Accueil des Afghans en France : quand Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, recadre la ministre Marlène Schiappa

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yannick Kusy (@yannkusy)
Echange de courrier cocasse entre la ministre déléguée Marlène Schiappa et le maire PS de Villeurbanne Cédric Van Styvendael... Chacun invitant l'autre... à agir.
Echange de courrier cocasse entre la ministre déléguée Marlène Schiappa et le maire PS de Villeurbanne Cédric Van Styvendael... Chacun invitant l'autre... à agir. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Un échange épistolaire "piquant" entre Cédric Van Styvendael et la Ministre déléguée chargée de la citoyenneté vient de pimenter la rentrée politique. Mal informée, cette dernière l'empresse d'agir pour accueillir des réfugiés afghans... Trois jours après leur arrivée dans la commune. Explications.

Bourde administrative ou amateurisme politique de Marlène Schiappa ? Dans une réponse -plutôt ironique- à un courrier envoyé par la Ministre déléguée en charge de la citoyenneté, le maire PS de Villeurbanne Cédric Van Styvendael propose à cette dernière de mieux s’informer sur les actions de son propre ministère, avant de lui donner des leçons de méthode sur l’accueil des Afghans.

Le 27 août dernier, une dépêche AFP annonçait que Villeurbanne faisait partie (tout comme Lyon) des municipalités avec lesquelles l’Etat s'organise « pour accueillir en urgence les plus de 2.500 Afghans déjà évacués de Kaboul et qui arriveront par les dernières liaisons du pont aérien. »

La Région Auvergne-Rhône-Alpes s'apprête alors aussi à accueillir 270 personnes évacuées d'Afghanistan, avec 150 places d'hébergement disponibles à Lyon et Villeurbanne, 60 places à Pont-de-Claix et Monbonnot-Saint-Martin ainsi que 60 places à Clermont-Ferrand, a détaillé la préfecture.

Une injonction ... un peu tardive

Le même jour- 27 août- la Ministre déléguée chargée de la citoyenneté, et rattachée au Ministre de l’Intérieur envoyait un courrier au maire de Villeurbanne, le socialiste Cédric Van Styvendael. Dans cette lettre (arrivée le 30 août), Marlène Schiappa lui indiquait constater que l’offre de services de Villeurbanne pour accueillir ces réfugiés n’avait « pas encore été suivie d’effet et l’invitait à contractualiser avec le représentant de l’Etat » et l’incitait à rapidement "préparer et conclure un engagement" pour l’accueil des réfugiés.

Sauf que… d’après la réponse du maire, pas moins de 44 réfugiés étaient déjà arrivés sur le territoire villeurbannais… dès le 25 août !

Gestion ou pure communication ?

« Vous semblez vous tromper de destinataire » suggère non sans humour Cédric Van Styvendael dans sa réponse écrite. Visiblement, il n’a pas vraiment apprécié les injonctions de Marlène Schiappa, l’invitant à agir alors qu’elle ignore, en fait, que les démarches d’accueil ont déjà été mises en oeuvre, et ont bien été effectuées « en lien étroit avec les services déconcentrés de l’Etat et le préfet » comme le précise le socialiste.

Pour enfoncer le clou, Cédric Van Styvendael s’interroge sur le plan politique : « Peut-être n’ai-je pas suffisamment communiqué sur cet accueil ? Il se trouve que je ne suis pas très à l’aise avec l’instrumentalisation de la souffrance pour mettre en scène sa propre générosité » écrit le maire, suggérant sans doute que la Ministre était manifestement, elle, plus prompte à communiquer... qu’à agir.

Cédric Van Styvendael en profite pour, à son tour, suggérer à son interlocutrice de passer aux décisions concrètes et, au niveau de l'Etat, de régler les problèmes du statut et de l’hébergement de ces « personnes ni régularisées, ni expulsables ».

Retour à l'envoyeur

Incontestablement ulcéré par une démarche au style très « maîtresse d’école » de la part de Marlène Schiappa, le maire de Villeurbanne conclut volontairement sa réponse avec le ton d’un bon élève en période de rentrée des classes: « J’espère avoir dissipé tout malentendu sur mon ardeur au travail et sur la cohérence que j’essaye de tenir entre ma parole et mes actes.»

C’est indéniablement ce que l’on peut appeler un véritable « retour à l’envoyeur ».

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.