• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dimanche en politique : quelle réforme pour l'entrée à l'université ?

La grande réforme engagée par le gouvernement sur l'accès à l'université pose question. Surtout les critères qui seront retenus pour orienter les étudiants dans telle ou telle filière. La sélection s'en trouvera -t-elle accrue ? C'est la question posée aux invités de "Dimanche en politique".        

Par Philippe Bette

A quoi ressemblera la rentrée universitaire 2018 ? Y aura -il un renforcement de la sélection ?  La question se pose dès maintenant pour les lycéens qui sont d'ores et déjà  invités à se rendre sur une nouvelle plateforme d'inscription en ligne baptisée "Parcours sup". La mise en place précipitée de ce nouveau dispositif suscite la méfiance d'une partie du corps enseignant et des principaux intéressés, les futurs étudiants qui y voient d'ores et déjà un mode de sélection qui ne dit pas encore son nom. A Lyon, 800 personnes ont défilé dans les rues pour exprimer leur défiance vis à vis de ce nouveau système "post bac"....    

Sur le plateau de "Dimanche en politique", Laura Pfister, en terminale au lycée Auguste Lumière à Lyon et vice-présidente de l'Union nationale lycéenne (UNL) est interviewée par Lise Riger. Elle  explique la complexité du dispositif "Parcours sup" dès lors qu'il s'agit de remplir sa fiche de voeux, selon des principes qui restent encore assez flous.

Ludivine Rosset, professeur d'histoire-géographie au lycée Chaplin  de Decines et secrétaire académique du SNES/FSU confirme la difficulté d'inscription en ligne, dans des délais très courts entre la mise en place de la plateforme en janvier et la clôture des voeux le 13 mars :"Les professeurs principaux sont relativement démunis pour aider les éléves dans la formulation de leurs choix et dans leur orientation".

Pour Khamed Bouabdallah, président de l'université de Lyon, "cette réforme améliore considérablement les choses", reconnaissant malgré tout qu'elle va demander du temps. "Il faut qu'on arrive à avoir une orientation beaucoup plus axée sur les compétences et les aptitudes des élèves, mais aussi sur leur capacité à réussir" .



Régis Juanico, député PS de la Loire et membre de la Nouvelle Gauche, explique pourquoi son groupe parlementaire a déposé un recours contre ce nouveau dispositif devant le Conseil constitutionnel.  Pour lui, le risque est celui d'avoir une inégalité d'accès à  l'enseignement supérieur : "Le texte a été durci par la majorité "En marche" si bien que les capacités d'accueil dans l'enseignement supérieur seront définies à l'avenir par les perspectives d'insertion professionnelle. On va décourager beaucoup d'étudiants et de lycéens"  


Revoir ici l'intégralité de l'émission, enregistrée vendredi - Diffusion dimanche 11h30 sur l'antenne de France 3 Rhône-Alpes -    
 

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus