Football féminin : les Lyonnaises Mbock et Morroni s'associent à Renard contre le management en sélection

Le ballon rond féminin semble soutenir la décision de Wendy Renard. A travers les réseaux sociaux, les joueuses nationales et internationales s'expriment et s'associent à la capitaine des Bleues Wendie Renard et aux attaquantes Kadidiatou Diani et Marie-Antoinette Katoto. Ces dernières s'étaient mises en retrait, appelant à des changements au sein de l'encadrement.

Les défenseures de Lyon et de l'équipe de France féminine Griedge Mbock et Perle Morroni se sont associées aux joueuses qui ont mis leur carrière internationale entre parenthèses, mettant en cause le management en sélection.

"Je souhaite à mon tour m'exprimer par rapport à la situation et me joins à elles contre le système du management de l'équipe de France actuel pour en avoir souffert personnellement", a écrit sur Instagram Perle Morroni, 25 ans, qui compte 11 sélections.

Quelques heures plus tard, Griedge Mbock, cadre habituelle des Bleues (blessée depuis septembre) a dénoncé à son tour " le décalage qui subsiste entre l'organisation actuelle, les attentes que l'on a et les moyens qu'on nous donne pour lutter au plus haut niveau".

Retrait en cascade

Vendredi 24 février 2023, la capitaine Wendie Renard et les attaquantes Kadidiatou Diani et Marie Antoinette Katoto s'étaient mises en retrait, appelant à des changements.

" Si je reporte un jour le maillot de l'équipe de France j'espère que ce sera dans de meilleures conditions et avec des valeurs adéquates au haut niveau", ajoute Morroni sur Instagram.

La défenseure latérale n'a pas été convoquée depuis le mois d'avril 2022 par la sélectionneuse Corinne Diacre. Ces derniers jours, elle n'a pas été appelée pour le rassemblement de février malgré l'absence sur blessure des deux titulaires à son poste, Sakina Karchaoui et Selma Bacha. Diacre a préféré convoquer Estelle Cascarino, défenseure centrale.

Quant à Mbock (71 sélections), associée à Renard dans la défense centrale de l'OL et des Bleues quand elle est apte, elle s'est blessée à un genou en début de saison et a reconnu ne pas être " apte actuellement à pouvoir prétendre à une place au prochain Mondial".
   

Les soutiens à Renard, Diani et Katoto se sont multipliés ces derniers jours, à l'échelle nationale et internationale sur les réseaux sociaux.

L'ex-gardienne des Bleues Sarah Bouhaddi, qui avait dénoncé les méthodes de Corinne Diacre ces dernières années en annonçant dès 2020 une pause avec la sélection a souhaité "saluer le courage" de ses coéquipières.

Ada Hegerberg et Megan Rapinoe, les deux premières lauréates du Ballon d'Or féminin, ont également soutenu les trois Tricolores.