Conférence de Salah Hamouri : le tribunal administratif de Lyon autorise l'événement

Évoquant des "risques de troubles à l'ordre public", la ville de Lyon avait annulé une conférence en présence du militant et avocat franco-palestinien, Salah Hamouri. Ses avocats ont introduit un recours en référé devant le tribunal administratif de Lyon qui vient de confirmer la tenue de l'événement ce jeudi soir.

La conférence, organisée par le Collectif de soutien au peuple palestinien en présence de l'avocat Salah Hamouri, avait été annulée par arrêté municipal pour "risques de troubles à l'ordre public". Elle se tiendra bien ce jeudi 22 juin à la Bourse du travail à Lyon après décision du tribunal administratif. 


Suspension de l'arrêté du maire de Lyon

La conférence pourra finalement avoir lieu, selon une décision rendue ce jeudi après-midi par le tribunal administratif de Lyon, saisi en urgence par les avocats de Salah Hamouri.

La juge des référés du tribunal suspend l’exécution de l’arrêté interdisant la conférence intitulée "Palestine-Israël-colonisation/apartheid" prévue le jeudi 22 juin 2023. "Il est enjoint au maire de la ville de Lyon de permettre la tenue de la conférence organisée par le Collectif de soutien au peuple palestinien, prévue ce jour", indique l'ordonnance du tribunal administratif de Lyon.

La juge des référés a considéré que la mesure d’interdiction de la conférence (..) n’est "ni justifiée, ni proportionnée, ni nécessaire pour éviter des troubles à l’ordre public auxquels les forces de l’ordre ne seraient pas en mesure de faire face." 

La juge des référés a estimé que "l’interdiction de la conférence, en présence de M. Hamouri, est constitutive d’une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale".

Outre Salah Hamouri, Jean Claude Samouiller, Amnesty International France, l’Association Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, le syndicat Solidaire Rhône et la Ligue des droits de l’Homme demandaient au juge des référés de suspendre l’exécution de cet arrêté.

Atteinte à la liberté d'expression

C'est une "décision extrêmement satisfaisante et protectrice de la liberté d’expression face à une mesure totalement préventive et injustifiée", a réagi Me Vincent Brengarth, l'un des avocats parisiens de Salah Hamouri, à la lecture de l'ordonnance rendue au tribunal administratif.

Recours en urgence et référé liberté avaient immédiatement été déposés à la suite de l'arrêté municipal signé par Grégory Doucet. La préfecture du Rhône, elle, avait précisé que cette nouvelle décision d'annulation avait été "notamment" justifiée "au regard de la polémique générée par sa venue à Lyon en janvier", des "débordements signalés pendant et en marge des participations précédentes" de l'avocat et "à des rencontres dans d'autres grandes villes" et des appels à manifestation devant la Bourse du travail.

L'un des avocats de Salah Hamouri évoquait ce jeudi matin un arrêté pris "sous la pression de la préfecture". "On vous explique que la seule présence de Salah Hamouri serait de nature à générer un trouble. Lui ne génère pas de troubles, ce sont ses opposants qui dans leur extrémisme peuvent provoquer des troubles."

Une première conférence annulée 

Cette deuxième annulation était intervenue cinq mois après l'annulation par Grégory Doucet d'une autre conférence à Lyon. Il s'agissait alors d'une table ronde sur le thème "Trente ans après la signature des Accords d'Oslo, regards sur la Palestine", organisée par la municipalité.

Salah Hamouri est soupçonné par Israël de liens avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation jugée terroriste par l'État hébreu et l'Union européenne. L'avocat franco-palestinien s'en défend.