"Jamais un mot de travers, toujours le sourire" : l'éboueur prend sa retraite, les habitants lui offrent une cagnotte de 5000€

Pendant près de 15 ans, Demba Doucouré s'est occupé de nettoyer les rues du 1ᵉʳ arrondissement de Lyon. Un travail qu'il a réalisé avec le sourire, partageant sa joie avec les habitants du quartier. En guise de remerciements, ils ont récolté 5000 euros pour son départ à la retraite le 31 décembre dernier.

“C’est quelqu’un d’exceptionnel”. “C’est un rayon de soleil”. Dans le quartier de la Croix Rousse à Lyon, voilà comment les riverains décrivent Demba Doucouré. Pendant près de 15 ans, l’immigré sénégalais a parcouru les rues du 1er arrondissement de la ville afin de les rendre plus propres. Son travail : agent de propreté urbaine.  

Enfin, ça, c’était jusqu’au 31 décembre dernier. Le Sénégalais de 63 ans est aujourd’hui à la retraite. “Il va nous manquer”, déclare Youssef, restaurateur, place Sathonay. 

"Il sortait les poubelles, toujours avec le sourire"

Chaque matin, il l’observait. “Quand tout le monde dormait, il était debout. Il sortait les poubelles. Il courait partout, il montait, il descendait, toujours avec le sourire. Jamais il n’avait un mot de travers, jamais il ne s’est plaint. Il disait bonjour à tout le monde”, explique le riverain. 

Dès 5h15, Demba Doucouré avait l'habitude de sortir les poubelles des immeubles autour de l’hôtel de ville et des quais de Saint-Vincent. Ensuite, à 8 heures, il grimpait les pentes de la Croix Rousse, après une pause-café bien méritée.  

“Je vous jure, quand je le voyais sur les pentes, de loin, on aurait dit un mec de 20 ans. Je ne l’ai jamais vu manquer le travail, jamais !”, ajoute Youssef. Un bus, un tram, puis un métro, Demba Doucouré faisait le déplacement, chaque jour, depuis Vénissieux pour nettoyer les rues de la ville et partager son sourire communicatif avec les habitants.  

“Tout le monde l’aime bien. Tout le monde le respecte comme le maire”. “On l’adore. Chaque fois qu’on le rencontre, il prend des nouvelles de la famille, de tout le monde, de mon mari”, renchérit une habitante du quartier.  

5000€ de cagnotte en signe de remerciement 

Les habitants du quartier ont décidé de se cotiser pour le remercier pour ces années d’agréables et loyaux services. Ils ont ainsi créé une cagnotte qui a permis de récolter 5000 euros en moins de trois semaines. “Ça a confirmé cette intuition naturelle dans le quartier. On ne connaissait même pas son prénom, du moins au départ. Mais par contre, tout le monde connaissait son sourire. Ça a été unanime et immédiat”, souligne Mathias Rabiot, un habitant du quartier de la Croix Rousse.  

Des affiches accrochées aux murs, des messages publiés sur internet et les réseaux sociaux. Tous les moyens ont été mis en œuvre afin qu’un maximum de personnes participent au projet.  

Il aurait pu être invisible, mais il ne l’était pas du tout. Ramasser les poubelles, c’est vraiment un métier ingrat et lui il en faisait quelque chose avec le cœur. Et c’est ce qui fait qu’on lui dit merci aujourd’hui. Il ne faisait pas que ramasser les poubelles du quartier. Il était là tous les matins, il nous donnait du soleil quand il faisait gris et tous les autres jours, avec une constance sans faille. Finalement, son métier c'est sourieur.

Emmanuelle Valli

Habitante du quartier de la Croix Rousse

Samedi, lors d'une cérémonie, tous les habitants du quartier s'étaient réunis pour lui offrir le cadeau. 

Un retour au Sénégal

“Je suis content. Je suis super content. Maintenant, tout le monde connaît mon prénom. Tout le monde dit monsieur Doucouré, Monsieur Demba”, souligne le sexagénaire, éboueur en France depuis près de 44 ans. Il a aimé faire ce métier, bien que difficile. Aujourd’hui retraité, il prévoit de partir au Sénégal pour rejoindre sa femme et ses huit enfants.  

Et pas question pour lui de s’arrêter de travailler. “Ah non non non, on ne se repose pas", conclut l’ancien éboueur. Dans son village, situé à 800 kilomètres de l’océan, à une encablure de la frontière mauritanienne, Demba Doucouré cultivera la terre de son jardin, pour produire des cacahuètes, entre autres.