L'université Lyon 3 prévoit de retirer le titre honorifique de "Docteur" donné à l'ancien Président dictateur du Burkina Faso

Publié le Mis à jour le

18 ans après avoir accordé le titre de "Docteur honoris causa" à Blaise Compaoré, condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat de Thomas Sankara, l’Université Lyon 3 souhaite revenir sur cette distinction.

En 2004, Blaise Compaoré était décoré du titre de "Docteur honoris causa" de la prestigieuse université Jean Moulin dite Lyon 3. 

L'ancien dictateur du Burkina Faso a été "condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat, entre autres, de Thomas Sankara. Cette décision a été prise  "pour que l’université lyonnaise "lave l’affront  fait aux valeurs universitaires autant qu’au peuple burkinabé", explique Éric Carpano, le président de Lyon 3 dans un communiqué. 

L’ancien président burkinabé Blaise Compaoré a été condamné par contumace le 6 avril dernier par le tribunal militaire de Ouagadougou. Il a été jugé coupable d' "atteinte à la sureté de l’Etat" , "recel de cadavre" et "complicité d’assassinat", dans le cadre du meurtre, entre autres, de Thomas Sankara survenu le 15 octobre 1987 et du coup d’Etat lui permettant d'accéder au pouvoir. 

Une réputation à défendre

La réputation de l'Université Lyon 3 a déjà été ternie par plusieurs affaires. Historiquement les accusations de négationisme et les influence de certains groupes radicaux lui ont valu une image de "fac de droite, voire d'extrême droite". Plus récemment, des problèmes de racisme et de harcèlement ont été dénoncées par l'Unef. L'Unef, qui depuis 2004 dénonçait la distinction honorifique de Blaise Compaoré par Lyon 3 et faisait partie des associations qui à l'époque, avaient appelé à manifester contre cette décision. Dans un courrier adressé au président de l'université de l'époque l'association étudiante s'interrogeait déjà: 

"Quels éléments peuvent permettre à une Université de décerner un titre honorifique au responsable d’une telle gabegie, accompagnée d’une multiplication des violations des droits de l’Homme, au mépris d’un peuple soulevé comme un seul homme depuis fin 1998 sous le mot d’ordre « trop c’est trop » ?"

 Les distinctions de 2022

 Le 19 septembre 2022, deux éminents professeurs de droits ont été nommés "docteurs honoris causa" de l'université Lyon 3. 

Johannes MASING



Diplômé de droit, de philosophie et de musique, professeur de droit constitutionnel à l’université de Fribourg-en-Brisgau, ancien Juge à la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe entre 2008 à 2020, ancien directeur du Département de droit de l’environnement de son université.



Ses travaux portent sur la défense des droits fondamentaux et plus généralement sur l’analyse des interactions des différentes protections en matière de droits humains au niveau national, européen et international.



 

Philippe SANDS



Professeur de droit et avocat, Philippe Sands est un  engagé dans la défense des droits de l'Homme, dans l’affirmation de la justice internationale et fait partie des pionniers dans la définition du crime d’écocide. Récemment, il a été l’un des premiers avocats internationaux à demander la création d’un tribunal pénal spécial pour juger le crime d’agression commis contre l’Ukraine.

closevolume_off 

Dans un communiqué, M Carpano précise que "ce qui était déjà inacceptable en 2004 l’est encore davantage aujourd’hui" et que "l’Université Jean Moulin a gravement manqué à ces valeurs en décernant le 23 avril 2004" un titre à Blaise Compaoré,  un homme " ayant asservi son peuple durant des années et symbole d’une francophonie dévoyée par le néocolonialisme de la « Françafrique »". La décision de lui retirer son titre sera soumise au prochain conseil administratif de l’université. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité