General Electric : 84 emplois potentiellement sauvés à Villeurbanne

Au 12ème jour de grève, le syndicat CGT représentant les salariés de General Electric dans la métropole de Lyon, annonce des avancées. Les discussions ont repris avec des représentants de la direction concernant le plan social. Sur 285 suppressions envisagées, 72 postes seront sauvés à Villeurbanne.
Le piquet de grève est installé depuis le 23 novembre 2020 à Villeurbanne, sur le site de Grid Solutions, l'une des filiales de General Electric menacée de fermeture.
Le piquet de grève est installé depuis le 23 novembre 2020 à Villeurbanne, sur le site de Grid Solutions, l'une des filiales de General Electric menacée de fermeture. © FTV
"Nous sommes dans une semaine décisive", annonce le syndicat CGT sur son compte Twitter. Depuis lundi 7 décembre 2020, le contact est renoué entre les représentants syndicaux et la direction de General Electric. Au coeur des discussions : la sauvegarde des emplois alors que près de 300 suppressions de postes ont été annoncées sur les sites de Villeurbanne et de Saint-Priest. Mais après 12 jours de grève, le dialogue a repris. "Des engagements ont été pris", nous indique rapidement au téléphone, le délégué syndical Serge Paolozzi. 

"72 postes de sauvés sur 285 pour Villeurbanne !"

Le message posté ce mardi 8 décembre sur les réseaux sociaux par le syndicat CGT de General Electric Villeurbanne se veut optimiste. Lors de la réunion de la veille avec la direction, des ajustements sur le nombre de suppressions de postes et d'emplois sont désormais à l'étude. Et 72 postes pourraient être sauvés sur le site de Villeurbanne.
 

Après avoir rencontré Eric Chaussin, patron des produits disjoncteurs GRID Monde, puis Elisabeth Benedetto, responsable des activités Service, direction et syndicats seraient parevnus à un accord : préserver le site de Villeurbanne, où 72 postes seront sauvés sur les 285 suppressions prévues dans le PSE. Pour les organisations syndicales, c'est une première victoire, qui permettra de maintenir à Villeurbanne, l’ensemble de l’activité de disjoncteur de générateur avec 84 emplois. Les nouvelles sont moins bonnes concernant le site de Saint-Priest, "aucune avancée, 104 postes impactés sont toujours d’actualité"indique la CGT.

Le volet social en discussion le 9 décembre

Depuis le 23 novembre, à l'appel de la CGT et de la CFDT, un piquet de grève est maintenu sur le site de la filiale Grid Solutions à Villeurbanne. Un site menacé de fermeture avec ce plan social. Le 1er Décembre, les grévistes se sont rendus à Paris, et ont notamment été reçus au ministère de l'Economie. À l'issue de ce ce rendez-vous,  il a été annoncé qu'un contact avait été de nouveau établi entre Bercy et la direction de GE France afin de "signifier à l’entreprise qu'elle devait revenir vers les organisations syndicales, et revoir le contenu industriel de son plan, mais également le contenu social très insuffisant". Une prise de position affirmée par Bruno Le Maire en personne, lors des questions à l'Assemblée Nationale

Les dimensions sociales du Plan de Sauvegarde de l'Emploi seront au centre d'une réunion prévue mercredi 9 décembre 2020. "Il s'agit de discuter des mesures d'âge qui pourraient sauver des emplois supplémentaires, mais aussi des indemnités liées au reclassement, au volontariat, à la mobilité", nous précise Serge Paolozzi. Les montants de ces indemnités seraient actuellement au plus bas, selon le délégué syndical.
 
Une autre réunion est d'ores et déjà programmée vendredi. Et puis, il y aura le rendez-vous du 15 décembre, date à laquelle doit se tenir le Conseil Social de l'Entreprise.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie industrie grève emploi société