La milliardaire américaine Michele Kang, propriétaire du Washington Spirit aux États-Unis, annonce qu'elle va prendre le contrôle de la section féminine de l'OL. Une super-structure multi-clubs inédite devrait voir le jour.

C'est désormais officiel, club phare du football féminin mondial, l'OL va passer sous le contrôle de la femme d'affaires américaine Michele Kang, déjà propriétaire du Washington Spirit aux États-Unis.

Quelques jours après s'être séparé du président historique de l'OL Jean-Michel Aulas, le nouveau propriétaire américain John Textor vend la structure féminine du club.

L'accord prévoit de l'intégrer dans une structure multi-clubs dont elle sera actionnaire majoritaire et présidente. "Le closing devrait avoir lieu à la fin juin 2023", car la transaction est soumise à certaines conditions, "notamment l'approbation de la National Women's Soccer League (NWSL) aux États-Unis et l'obtention de diverses autorisations de tiers en France", précise le communiqué signé mardi 16 mai par l'OL Groupe et YMK Holding, propriété de Michele Kang.

"C'est un grand honneur pour moi de piloter ce projet sans précédent", poursuit celle qui a fait fortune aux États-Unis grâce à Cognosante, une entreprise spécialisée dans les technologies innovantes du secteur de la santé, qu'elle a fondée en 2008. La femme d'affaires, originaire de Corée du Sud, est également à la tête de Cognosante Ventures, une société de capital-risque qui investit dans le monde des start-ups.

Création d'une super-structure inédite dans le football féminin 

Le but de l'opération est de créer "une nouvelle entité indépendante" : l'OL Groupe doit apporter, via une opération d'échange de titres, son équipe féminine. Michele Kang, par l'intermédiaire de YMK Holdings, doit apporter la majorité des parts du Washington Spirit.

"C'est la première fois qu'une telle structure multi-clubs existe au niveau du football féminin. C'est vraiment une nouvelle étape", a expliqué Mme Kang dans un entretien accordé à l'AFP. La répartition des parts dans cette entité sera "52 % pour moi et 48 % pour OL Groupe", a-t-elle précisé sans dévoiler la valeur de la transaction.

"Chaque club conservera sa propre identité établie, dans le respect de son héritage et de sa communauté de supporters", insiste le texte. "Des investissements significatifs seront consacrés de manière centralisée au développement de ressources partagées entre toutes les équipes du groupe, telles que la science et la technologie de la performance, l'analyse de données, le recrutement mondial et le développement du personnel sportif", selon la même source. 

À terme, "la nouvelle organisation a pour objectif d'acquérir des clubs supplémentaires dans d'autres pays en Europe, en Amérique du Sud et en Asie", selon la même source. 

Fin de l'OL Reign

Cette vente signifie également la fin du rapprochement entre l'OL et sa filiale américaine, l'OL Reign. Début 2020, l'OL Groupe s'était porté acquéreur du club américain basé à Washington à hauteur de 89,5%. Il a entamé un processus formel de vente de ce club de la NWSL afin d'éviter tout futur conflit d'intérêt au sein de cette ligue.

L'équipe féminine de l'Olympique Lyonnais a été huit fois lauréate de la Ligue des champions, un record, sous la houlette de l'ex-président Jean-Michel Aulas. Le club féminin a également remporté 15 fois le championnat de France.

Avec AFP