Changer de vie grâce à la quinzaine de la transmission-reprise avec les Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes

D'ici 2026, plus de 30 % des chefs d'exploitation atteindront l'âge de la retraite et seront susceptibles de transmettre leur exploitation. La quinzaine de la Transmission-Reprise permet de rencontrer agriculteurs et conseillers des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes. Exemple.

Virginie, désormais installée à la ferme du Mont Thabor à Valmenier, avec Benjamin son mari, suite à une reprise d'entreprise agricole
Virginie, désormais installée à la ferme du Mont Thabor à Valmenier, avec Benjamin son mari, suite à une reprise d'entreprise agricole © facebook Ferme du Mont Thabor

"Benjamin a toujours grandi dans le monde agricole. Il a passé tous ses diplômes et espérait pouvoir reprendre l'une des fermes du viillage de son enfance, dans les Ardennes. C’était vraiment sa passion. En fait, il avait une double activité d’éleveur ovin et d’électricien à Ballay." raconte Virginie Barbier. Cette année, le destin a poussé le couple à changer de vie. Ils ont tout vendu et ont tenté leur chance en Savoie, en reprenant la Ferme du Mont Thabor, à Valmenier.

Et pourtant, au départ, Virginie n'était pas vraiment convaincue : "Benjamin gardait toujours un œil sur les fermes à vendre. Il voulait partir à la montagne élever des chèvres. Et je n’étais pas très partante. Professeur d’EPS, j’avais mon petit confort personnel. Avec nos trois enfants, on était plutôt heureux dans notre maison en pleine nature" reconnait-elle. Jusqu’au 11 février dernier, jour où son mari découvre l’annonce de la vente de la Ferme du Mont Thabor. Presque au même moment, une opportunité de revendre l’entreprise familiale se présente. Pour prendre une décision, ils partent visiter le site dans les montagnes, lors d’un week-end en immersion, à la veille du premier confinement. « Et là je me suis laissée convaincre que cela pourrait être pas mal, en fait » sourit Virginie.  Ils mettent alors à profit la période confinée pour bien étudier leur dossier et, finalement, se lancer dans cette aventure...


Aujourd’hui Benjamin et Virginie gèrent cette nouvelle activité, depuis le 1er novembre. Ils ont totalement changé de vie en rachetant cette ferme et son élevage caprin en à peine 6 mois. La transition s’est notamment réalisée avec le concours et les conseils de la Chambre d’agriculture : « Avec leur aide, mon mari a pu suivre une formation en transformation fromagère. Il a découvert ce métier et maintenant on fait tout nous-même » De son côté, Virginie s’est mise en disponibilité de l’Education nationale, au moins pour une première année. Au quotidien, les rôles sont bien répartis : Benjamin s’occupe du troupeau et de la transformation fromagère. Virginie aide à gérer la ferme, assure la commercialisation en  boutique, et la gestion du gîte. "On accueille aussi du public, notament des enfants en visite pédagogique, ce qui me correspond bien. Cela me permet de transmettre certaines valeurs" précise-t-elle.

Virginie et Benjamin dans leur nouvelle activité
Virginie et Benjamin dans leur nouvelle activité © Facebook Ferme du Mont Thabor


Quid de la viabilité ? "On y croit!  C’est sûr que c’est un gros challenge financier, avec un bel investissement. Mais nos prédécesseurs parvenaient à faire vivre leur famille et on espère au moins la même chose. C’est la seule ferme du village sur la route de la station de ski. On est bien situés… donc voilà. On s’est lancés !"

 

La transmission d'entreprise est essentielle dans l'agriculture

Chaque année, près de 20 000 chefs d’exploitation cessent leur activité et 10 000 à 15 000 candidats s'installent en agriculture. La transmission est donc considérée par les professionnels de l'agriculture comme un enjeu national et  régional majeur : «Il est nécessaire d'engager des opérations de «séduction» telles que la Quinzaine de la transmission-reprise auprès de futurs candidats à l'installation et aussi de prioriser l'accès au foncier pour les futurs installés.» explique François Beaupère, vice-président de Chambres d’agriculture France.

L’ambition du réseau des Chambres d’agriculture est de maintenir dans chaque région le nombre d’actifs en assurant leur installation et en accompagnant  dans la durée les projets d’entreprise. En ce moment, les Chambres d’agriculture départementales s’engagent dans le repérage, la sensibilisation et l’accompagnement  des 160 000 agriculteurs français susceptibles de transmettre leur exploitation d’ici 2025. En effet : "maintenir un nombre suffisant d’entreprises agricoles est un enjeu majeur pour créer des emplois, garantir une alimentation de qualité, voire assurer un équilibre dans l’économie française" nous explique-t-on.

L’agriculture a de l’avenir, recrute et intéresse 

La reprise d’une exploitation agricole qui se faisait spontanément d’une génération à une autre il y a quelques décennies, lorsque la transmission se faisait de père en fils, est aujourd’hui plus complexe. De plus en plus, on constate un intérêt croissant pour le milieu rural et l’agriculture par des porteurs d’idées non issus du milieu agricole.
Le profil des repreneurs est de plus en plus  large. Il peut s’agir à la fois d’agriculteurs inscrits au RDI (Répertoire Départ Installation), de personnes en quête d’une reconversion professionnelle, de jeunes qui s’interrogent sur leur  avenir  professionnel …
Quel que soit le projet d’installation ou de transmission, la quinzaine de la Transmission-Reprise est l’occasion de rencontrer agriculteurs et conseillers des Chambres d’agriculture dans les départements d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Toutes les infos, tous les contacts : deveniragriculteur.fr



   
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie