Coronavirus Covid-19 : les transports s'adaptent à Lyon pendant le couvre-feu

Comment circuler, dans les transports en commun ou en taxi, à Lyon avec le couvre-feu ? Avec un justificatif à fournir en cas de contrôle, les métros et les bus seront moins nombreux, mais les taxis, eux, devraient être plus faciles à trouver.
A Vénissieux (Métropole de Lyon), les métros du Sytral sont désinfectés tous les jours avant la mise en service. Avec le couvre-feu qui démarre dans la nuit du 16 au 17 octobre, les métros et bus lyonnais seront moins nombreux le soir, de l'ordre de 10% pour l'instant.
A Vénissieux (Métropole de Lyon), les métros du Sytral sont désinfectés tous les jours avant la mise en service. Avec le couvre-feu qui démarre dans la nuit du 16 au 17 octobre, les métros et bus lyonnais seront moins nombreux le soir, de l'ordre de 10% pour l'instant. © J Pachoud / AFP
Vous avez un justificatif de déplacement en main, mais pas de voiture? Voici un petit tour d'horizon des solutions qui s'offrent à vous, avec le début du couvre-feu qui démarre à Lyon dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 octobre à minuit.

Métro boulot dodo, plus tôt

Les transports en commun de Lyon s'adaptent et prévoient déjà moins de passagers à partir de 21h.

Dans un communiqué le Sytral précise qu'au "regard de l’évolution de la situation sanitaire et du couvre-feu en vigueur sur le territoire métropolitain, l’offre de nuit, qui comprend l’extension des horaires du métro à 2h les week-ends et les lignes de bus de nuit Pleine Lune, est suspendue dès ce soir (vendredi 16 octobre)."

A partir de demain, samedi 17 octobre, le réseau de bus et de métro fonctionnera avec une fréquence réduite de l’ordre de 10% entre 21h et la fin du service.

Dans les prochains jours, la fréquentation sera évaluée "afin d’affiner l’offre".

Depuis le mois d'avril, le "matériel roulant et les équipements du réseau" sont désinfectés tous les jours. Des tickets par SMS sont également proposés.

Le port du masque et la distanciation physique doivent toujours être respectés.
 

Les taxis en perte de vitesse

Les taxis lyonnais sont équipés de plexiglas depuis le mois d'avril dernier, pour séparer le conducteur des passagers assis à l'arrière. A chaque client la désinfection est renouvelée.

Mais la situation économique devient critique pour de nombreux professionnels.

Depuis une semaine, les clients se font plus rares. "On le sent bien, parce que le temps d'attente est beaucoup plus long" nous précise Georges Martinez, taxi à Lyon depuis 10 ans. Pour rentrer dans la zone des taxis de la gare de Lyon Part-Dieu, il s'étonne de devoir attendre. Les taxis s'entassent et patientent, faute de clients.

Avec sa femme, Georges Martinez a acheté deux licences de taxis. Cela représente donc 2 crédits à rembourser, 200.000 euros en tout. Avec le confinement, le chiffre d'affaire était à zéro. Alors avec le couvre-feu ils se sont posés la question de revendre une des deux licences, parce que "ça fait des grosses charges en début de mois à payer."

"Ce sera la fin de certains taxis"

A la sortie des trains normalement, ce sont les clients qui attendent, aujourd'hui ce sont les taxis qui font la queue: "En temps normal c'est 15 à 30 minutes d'attente au maximum. Dès fois il n'y a même pas d'attente, on repart et c'est tout. Là, on attend entre 1 heure et 1 heure et demie! Les gens ont peur. Ils ont anticipé le couvre-feu. Ils sortent moins. C'est flagrant."

Des prêts à taux zéro, remboursables au bout d'un an, sont proposés aux taxis: "On n'arrête pas de grignoter dedans, ça nous sert de fonds de trésorerie. Mais je vais être à découvert dans un mois ou deux, après toutes les traites à payer. Moi qui suis de nature optimiste, aujourd'hui je ne le suis pas du tout. Nous on paye nos traites, et on mange après. Ça fait vraiment peur, on n'a jamais été dans cette situation là. En 10 ans on en a eu des crises, mais là je suis moins sûr qu'on puisse se relever. Si on continue comme ça ce sera la fin de certains taxis. Il y en a beaucoup qui vont revendre leurs licences, ou arrêter de louer."

En 2020, les taxis du Rhône ont en moyenne perdu 50% de leur chiffre d'affaire sur l'année. Ils seraient 30% à avoir déposé le bilan.

A Lyon les Velo'v roulent vers une année historique

A Lyon, les Velo'v ont enregistré des records de fréquentation en septembre dernier. 

JC Decaux avait déjà annoncé 731.877 locations pour les trois premières semaines de septembre à Lyon, "avec 266.234 trajets dans la semaine du 14 au 20 septembre, une première dans son histoire". A Lyon, le service Vélo'v compte désormais 72.000 abonnés de longue durée.

Face à tout cela, les locations ou les usages des voitures personnelles, VTC, vélo, trottinette électrique, marche à pied ou même hoverboard pourraient tirer leur épingle du jeu. 

A la sortie du confinement le 11 mai dernier, 20% des usagers de transports en commun en France ont déclaré une utilisation moins fréquente des bus et métros (sondage Boston Consulting Group). 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : conseils pratiques santé société covid-19 transports économie