• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Football: le choix de Bruno Génésio est très contesté !

© DR
© DR

Bruno Génésio semble faire l’unanimité contre lui du côté de Lyon. Le remplacement d'Hubert Fournier par son principal adjoint annoncé à la veille de Noël apparaît comme un choix par défaut, faute de solutions externes sérieuses... Les supporters lyonnais lancent une pétition contre ce choix

Par Isabelle Gonzalez

" Non à Bruno Génésio entraineur de l'Olympique Lyonnais !" C’est le titre et l’objet de la pétition en ligne lancée par les abonnés et cela avant même que Jean-Michel Aulas n’officialise son choix jeudi 24 décembre dernier. A ce jour plus de 1800 supporters ont signé le document destiné au patron du club rhodanien.
Dans cette "lettre ouverte à Jean-Michel Aulas", ils détaillent les raisons de leur mécontentement : «  Bruno Génésio n’est tout simplement pas un bon entraîneur, c’est factuel. Il s'est planté absolument partout où il est passé en tant qu’entraîneur principal et ne doit sa longévité en tant qu'adjoint qu'au fait d'être du cru et particulièrement apprécié de Bernard Lacombe. De plus, être lyonnais ne doit constituer qu'un bonus dans une décision pareille.  »

La valse des entraîneurs
C'est la quatrième fois que Jean-Michel Aulas change d'entraîneur en cours de saison depuis bientôt trente ans qu'il préside l'OL, après les évictions
de Robert Nouzaret (en octobre 1987), Denis Papas (mars 1988) alors que le club était en L2, et Guy Stephan (octobre 1996).
L'homme fort de l'Olympique lyonnais, qui n'a jamais été convaincu par ce type de décision, a longtemps espéré que la spirale négative s'inverse pour sauver Hubert Fournier, au moins jusqu'à la fin de saison, mais la énième défaite essuyée dimanche dernier, le 20 décembre, à Ajaccio par l'OL (2-1), a scellé le sort de ce dernier.
Le constat est là. Éliminé de la Ligue des Champions dès la 5e journée de la phase de poules, terminée à la dernière place d'un groupe qui semblait pourtant à sa portée pour une qualification en 8e de finale, le club, pénalisé par de nombreuses blessures, pointe actuellement à la 9e place du championnat, à cinq points du podium, après n'avoir pris qu'un point en six journées.
Dans ce contexte, les noms de techniciens étrangers évoqués ces dernières semaines, comme le Suisse Lucien Favre ou le Brésilien Leonardo, voire l'Italien Marcello Lippi, n'ont été que des pistes douteuses. 
Lyonnais pure souche, Bruno Genesio, était notamment en charge d'animer les séances d'entraînement de l'équipe. Il partageait donc les responsabilités de l'échec de la première moitié de saison avec Hubert Fournier et l'ensemble des composantes du club, y compris Jean-Michel
Aulas.
Ce dernier ne peut être exonéré, en effet, des insuffisances du banc de touche et d'un recrutement raté. Les trois mois de mercato estival ont suffi à transformer une équipe, brillante la saison dernière et 2e de la Ligue 1, en champ de ruines alors qu'elle s'apprête à investir un stade flambant neuf de 59.000 places, le 9 janvier 2016 face à Troyes en championnat.
Âgé de 49 ans, Bruno Genesio a signé sa première licence à l'OL en 1971. Il a été joueur de l'équipe pro de 1985 à 1995, contribuant au retour du club parmi l'élite en 1989. Il a ensuite joué à Nice et Martigues. Adjoint de Rémi Garde lorsque ce dernier entraînait Lyon, il n'avait pas été choisi par
Jean-Michel Aulas pour lui succéder en juin 2014.
Il n'a d'ailleurs guère convaincu, pour l'heure, comme entraîneur numéro un. A Villefranche-sur-Saône, il avait pris l'équipe en CFA (4e div.) en toute fin de championnat, pour être relégué en CFA2 en 2000 et être débarqué peu avant la fin de saison 2000-2001 alors que le club caladois descendait encore en Honneur. Dans la foulée, il avait été l'adjoint de Stéphane Paille à Besançon en L2 et en National, et lui avait succédé de juillet à décembre 2004, avant d'être remercié en raison de mauvais résultats. Genesio, qui pourrait être associé à des figures du club dans son encadrement (Cris, Sonny Anderson) pour donner plus de crédit à sa nomination, était revenu à l'OL en 2005, occupant divers postes dans l'encadrement technique.

Sur le même sujet

Beaulieu (Ardèche) : comment détermine-t-on la date des vendanges ?

Les + Lus