La grève se durcit à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon : les urgences partiellement fermées

Depuis ce matin, plusieurs personnels des urgences de l'hôpital de la Croix-Rousse ont débrayé, ce qui perturbe le service des urgences ainsi que le service des courts-séjours.

La grève aux urgences de l'hôpital de la Croix-Rousse
La grève aux urgences de l'hôpital de la Croix-Rousse © Alexandra Marie - France 3 Rhône-Alpes
Il faut prendre son temps aujourd'hui aux urgences de la Croix-Rousse : 4 infirmiers et aides-soignants ont débrayé et ne sont pas venus travailler, ce jeudi 24 mai.

Pendant toute cette journée, le service n'accueille plus de patient couchés, c'est-à-dire sur des brancards : seuls les patients qui peuvent marcher sont accueillis.

La grève dure depuis 99 jours à la Croix-Rousse, mais prend un nouveau tournant. Selon la CGT, jusqu'à présent, les personnels grévistes acceptaient de suspendre leurs journées de grève pour la continuité du service public, comme la loi les y oblige. Depuis ce matin, pour suspendre le mouvement et respecter la loi, les grévistes attendent qu'une assignation leur soit remise, en main propre par leur encadrement, avant leur prise de service.

Les infirmiers et aide-soignants sont en grève pour réclamer la création de 2 postes par jour, afin de mieux accueillir les patients. Selon la CGT, l'activité aurait augmenté de 30 % depuis 2010, avec toujours les mêmes effectifs.

Une réunion est prévue en fin de journée avec la direction.

Voici le témoignage de Caroline, une infirmère à l’hôpital de la Croix Rousse en larmes de ne pas pouvoir faire son travail correctement.
Une vidéo de Alexandra Marie avec Arnaud Jacques
 
L'interview de Caroline, infirmière aux HCL

La réponse des HCL

Dans un communiqué, les Hospices Civils de Lyon précisent que 15 assignations ont bien été transmises pour la journée du 24 mai, avec un déplacement au domicile, sms et message vocal. Sur ces 15 assignations, 4 personnes "ne se sont pas présentés sur leur poste de travail ce matin".

Des mesures extraordinaires ont alors été prises par la Direction de l’hôpital, en lien avec l’équipe médicale : les arrivées de véhicules d’urgence (SAMU, pompiers et ambulances) ont été détournées vers les autres services d’urgence.

Pour une éventuelle nouvelle journée de grève, la Direction assignera les professionnels de façon à garantir la continuité des soins et la meilleure qualité d’accueil possible pour les patients. La qualité des soins n’est pas engagée.

La direction doit rencontrer ce soir les organisations syndicales pour écouter leurs attentes et revendications et travailler à une solution satisfaisante.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société grève économie social