Incendie de la Croix-Rousse à Lyon : les préparatifs sont lancés, la démolition débute le 6 mai

L'entreprise de démolition a engagé les préparatifs du chantier ce mardi 5 mai 2020. Près d'une semaine après le violent incendie qui a ravagé un immeuble au n°7 de la montée Bonafous à la Croix-Rousse, il va falloir faire tomber deux murs du bâtiment, "en évitant les dommages collatéraux".
Vue aérienne de trois des quatre immeubles de la montée Bonafous dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, touchés par un incendie le jeudi 30 avril 2020. Image drone des sapeurs-pompiers.
Vue aérienne de trois des quatre immeubles de la montée Bonafous dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, touchés par un incendie le jeudi 30 avril 2020. Image drone des sapeurs-pompiers. © SDMIS 69
Certains riverains se sont offusqués ce mardi 5 mai de voir "des arbres abattus" aux abords de l'immeuble ravagé par le terrible incendie qui s'est déclaré jeudi 30 avril au numéro 7 de la montée Bonafous, dans les pentes de la Croix-Rousse, à Lyon. "Personne n'a été avisé" nous écrit-on.
Renseignements pris auprès de l'adjoint à la sécurité de la ville de Lyon, il s'agit des préparatifs au chantier de démolition qui doit commencer mercredi 6 mai 2020. 

L'entreprise de démolition prépare l'entrée de deux engins qui seront positionnés demain matin. Ces préparatifs visent à sécuriser le site, pour qu'il n'y ait pas de dommages collatéraux.


L'enjeu de ce chantier de démolition, précise Jean-Yves Sécheresse, "est de faire tomber les murs nord (là où il y a des arbres) et sud de l'immeuble. Ils vont être grignotés." Suite à l'effondrement de la façade côté rue dans la matinée de lundi, la ville a pris un arrêté pour élargir "la zone classée rouge qui concerne désormais onze immeubles, et porte le nombre de personnes évacuées à 140 personnes au total."
 

Lundi 4 mai : la façade s'effondre


Lundi 4 mai 2020, vers 9 heures, l’un des murs de l’immeuble de la montée Bonafous à la Croix-Rousse, déjà menaçant, s’est effondré. Au total, 140 habitants ont été évacués de la zone. Et le début des opérations de déconstruction retardé.
Une réunion pour faire le point sur la situation a immédiatement été organisée sur les lieux de l’incendie de la montée Bonafous, en présence notamment du Service Départemental et Métropolitain d’Incendie et de Secours du Rhône (SDMIS 69) et de la ville de Lyon.

Dans la matinée, la façade de l’immeuble incendié, déjà fragilisée, s’est effondrée. «Notre objectif, c’est que l’immeuble ne soit pas un danger pour le quartier» explique Jean-Yves Sécheresse, adjoint au maire de la ville en charge de la sécurité.
"Les murs nord et sud peuvent eux-aussi s’écrouler. J’ai pris un deuxième arrêté d’expulsion. 39 habitants ont été évacués ce matin, ce qui porte à 140 au total le nombre de personnes qui ont dû quitter leur logement, et le périmètre de sécurité a été élargi" poursuit-il.

Des travaux préparatoires sont prévus mardi, avec l’arrivée de grues et d’engins spéciaux pour sonder la structure.
Les travaux de démolition et de sécurisation seront véritablement engagés mercredi 6 mai 2020. Une trentaine de pompiers est toujours activement mobilisée sur les lieux.
 
 

Les préparatifs du chantier de "déconstruction" sont lancés

Après quelques effondrements partiels du bâtiment dans la nuit et en début de matinée du dimanche 3 mai 2020, le risque perdure de voir l'immeuble s'écrouler complètement. Ces éboulis "empêchent les sapeurs-pompiers d'accéder à la partie arrière de l'immeuble, qu'ils avaient fini par atteindre la veille. Des capteurs ont été mis en place. Mais il n'est pas certain que le bâtiment reste debout", confie le colonel Serge Delaigue.
 

Tout ce week-end, nous procédons à la préparation du chantier de déconstruction et de sécurisation qui devrait commencer dès les prochains jours.



Le directeur départemental et métropolitain des services d'incendie et de secours nous a confirmé que la démolition partielle de l'immeuble n°7 "fait l'unanimité" entre le SDMIS, la ville de Lyon et la régie. "Nous préparons les choses, tant sur le plan du gaz, de l'électricité que sur la conception des travaux qui vont être réalisés".

 
durée de la vidéo: 00 min 36
Le feu est éteint sur les pentes de la Croix-Rousse


Un important travail de déblai va être engagé, puis de sécurisation des parties fragilisées. La suite sera décidée au fur et à mesure des découvertes et de la progression des experts au coeur du sinistre.

 
durée de la vidéo: 00 min 37
Incendie à la Croix-Rousse

 

Retour sur la journée du samedi 2 mai

Samedi 2 mai 2020, 36 heures après le début de l'incendie qui a ravagé un immeuble dans la montée Bonafous à Lyon, une quarantaine de sapeurs-pompiers restent mobilisés pour éteindre le feu qui perdure dans les ruines.
En début de matinée, la partie haute du bâtiment, correspondant aux deux derniers étages, s'est effondrée. Non pas sur la rue comme pouvaient le craindre les responsables de la ville, chargés du suivi de ce sinistre, "mais vers l'intérieur".

Jean-Yves Sécheresse, adjoint à la ville de Lyon en charge de la sécurité, précise que les sapeurs-pompiers ont du coup pu progresser à l'intérieur, vers le fond de l'immeuble du 7 montée Bonafous, dans le quartier de la Croix-Rousse. "Ils se sont aménagés un escalier sur le côté, pour être au plus près des foyers résiduels de l'incendie".
 

Une réunion pour décider de la démolition complète de l'immeuble

Ce samedi 2 mai 2020, une réunion est organisée avec les sapeurs-pompiers, la ville de Lyon et la régie en charge de l'immeuble, pour déterminer la suite des interventions. L'urgence est de "sécuriser les restes du bâtiment, de faire tomber tout ce qui doit être tombé pour qu'il n'y ait plus de danger ni pour ceux qui interviennent sur le sinistre, ni pour les riverains de l'immeuble d'en face" indique Jean-Yves Sécheresse.
 

Une société de démolition a été contactée. Son intervention est en train de se décider.


Selon l'adjoint au maire de la ville de Lyon, en charge de la sécurité, beaucoup militent pour entreprendre la démolition des parties très fragilisées de l'immeuble, "considéré comme perdu". La question est au coeur de la réunion de ce samedi matin. L'enjeu, "c'est également le devenir des trois autres immeubles touchés par l'incendie, qui devraient être sauvés et réhabilités". La société de démolition pourrait intervenir dès dimanche avec des engins spécifiques.
 

Le traumatisme des sinistrés


Olivier Lescale habitait au dernier étage de l'immeuble, avec femme, enfants, chien et chat. Ce samedi 2 mai, il évoque avec émotion cette soirée où l'incendie les a mis à la rue, "à une rapidité effroyable".

Nous nous sommes tous calfeutrés dans la cuisine. Sans issue possible, à se dire on va faire confiance aux équipes de secours.


Médecin réanimateur, réquisitionné pour lutter contre l'épidémie du coronavirus Covid-19 à Paris pendant plusieurs semaines, Olivier Lescale n'a pas cédé à la panique. "Nous avons eu le réflexe de prendre nos papiers d'identité, le téléphone..."

Depuis jeudi soir, "nous sommes des sdf" dit-il. Les trois enfants sont partis à la campagne, le chat et le chien placés en pension, et le couple a trouvé refuge dans un Airbnb grâce à des amis. Olivier Lescale évoque un stress post-traumatique, surtout qu'il faut "trouver des solutions après avoir vécu un incendie exceptionnel, doublé du contexte inédit du confinement".
Justine, sa femme, a l'impression d'être "un fantôme errant".

 
durée de la vidéo: 03 min 22
Témoignage sinistrés de la Croix-Rousse

 

S'acheter des habits, c'est compliqué avec le confinement et les magasins fermés.

 

Des semaines, des mois, des années sans réintégrer leur chez-soi ?

Une cinquantaine de sinistrés ont été évacués de ce secteur de la Croix-Rousse au cours de la soirée du jeudi 30 avril. Certains ont trouvé par leurs propres moyens une solution de logement. D'autres ont été pris en charge par la ville et le Centre d'actions sociales, avec l'aide de la Croix-Rouge.
Une partie est ainsi hébergée à Villemanzy. 

Un logement dans des hôtels pendant encore 15 jours, trois semaines, est mis en place indique Jean-Yves Sécheresse. Car même si les restes de l'immeuble du 7 montée Bonafous finissent par être consolidés, il va encore se passer du temps avant que les experts ne puissent se rendre sur site, et que les habitants de l'immeuble d'en face ne puissent rentrer chez eux.
 

Une vie à reconstruire pour ceux qui ont tout perdu


De l'immeuble en feu, certains sont partis sans rien. Parfois sans téléphone, sans papier d'identité. Pour plusieurs années, voire pour toujours. La ville de Lyon dit avoir un accord avec les régies "pour les aider à trouver des appartements afin de reconstruire leur vie".

Ce samedi 2 mai, le gaz et l'électricité ont été "globalement rebranchés" dans ce quartier de la Croix-Rousse.
 

 
Un numéro de téléphone unique pour faire vos dons aux sinistrés

La mairie du 4ème arrondissement de Lyon et la Croix-Rouge française sont extrêmement sollicitées par tous ceux qui souhaitent venir en aide aux sinistrés de l'incendie. 
Afin que tous les gestes de solidarité soient coordonnés efficacement, un numéro de téléphone unique a été mis en place.
  • Composez le 0805 69 11 49.

Les enjeux de cette coordination sont que les dons répondent à de réels besoins des habitants, qu'ils soient réceptionnés et distribués dans des conditions sanitaires et de sécurité nécessaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers