Covid-19 : Lyon et Villeurbanne s'engagent dans la vaccination du grand public

Alors que la  vaccination a débuté pour les personnes dépendantes, les soignants et s'est élargie aux plus de 50 ans dans les hôpitaux et autres ehpad, les municipalités de Lyon et Villeurbanne annoncent dans un communiqué commun qu'elles entrent dans la campagne. 

© PRESS ASSOCIATION IMAGES/MAXPPP

Dans la continuité de leur partenariat, la Ville de Lyon et les Hospices Civils de Lyon s’engagent dans une nouvelle étape de la lutte contre l’épidémie de la COVID 19, à travers l’organisation d’un centre de vaccination à grande échelle. A cette occasion, le maire de Lyon Grégory Doucet s'implique personnellement pour inciter les lyonnais.e.s à y participer : "En tant que responsable d’une ONG humanitaire engagée dans de précédentes crises sanitaires, comme la lutte contre Ebola, je peux témoigner que de nombreux drames ont ainsi pu être évités parmi les populations. Il est de notre responsabilité d’inciter les Lyonnaises et les Lyonnais à se faire vacciner dès que possible."

En partenariat avec les Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS) Médecins et Infirmiers de la région Auvergne-Rhône-Alpes, un centre de vaccination contre la Covid-19 sera ouvert à partir de jeudi dans les locaux du Palais des Sports de Gerland (Lyon 7). Ce centre vise à répondre, dans les meilleurs délais, à l’objectif national de vaccination des publics cibles de la première phase, à savoir :
- Les professionnels de santé de plus de 50 ans ou porteurs d’un facteur de risque les exposant à une forme grave de la Covid-19 
-  Les aides à domicile âgés de plus de 50 ans ou porteurs d’un facteur de risque.

Cette vaccination pourra s'opérer uniquement sur rendez-vous. Centre ouvert de 8h30 à 20h du lundi au samedi. Renseignements disponibles sur www.chu-lyon.fr

Le Palais des Sports de Gerland sera ainsi organisé autour d’un double objectif : Poursuivre la campagne de dépistage qui a d’ores et déjà permis de tester plus de 54 000 personnes et d’identifier plus de 9 400 positifs depuis l’ouverture le 24 septembre et vacciner les publics désignés comme prioritaires pour la campagne de vaccination.

Villeurbanne ouvrira son centre prochainement

La semaine dernière, la Ville de Villeurbanne a proposé aux autorités préfectorales et sanitaires l’ouverture, dès que possible, d’un centre de vaccination sur le même modèle que le centre de Gerland en complément de son centre de dépistage qui continue à fonctionner à la salle des Gratte-Ciel. Des réunions de travail avec l’Agence régionale de santé, la Préfecture et les acteurs de santé sont en cours pour préciser le mode de fonctionnement et la date d’ouverture. Comme le confirme Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne: " En lien avec l’ARS, nous mettons tout en oeuvre aujourd’hui pour procéder à la vaccination des résidentes et résidents des Ehpad, des agents des équipements médicosociaux, et, dès que possible, à celle des personnes de plus de 75 ans."

Seulement 20% de personnels des ehpad acceptent la vaccination

Le gouvernement espère atteindre les 400.000 personnes vaccinées contre le Covid-19 à la fin de la semaine, notamment dans les Ehpad où moins de 30.000 résidents ont reçu le vaccin, a indiqué ce mardi 12 janvier la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon.

Le ministère de la Santé a annoncé lundi soir que plus de 138.000 personnes en France étaient vaccinées au 11 janvier. Sur ce total, on compte 27.761 personnes âgées résidant en maisons de retraite (sur une cible d'environ un million de personnes), les autres étant des professionnels de santé, selon des chiffres communiqués mardi par le cabinet de la ministre.

Le gouvernement, qui compte avoir reçu 2,6 millions de doses d'ici la fin du mois, a modifié sa stratégie en ouvrant la vaccination à tous les professionnels de santé de plus de 50 ans ou fragiles, ainsi qu'aux aides à domicile et aux pompiers. 
 
Selon Mme Bourguignon, seuls "20% de personnels acceptent la vaccination" dans les Ehpad, un chiffre "qui n'est pas suffisant". "Dans d'autres secteurs, comme le milieu hospitalier, c'est plus largement accepté", a-t-elle souligné. Ainsi, elle n'a pas exclu qu'une "campagne nationale de sensibilisation à la vaccination" soit lancée prochainement.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins