• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Coupe du monde féminine de football : quelles seront les équipes dans le dernier carré à Lyon ?

Le trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA / © PIERRE ROUANET - MAXPPP
Le trophée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA / © PIERRE ROUANET - MAXPPP

Les demi-finales et la finale de la Coupe du monde féminine de football se tiendront à Lyon les 2, 3 et 7 juillet. Quelles sont les équipes favorites ? Quelles sont les nations les plus capées ? Depuis quand se joue cette Coupe du monde féminine ? 

Par Christian Conxicoeur

Sortez les vuvuzelas, les tambours, les confettis (mais pas les fumigènes, d'accord ?!) Car si vous ne le saviez pas, les demi-finales et finale de la Coupe du monde féminine de football se joueront à... Lyon ! Trois dates (les 2, 3 et 7 juillet) qui vont voir s'affronter les meilleures équipes de la planète sur la pelouse du stade de Décines, débaptisé de son nom sponsorisé (naming) pour l'occasion.

Les grandes favorites en 2019

Un des excellents indicateurs quant aux meilleures équipes du moment, c'est le classement FIFA qui place, sans surprise, les américaines d'Alex Morgan au sommet de la hiérarchie. Triples vainqueures du tournoi, et tenantes du titre, elles sont LES grandes favorites.

Juste derrière, il y a l''équipe d'Allemagne, avec -soyons chauvins- la Lyonnaise Dzsenifer Marozsan -comment ça, vous n'avez pas vu la photo de NOTRE journaliste Jean-Paul Savart bras-dessus bras-dessous avec Janos Marozsan, la papa de Dzsenifer -et ex-international hongrois- lors de la finale de Champions League à Budapest ? pour réparer cette terrible erreur, cliquez ici.

A vrai dire, les Allemandes, avec deux trophées et un "je-te-tiens-tu-me-tiens-par-la-barbichette" avec les USA pour la première ou la deuxième place du classement FIFA depuis 2003, impossible de les ignorer, même si leur dernière coupe était un semi-échec (4e). Et puis, si Dzenifer remporte la finale, on ne sera pas totalement dévastés...


And the winner is...

Bon assumons notre (relative) mauvaise foi, et disons-le tout net, on adorerait que les bleues décrochent le 7 juillet à Lyon leur première étoile : parce qu'elles sont françaises, qu'elles ne se prennent pas pour des popstars, mais surtout parce qu'elles le méritent.

Au cours des 15 derniers matches amicaux, elles n'en ont perdu qu'un, 1 à 0 face à l'Allemagne, après avoir battu l'Australie, le Cameroun, le Brésil et ... les Number One, les américaines, défaites 3 à 1 le 19  janvier (comme c'est bon ça !). 
 
 

Corinne Diacre à la baguette

Depuis, elles ont dominé quelques belles nations, comme la Chine, le Danemark et le Japon. Alors qu'elles jouent à Lyon (7 !) Paris, Montpellier ou bien Guimgamp, qu'on se le dise : les Françaises sont au taquet, avec une coach, Corinne Diacre, pas franchement là pour faire de la figuration.

4e au dernier classement FIFA, nos Bleues n'ont pas encore remporté de tournoi majeur, mais elles vont s'employer à corriger ça, et à la maison s'il-vous-plaît ! Allez les Bleues ! 
 

Et les autres ...

Enfin il y a pêle-mêle les japonaises de notre lyonnaise Saki Kumagai (1 titre en 2011 et une finale en 2015) qu'il serait franchement bête de sous-estimer.
 

On trouve aussi les anglaises de Lucy Bronze, tiens encore une lyonnaise,  (3e à la Coupe 2015, demi-finalistes de l'Euro en 2017 et surtout vainqueures du tournoi pré-Coupe du monde ShebelievesCup face aux USA, Japon et Brésil).

Dans le rayon  "high level" on oublie pas les Néerlandaises  (vainqueures de l'Euro 2017) - avec Shanice Van de Sanden, qui je vous le donne en mille, joue entre Saône et Rhône.

 

"L'Empire du milieu" au top ?

Mais si 'on a l'habitude d'évoquer les plus capées,  il n'est pas stupide de s'attarder sur les "Roses de l'acier", ou les 铿锵玫瑰 dans le texte, autrement dit l'équipe de Chine, pionnière du foot féminin mondial, chez qui on ne rigole pas avec le sport et la fierté nationale.

Avec une finale perdue en 1999 et quatre 1/4 de finale (1991, 2003, 2007 et 2015), les Blanches et rouges auront certainement beaucoup de motivation, même si la dernière coupe d'Asie ne leur a que très moyennement réussi (3e).
Leur premier gros rendez-vous ce sera dès le lendemain de l'ouverture face au poids lourd allemand à 15h !

Pour programmer vos pauses footballistiques devant la tv


Peu de nations ont décroché le titre depuis 1991

C'est d'ailleurs en Chine et 1991 que la première Coupe du monde féminine de football a eut lieu. Même si ce n'est pas a priori à "l'Empire du milieu" que l'on pense immédiatement quand on parle de ballon rond, c'est bien là que le premier tournoi du genre ( à 12 équipes) s'est déroulé, sacrant l'équipe des Etats-Unis face à la Norvège (2 à 1). Pour ceux qui comprennent l'anglais (ou pas, les images en elles-même sont intéressantes) un document vidéo FifaTV fait revivre l'épopée de cette 1ère Coupe du monde féminine.

En 1995, en Suède, la Norvège l'emportera sur l'Allemagne, mais les Etats-Unis enfonceront le clou en 1999 chez eux face à la Chine, après avoir glané un titre olympique à Atlanta en 1996, déjà contre les Chinoises. Et c'est la première fois qu'une finale féminine se jouera aux tirs-aux-but. A Pasadena, sous le soleil de Californie, Brandi Chastain -déjà championne du monde en 1991- délivrera l'équipe américaine : "Tout s'est passé très vite, mais j'ai eu l'impression de vivre les choses au ralenti" confiera-t-elle bien des années plus tard.  

En 2003, encore aux Etats-Uniset 2007 -en Chine- , l'Allemagne gagne 2 titres consécutifs, mais échoue la passe de trois face au Japon en 2011. En 2015, ce sont de nouveau les Etats-Unis -encore face au Japon- qui remportent le graal, portant à 3 le nombre de leur trophées en 8 participations.

Sur le même sujet

H-F. Thiéfaine au Parc des oiseaux (Ain)

Les + Lus