Journée mondiale du climat : un institut unique en France forme à la transition écologique à Lyon

Une école de la transition écologique et solidaire a ouvert ses portes en septembre 2020 à Lyon. Une cinquantaine d'étudiants y suivent un parcours d'un an, accompagnée par des associations, des entreprises et des enseignants pour concilier idéaux et vie professionnelle. 
50 étudiants se sont inscrits dès la première rentrée de l'Institut Transitions à Lyon en septembre 2020
50 étudiants se sont inscrits dès la première rentrée de l'Institut Transitions à Lyon en septembre 2020 © Institut Transitions

Un centre de formation unique en France a vu le jour à Lyon et propose des formations professionnelles à destination des "artisans de la transition écologique". En clair l'équipe fondatrice, issue de l'association citoyenne lyonnaise  Anciela, est partie du constat que de plus en plus de personnes souhaitaient donner du sens à leur activité professionnelle, mais ne savaient pas comment s'y prendre.  

Certains étudiants vont changer de voie, d'autres approfondir leurs compétences pour agir en faveur de l’écologie au sein de leur entreprise.
Certains étudiants vont changer de voie, d'autres approfondir leurs compétences pour agir en faveur de l’écologie au sein de leur entreprise. © Anciela

Histoire de l'économie sociale et solidaire, philosophie de la transition, politiques publiques, les programmes ont pour but de s'outiller pour penser et accompagner le changement vers une société plus écologique. "Le confinement a été l'accélérateur d’un processus bien engagé. Le déclic, c’était la démission de Nicolas Hulot pendant l'été 2018 et les marches pour le climat qui ont suivi. Nous avons voulu proposer des cycles de formations à celles et ceux qui avaient le sentiment que leur contribution était insuffisante face aux défis écologiques", explique Martin Durigneux président d'Anciela et co-fondateur de l'Institut Transition.  

 
Marche pour le climat 16 mars 2019 à Lyon
Marche pour le climat 16 mars 2019 à Lyon © France 3 Auvergne Rhône-Alpes

50 étudiants pour la première promotion 


Mettre en place des actions en faveur d'un changement de mentalités au sein de son entreprise, lancer une activité libérale ou commerciale selon certaines valeurs de l'économie sociale et solidaire : le programme de cet institut tente de répondre aux attentes de plus en plus nombreuses pour devenir “artisans de la transition”. "Il s'agit non seulement de proposer des connaissances générales et fondamentales, mais aussi d'organiser des rencontres inspirantes avec des acteurs de terrain qui partagent leurs connaissances pratiques et fertiles", précise Martin Durigneux.  
Dès sa première rentrée cette école spécialisée a fait le plein dans ses formations longues prévues sur une année. 50 étudiants ont entamé le cursus intitulé "Nouvelles voies". 
 

Des profils très variés, pas toujours issus du monde associatif

 
Du jeune de 22 ans qui cherche à donner du sens à son parcours de formation, au salarié de 57 ans qui veut engager un virage concret pour sa fin de carrière, les profils sont multiples au sein de la première promotion.  
Lors de la rentrée en septembre 2020, il a fallu refuser des candidats. Les quarante places initialement prévues ont été rapidement pourvues et l’équipe de 22 enseignants a finalement fait le choix d’accompagner une cinquantaine d’étudiants. Nicolas Davaze, 39 ans explique, sourire aux lèvres qu'il est en pleine crise de la quarantaine. Le ton plus grave, il explique son choix de quitter le poste qu'il occupait depuis quinze ans dans l'industrie agro-alimentaire "J'ai réalisé que je n'arrivais plus à expliquer à ma fille que notre monde changeait et que j'allais au travail tous les jours avec le sentiment d'être du mauvais côté. Je voulais contribuer à ma petite échelle. Mais je viens du monde traditionnel, je ne connaissais que très peu le monde associatif. Au bout d'un an après ma démission, je savais que je voulais travailler autrement mais il me manquait un facilitateur."

Nicolas a donc intégré le programme Nouvelles Voies sur un an, avec un budget de 4000 euros pour une formation pratique et théorique. Les frais peuvent être adaptés aux moyens des candidats et sont aussi souvent financés par les entreprises. Après quatre mois de cours et de rencontres, Nicolas Davaze avoue qu'il craignait d'être jugé ou de se retrouver dans un univers culpabilisant."Mais au contraire, je suis plus à l'aise, j'y vois plus clair. J'ai vécu pendant quinze ans dans un univers très normé. J'ai fait une grande école, suis entré dans une grande entreprise et là il faut désapprendre, se projeter professionnellement dans un univers où il faut accepter de prendre des risques." Sans savoir encore où, ni comment, il espère mettre son expérience et ses compétences logistiques au service de modèles alimentaires en circuits courts. 
  

11 webinaires gratuits en ligne jusqu'en janvier 


Depuis novembre 2020, et le début du re-confinement, l'Institut a décidé de proposer gratuitement onze modules de formation accessibles à tous sans condition.  Des webinaires diffusés en ligne jusqu'en janvier et qui ont rassemblé jusqu'à 220 personnes en simultané.  
Dérèglement du climat, effondrement de la biodiversité, pollutions dans les villes et les campagnes, fragilités humaines, autant de thèmes sur lesquels les intervenants souhaitent développer un pouvoir d'agir. Toutes ces thématiques sont également proposées en formations courtes dites "Inspirations". Des formations professionnelles d'une trentaine d'heures destinées à des personnes qui souhaitent enrichir leurs connaissances dans un domaine précis sans s'engager sur une année entière.  Ici l'Institut compte 3 ou 4 inscrits par session pour une quinzaine de places. 
 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement écologie éducation société transition énergétique énergie vie associative