"Ça vous dit un shooting de votre toutou ?" Benjamin tire des portraits canins bien léchés et qui ont du chien

durée de la vidéo : 00h02mn05s
Benjamin Butruille arpente les rues de Lyon chaque semaine pour réaliser des portraits de chiens. À chaque fois, c’est aussi une rencontre. Ses clichés, il les partage sur les réseaux sociaux. ©France Télévisions

Il sillonne la ville pour immortaliser les compagnons à quatre pattes des passants lyonnais. Sur Instagram, Benjamin et ses "gueules de Lyonnais", ont déjà ses fidèles : près de 165 000 abonnés.

"Bonjour, excusez-moi, je fais des shootings dans la rue. Est-ce que ça vous tente un petit shooting de votre toutou ?" C'est tout simplement que Benjamin Butruille aborde les passants lors de ses déambulations à Lyon. Au début, sa demande désarçonne, mais en général, les quidams se prêtent volontiers au jeu. Le photographe vidéaste indépendant partage ensuite sur son compte Instagram les clichés de ces chiens et de leurs propriétaires croisés au hasard, au parc de la Tête d'Or, sur les berges du Rhône ou dans la rue. Le regard franc et posé ou bien saisi sur le vif, ces toutous ont de sacrées gueules et de la personnalité ! Il sait saisir les expressions, quelques instants suffisent à Benjamin. Il est lui-même propriétaire d'un jeune labrador de deux ans, prénommé Rio.

The Dogist, version lyonnaise

"Mon premier portrait était un jeune labrador qui s'appelait Nouille et ça m'a donné confiance", se souvient Benjamin. Initialement, en lançant "Gueules de Lyonnais", ce mordu de photographie ne pensait réaliser ces portraits canins que pendant un petit mois. Vidéaste et photographe, il venait de lancer son activité en autoentreprise et pensait faire de sa page "une vitrine". Un post par jour sur Instagram. C'est ce qu'il prévoyait. Aujourd'hui, sa galerie de portraits compte plus de 200 modèles.

Avec Edgar, Ubert, Loki ou encore Bulma...  Benjamin Butruille a bel et bien été rattrapé par sa passion. Il poste des formats "reels", de courtes vidéos, depuis bientôt huit mois. Il incarne la version lyonnaise de l'influenceur New-Yorkais the Dogist. Le jeune homme enchaîne aujourd'hui les portraits avec succès. Ses clichés et ses vidéos cartonnent. Pour preuve : des milliers de vues, voire des millions pour certaines. Son nombre d'abonnés a très vite grimpé. Benjamin compte à ce jour 165 0 000 abonnés sur Instagram. Le jeune homme qui a ouvert ce compte presque en dilettante n'en revient toujours pas. "Au début, je postais beaucoup de vidéos. Je me suis lancé, j'ai essayé et ça a pris. C'est une surprise. C'est extrêmement plaisant, c'est une page 100% bienveillante", explique-t-il. Comme les commentaires de ses abonnés.

Je m'intéresse vraiment au chien, à sa race, son âge, s'il a été adopté ou s'il vient d'un élevage. Je m'intéresse à des petites anecdotes sur l'histoire du chien.

Benjamin Butruille

Perché sur une trottinette, armé de son Reflex et d'une caméra discrète, il se met en chasse. Le Lyonnais de 31 ans part à l’improviste à la rencontre de maîtres et de leur chien en promenade. Ces rencontres au débotté lui demandent souvent une bonne dose d'improvisation. Mais son approche séduit les toutous comme leurs humains. À l'arrivée : une galerie de portraits atypiques et attachants. Une collection de belles histoires brèves. Le jeune photographe habille chaque cliché et vidéo d'un petit message, d'une anecdote, d'un trait de personnalité qui caractérise le compagnon à quatre pattes. Sans oublier la carte d'identité du modèle canin avec son nom, son âge et sa race. Le photographe essuie rarement des refus de la part des propriétaires. Certains le suivent déjà sur Instagram et connaissent bien son style et sa patte.  

Belles rencontres

"Il est Lyonnais, j'avais déjà repéré ses vidéos et je l'avais déjà vu sur TikTok. Je n'étais pas surprise et c'est dans l'air du temps. C'est agréable de voir que le chien est beau et qu'on le prenne en photo. Je pense que ça donner quelque chose de super, il est à l'aise avec les chiens", explique la propriétaire de Speedy, un jeune molosse qui vient de se faire tirer le portrait et dont elle n'a pas encore vu les clichés. Benjamin inspire confiance. Elle recevra un lien pour voir le résultat de la séance de pose.

Si les réactions sont bienveillantes, le photographe est rarement à l'abri des belles rencontres, à l'image de Ludivine et d'Hestia, son chien d'assistance. Ludivine est atteinte de fibromyalgie, Hestia est son "docteur". Benjamin a croisé le duo devant la gare des Brotteaux, il y a quelques jours. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @gueulesdelyonnais

Il lui arrive aussi de croiser des toutous qui ont été adoptés à la SPA, des races méconnues ou des chiens qui ont une certaine notoriété sur les réseaux sociaux. C'est le cas d'Hubert, bouledogue anglais très sociable de dix mois ou encore de Muffin, un autre bouledogue anglais de deux ans, rencontré sur les hauteurs de Lyon l'été dernier en pleine séance de pose. Chaque portrait est unique. Aujourd'hui, le photographe collabore aussi avec la SPA de Lyon.

C'est la personnalité du chien qui m'émeut (...) C'est très important d'avoir cette mise au point sur l'œil du chien. Ce n'est pas forcément tout le temps simple. Le regard du chien est le plus important.

Benjamin Butruille

Fripon, docile, timide, placide ou énergique, Benjamin a déjà croisé tous les profils. Certains animaux et leurs propriétaires se ressemblent parfois, "même dans le caractère", assure le photographe. "En fait, le propriétaire se reflète dans le chien". Caniches, bergers, molosses ou chiens issus de croisements… Sur "Gueules de Lyonnais", on croise tous les types de chiens et toutes les gueules ont leur place. Pas de préférence esthétique pour Benjamin... à part son chien.