pas vos prises électriques en multipliant rallonges et multiprises.
  • Privilégiez les boules en plastique incassables à celles en verre. Ces dernières peuvent être dangereuses pour les enfants en cas de casse.
  • Ne conservez pas votre sapin naturel trop longtemps : plus il vieillit et plus il devient sec, et donc inflammable.

Ecaillers amateurs : prudence avec les couteaux à huitre ! 

Selon l'Institut de veille sanitaire, quelques 2.000 écailleurs amateurs seraient victimes chaque fin d'année d’un couteau mal maîtrisé. A la clef : des coupures graves dans la paume de la paume ou pire des tendons sectionnés ou abîmés. Les adultes doivent donc redoubler de vigilance pour ne pas se couper lors de l’ouverture des huîtres. Protégez-vous des coupures en cuisine lors de la préparation des repas de fête.

Qu'en disent les médecins ? Le Docteur Jérôme Vogels, chirurgien de la main, au Centre d’urgences SOS Mains du Médipôle de Lyon - Villeurbanne, voit arriver chaque année des patients victimes de ces accidents de fin d'année. "Les accidents domestiques représentent toujours un surcroît de travail. Pendant les fêtes de fin d'année, les gens cuisinent davantage," constate-t-il. Le manque de concentration peut parfois entraîner des catastrophes, selon le chirurgien"Les gens manipulent des couteaux mais font plusieurs choses à la fois ou bien sont distraits. Or il faut une concentration particulière lorsque l'on manipule des objets tranchants."

Ce qu'il rencontre fréquemment à cette période de l'année : des couteaux à huitre qui glissent et terminent dans la paume de la main, du verre brisé à l'origine de coupures plus ou moins profondes. Un sabrage de bouteille de champagne qui se termine mal. Encore plus traitre, selon le praticien, le couteau qui dérape sur le noyau d'avocat.

Reconstruction, greffes de nerfs ou de tendons... les chirurgiens de la main réalisent des prouesses à condition de les consulter rapidement. Ce que ces praticiens redoutent : que les patients tardent à consulter, pensant que leur blessure est légère. Certains viennent parfois plusieurs jours après la coupure. "Il ne faut pas attendre. Le risque, c'est une infection qui complique le travail du chirurgien,"  résume-t-il.  "Notre bête noire, c'est le délai de prise en charge," poursuit le Docteur Vogels. "Une plaie peut cacher une atteinte d'un tendon; une insensibilité, une atteinte d'un nerf (...) Mieux vaut consulter, faire examiner la main, nettoyer et explorer la plaie, pour une cicatrisation dans de bonnes conditions," conclut le praticien.

Pour le patient, c'est aussi à terme le risque d'une rééducation plus lourde et une récupération compromise. Dans le cadre de la Fédération des Services d'urgences de la main (FESUM), le centre SOS Mains du Médipôle de Villeurbanne fonctionne toute l'année, avec des astreintes 7 jours sur 7 et 24h/24.

En Auvergne Rhône-Alpes, il existe aussi un centre SOS Mains à Montélimar (Clinique Kennedy) et à Annemasse (Hôpital privé Pays de Savoie). 

Apéritifs, cadeaux et feux d'artifice : les dangers à ne pas ignorer

Moment de convivialité en famille ou entre amis, l'apéritif et les gourmandises telles que les cacahuètes sont dangereux pour les plus jeunes.  50% des victimes de suffocation sont des enfants de moins de 5 ans, toujours selon l'INVS. 

Le choix des cadeaux des enfants est aussi primordial pour leur santé : il faut veiller à leur donner des jouets conformes à leur âge et certifiés NF/CE. Gare aux contrefaçons de jouets, qui peuvent se révéler dangereux.

Tenté par un petit feu d'artifice "maison" pour fêter la nouvelle année ? Renseignez-vous sur les dangers des pétards et feux d'artifice avant d'en acheter et de les manipuler.

Accidents domestiques : quand les enfants sont en première ligne

Le saviez-vous ? Selon le ministère de l'économie, les premières causes de mortalité chez les jeunes enfants sont les accidents domestiques. L’intérieur de la maison représente le lieu principal d’accidents. La cuisine est la pièce de tous les dangers. C'est même une pièce aux dangers multiples où se produisent un quart des accidents domestiques. Ils touchent particulièrement les enfants de moins de 5 ans.

Quelques conseils : il est tout d’abord important de ne jamais laisser son enfant seul dans la cuisine. Comme le rappelle l’Institut National de la Consommation. Dans cette pièce, les petits peuvent se couper (39 % des accidents), tomber (cas de l'enfant qui chute de sa chaise haute) ou se brûler.

Il faut penser à débrancher les appareils ménagers après utilisation. Il faut expliquer aux enfants quels sont les objets qui brûlent et éviter de poser des plats chauds sur le rebord de la table ou de passer à côté de votre enfant avec un récipient contenant un liquide bouillant. Enfin, vérifier que l'enfant ne peut pas tirer sur la nappe au risque de renverser sur lui un liquide ou des aliments chauds.

Ce sont 27 % des brûlures qui ont lieu dans la cuisine, et les enfants de 1 à 5 ans sont concernés dans un quart des cas. Le plus souvent, il s'agit d'accidents graves causés par des liquides ou objets brûlants.

Les accidents domestiques se produisent dans l’appartement ou à la maison mais également dans les abords immédiats : jardin, cour, garage.