Georges Duboeuf, “homme charismatique“, “travailleur acharné” et ”infatigable ambassadeur du Beaujolais”

Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire) Le "Pape du Beaujolais" Georges Duboeuf (Archives 2015) / © MAXPPP
Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire) Le "Pape du Beaujolais" Georges Duboeuf (Archives 2015) / © MAXPPP

Surnommé "le Pape du Beaujolais", Georges Duboeuf, célèbre négociant de cette région viticole, s'est éteint samedi 4 décembre en fin d'après-midi, à l'âge de 86 ans. Au lendemain de sa disparition, les louanges pleuvent... 

Par Dolores Mazzola

Georges Duboeuf, l'un des pères du Beaujolais nouveau, s'est éteint samedi 4 janvier, vers 18h, des suites d'une hémorragie cérébrale survenue à son domicile de Romanèche-Thorins, en Saône-et-Loire. 

Au lendemain de l'annonce du décès de Georges Duboeuf, considéré comme le "Pape du Beaujolais", son ami Bernard Pivot a souligné et évoqué un homme resté " très simple, très modeste et très agréable, en dépit de sa réussite". Une personnalité dotée de qualités humaines mais aussi un "pédagogue", toujours d'après Bernard Pivot. Ce dernier fait référence au "hameau du vin", un oenoparc de 30 000 m² inauguré par ce visionnaire, passionné du Beaujolais, à Romanèche-Thorins. Le site ouvert au public en 1993 est dédié à la culture de la vigne et du vin. 

La disparition de cet "Ambassadeur du Beaujolais" a provoqué de nombreuses réactions, notamment dans le monde de la restauration et de la viticulture. 
 

Le chef étoilé Georges Blanc perd "un ami proche"

Georges Blanc a été également parmi les premières personnes à réagir. Il s'est dit très attristé par la perte de ce "compagnon de route" et "ami fidèle". Pour le chef étoilé de Vonnas, Georges Duboeuf était un "ambassadeur infatigable du Beaujolais".  "Je suis évidemment très triste. Je perds un ami que j'ai connu au début des années 60. C'était un travailleur acharné." Et d''ajouter : "Il était fidèle à ses racines. C'était un enfant du Beaujolais, il en a été l'ambassadeur et même le meilleur des ambassadeurs". 

Pour  Christophe Marguin, Président des Toques Blanches lyonnaises, Georges Duboeuf était surtout "un Monsieur qui avait un palais extraordinaire," capable de goûter et d'expliquer de nombreuses cuvées très différentes.
 

L'hommage du monde de la vigne

"Au nom de tous les vignerons et négociants, Inter Beaujolais rend hommage à cet homme dont le nom restera inscrit dans l’histoire du Beaujolais," indique ce lundi Dominique Piron, président d'Inter Beaujolais dans un communiqué. Il ne manque d'ailleurs pas de faire le parallèle avec une autre figure de la région lyonnaise disparue voilà quelques mois : "si Paul Bocuse, son ami de toujours, avait fait sortir les chefs de leurs cuisines, Georges Duboeuf a fait sortir les vignerons de leurs caves…". "Les vignerons, il les a emmenés au bout du monde," avait-il également déclaré au lendemain du décès de Georges Duboeuf, "il a amené chez eux, dans leurs caves, ses clients du bout du monde". Pour le Président d'Inter Beaujolais, Georges Duboeuf a su créer "un véritable partenariat" avec les vignerons.

Dominique Piron a également évoqué un homme à la fois "charismatique" et "discret", aux qualités professionnelles et humaines: "derrière une voix chaude, grave, rassurante, presque envoutante se cachaient beaucoup de choses pleines de force. C’était du goût, un nez, de l’intuition, de la vision, une mémoire énorme et surtout beaucoup de travail."

Pour Dominique Piron, l'ambassadeur du Beaujolais "un initiateur, un précurseur, un Grand Monsieur comme on n’en rencontre pas souvent," a marqué la région durant plusieurs décennies. Aujourd'hui, une page se tourne...
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus