La dernière ferme de Lyon a trouvé repreneur : retour sur un siècle d'agriculture aux portes de la ville

C'est une histoire vieille de plus d'un siècle : la ferme Saint-Rambert à Lyon cherchait un repreneur depuis six ans. Transmise de génération en génération, elle sera désormais gérée par une société coopérative emmenée par de jeunes agriculteurs.

Pierrot, le dernier fermier de Lyon, a trouvé un groupe de jeunes repreneurs pour son exploitation. Il cherchait à passer le relais depuis six ans : "moi, je suis soulagé" explique-t-il. "C'est vrai que je suis la 4e génération, mon arrière-grand-père a loué à partir de 1896, donc la passation s’est bien faite pendant 130 ans à peu près... Ça va me faire du bien au dos, je suis content d’avoir fait ça" se réjouit-il humblement. Louis-Pierre Perraud, représente la 4e génération d'une famille installée sur ces terres dont il se réjouit qu'elles ne se fassent pas grignoter par la ville. 

durée de la vidéo : 00h01mn46s
La dernière ferme de Lyon a trouvé repreneurs ©France TV

Une histoire de résistance 

Aujourd'hui le fermier est âgé de 62 ans, il est né à Saint-Rambert, dans la ferme de ses parents située dans ce qui est devenu un quartier du 9ᵉ arrondissement de Lyon. Il y cultivait fruits et légumes sur une dizaine d'hectares, sur une vingtaine de parcelles au total, et proposait de la vente directe deux fois par semaine dans son petit magasin. Si l'exploitation a été encerclée par la ville, d'année en année, Louis-Pierre Perraud a toujours été  "fier de résister" à cette urbanisation galopante.

Une agriculture intelligente 

Un groupe de 10 associés va reprendre l’activité. La métropole, la mairie de Lyon et celle de Saint-Cyr-au-Mont-d’or ont prévu de participer à leurs investissements. Élevage, arboriculture, du maraîchage ou encore des vignes bio... Le défi pour la nouvelle génération est de s'inscrire dans le respect d'une terre respectueuse de l'environnement et des écosystèmes. On y pratiquera donc toujours une agriculture raisonnée, locale et fidèle aux valeurs de la famille fondatrice. 

"Je ne me serais pas installé sur une autre ferme que celle-ci" affirme Simon Pascault, directeur général de la SCIC La ferme de Lyon.

"Parce que pour moi, elle représente tous les enjeux auxquels l’agriculture est confrontée : y a la pression foncière décuplée ici, la perte de la personne qui part à la retraite et pas forcément de reprise... Quand je pense qu’ils ont résisté pendant 130 ans, j’avais envie de voir perdurer tout ça".  

De moins en moins de terres agricoles 

Une exploitation sur quatre a disparu entre 2010 et 2020, selon la dernière étude de l'Observatoire des espaces naturels et agricoles dans l'Ouest-Lyonnais. Ce même observatoire constate que la population agricole est vieillissante : en 2020, les 55-60 ans qui sont majoritaires et parmi les chefs d'exploitation, plus de la moitié avait plus de 50 ans en 2020. Le défi de la transmission des terres est donc un enjeu territorial majeur au-delà de cette exploitation emblématique. 

La Métropole de Lyon, la ville de Lyon et la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or vont créer avec le repreneur une société coopérative et ont déclaré vouloir en faire une vitrine de la transition agroécologique.