Législatives 2024 dans le Rhône. Découvrez les visages et les parcours des 14 candidats élus députés

Trente-trois candidats s'affrontaient dans le Rhône pour ce deuxième tour des élections législatives anticipées. Huit députés sortants ont été réélus. À l'issue de ces élections législatives anticipées, le département compte désormais sept députés Nouveau Front populaire, un seul député Les Républicains. La macronie perd la moitié de ses huit députés. Le RN envoie deux députés au Palais Bourbon.

Dans le Rhône, 13 circonscriptions étaient encore à pourvoir au soir du 1ᵉʳ tour des élections législatives anticipées. La députée sortante écologiste Marie-Charlotte Garin avait été réélue dès le 30 juin dans la 3ᵉ circonscription. Une circonscription lyonnaise. 

7 députés de gauche et écologistes, 2 RN, 1 LR, 4 députés dans le camp présidentiel

Au soir du 2ᵉ tour, la gauche unie (PS, LFI) et les écologistes sont les grands gagnants à Lyon : cette coalition Nouveau Front populaire remporte le grand Chelem, les quatre circonscriptions. Au total, sur le département du Rhône, sept députés de la gauche et des écologistes ont été élus (1ère, 2e, 3e, 4e, 6e, 7e et 14e).

Le Rassemblement National remporte deux circonscriptions : la 8ᵉ et la 13ᵉ. Le parti LR perd un député et ne conserve qu'une circonscription, celle du Beaujolais où le député sortant Alexandre Portier est réélu face au candidat Patrick Louis. 

Modem, Agir ou les candidats réunis sous la bannière présidentielle Renaissance remportent quatre circonscriptions (5e, 10e, 11e et 12e). Quatre députés sortants de la macronie perdent leurs circonscriptions : Anne Brugnera perd la 4ᵉ circonscription, Thomas Rudigoz perd la 1ʳᵉ circonscription, Sarah Tanzilli s'était désistée dans la 13ᵉ. L'ex-LR Alexandre Vincendet, qui était en campagne sous la bannière Horizons, dans la 7ᵉ circonscription, est aussi à mettre au compte des pertes de l'ancienne majorité présidentielle. 

Anaïs Belouassa-Cherifi (LFI / NFP)

durée de la vidéo : 00h00mn22s
La candidate LFI/NFP remporte la 1ère circonscription du Rhône et fait tombe Thomas Rudigoz ©France Télévisions

Âgée de 29 ans, la militante de LFI a fait partie de l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Anaïs Belouassa-Cherifi l'a remporté avec 46,60% des voix, devançant Thomas Rudigoz (Ensemble) et Laurent Mouton (RN). 

Originaire de Lorraine où son grand-père algérien était venu travailler dans les mines, cette native de Thionville a débarqué à Lyon à 18 ans pour faire ses études. Elle n'a plus quitté la capitale des Gaules, à l'exception d'un master 2 à la Sorbonne en Affaires publiques – administration du politique.
Étudiante, elle s'engage dans le syndicalisme, avec l'Unef. Dès 2017, elle commence à militer avec La France Insoumise, au moment de la présidentielle, un "fil conducteur" qu'elle suit depuis lors.
Elle a également participé à monter le collectif MeToo à Lyon. Elle devient secrétaire de la campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2022, puis des élections européennes pour le compte de la France insoumise, une mission principalement logistique. 

Boris Tavernier (Écologistes)

Boris Tavernier s'est imposé dans la 2ᵉ circonscription de Lyon, avec 58,58% des voix, battant Loïc Terrenes (Ensemble). Ce militant associatif spécialiste des questions alimentaires de 44 ans, n'a jamais adhéré à un parti. Il s'est imposé avec le Nouveau Front populaire. C'est son premier mandat d'élu. Issu de la société civile, il a été investi dans une circonscription convoitée par différents représentants de l'alliance à gauche, afin de succéder à l'écologiste Hubert Julien-Laferrière. Boris Tavernier est cofondateur et délégué général de l'association VRAC France (Vers un réseau d'achat en commun), qui "favorise le développement de groupements d'achats de produits de qualité (biologiques, éthiques, locaux) dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et autres quartiers populaires". L'association a été lancée en 2014 à Lyon, avant de s'étendre en France et en Belgique. 

Fils d'une mère couturière (dans une usine de matelas) et d'un père ouvrier puis employé communal, Boris Tavernier est originaire d'un village rural du Pas-de-Calais, qu'il a quitté à 22 ans pour monter à Lyon un bar associatif avec des amis, avant de se lancer dans le projet VRAC.

Marie-Charlotte Garin (Écologistes)

La députée sortante de 28 ans avait été élue pour la première fois en juin 2022. Elle a été réélue dès le premier tour le 30 juin dernier en récoltant 51,51% des voix dans la 3ᵉ circonscription (3ᵉ, 7ᵉ et 8ᵉ arrondissements).

Fille d'un journaliste et d’une mère secrétaire d'ambassade, Marie-Charlotte Garin est originaire de Vernon dans l'Eure. Issue d'une fratrie de cinq enfants, elle a passé une partie de son enfance à l'étranger, à Chypre. Elle a grandi ensuite en Ardèche. Titulaire d'un master en développement international, elle a commencé sa carrière en 2018 en travaillant pour l'ONG Handicap International où elle rencontre celui qui deviendra le futur maire de Lyon. À l'occasion des élections municipales de 2020, Marie-Charlotte Garin a rejoint le parti politique Europe Écologie Les Verts et s’implique dans la campagne municipale de  Grégory Doucet. Après la victoire des Verts à Lyon, elle devient collaboratrice pour le groupe à la municipalité. Nommée directrice de cabinet de la maire du 5e arrondissement de Lyon, elle est investie l'année suivante par la Nupes pour briguer la 3e circonscription du Rhône en juin 2022. À 26 ans, elle s'impose alors face à Sarah Peillon, candidate LREM. Elle devient l'une des plus jeunes députées de France.

Sandrine Runel (PS/NFP)

La socialiste Sandrine Runel l'a emporté avec 42,48% des voix, devant la députée sortante Anne Brugnera (Renaissance) et le RN Yannick Chaumont. Elle a fait basculer cette circonscription traditionnellement acquise à la droite et que le parti présidentiel avait fait tomber en 2017.  Sandrine Runel, 45 ans, a fait partie dimanche des quatre élus NFP qui ont réalisé le grand chelem à Lyon en remportant toutes les circonscriptions intra-muros.

Diplômée d'un DEA de Sciences politiques (2002) et d'un Master en Urbanisme (2013), Sandrine Runel a été directrice régionale à Lyon de la Fédération des acteurs de la Solidarité (FAS) qui regroupe des centaines d'associations, dont Emmaüs ou l'Armée du Salut. Élue conseillère générale PS dans le canton de Lyon IX, qui inclut le quartier sensible de la Guillotière, en 2008, elle intègre la commission "action sociale"du département, avant de devenir en 2014 adjointe au maire du 8ᵉ arrondissement, déléguée à la santé et à la démocratie participative, et conseillère métropolitaine. Réélue à la Métropole en 2020, elle prend la tête de la commission développement solidaire et action sociale. Adjointe au maire écologiste de Lyon chargée des Solidarités et de l'Inclusion sociale depuis 2020. 

Blandine Brocard (Modem)

Blandine Brocard est élue députée pour la 3e fois avec 45,66 % des voix. Elle permet à la majorité présidentielle de conserver la circonscription de Caluire et des Monts d’Or. Au deuxième tour, les électeurs ont placé en seconde position la candidate RN  Sasha Bitoum  (29,2%). Le candidat NFP  Fabrice Matteucci n’est arrivé qu'en troisième position, et a même perdu des voix entre les deux tours (passant de 26,5% à 25,10% des suffrages). En 2017, Blandine Brocard avait ravi ce territoire à Philipe Cochet, maire LR de Caluire, lors d'un duel. Confrontée à une triangulaire, la réélection de la candidate Modem a été plus compliquée qu’en 2022. 

Originaire de Strasbourg, Blandine Brocard, 44 ans, a été conseillère municipale de Saint-Germain-au-Mont-d'Or de 2014 à 2020. Blandine Brocard est adjointe au maire de  Saint-Germain-au-Mont-d'Or, déléguée aux sports, associations et loisirs depuis 2014 jusqu'au 17 juillet 2017, date à laquelle elle a démissionné conformément à la loi sur le  cumul de mandat. Elle est toutefois restée conseillère municipale. Elle a travaillé comme juriste pour l'Association des maires ruraux de France  pendant sept ans.

Gabriel Amard (LFI /NFP)

Gabriel Amard, député sortant Nouveau Front populaire-LFI, a remporté ces élections législatives anticipées 2024. Le gendre de Jean-Luc Mélenchon conserve son siège de député de la 6ᵉ   circonscription (Villeurbanne) décroché en 2022. Une victoire d'une courte tête avec seulement 570 voix d'avance devant Jean-Paul Bret, pourtant en ballottage très défavorable à l'issue du 1ᵉʳ tour. L'ancien maire socialiste de Villeurbanne a bénéficié du soutien de nombreux élus locaux, et notamment de ses anciens adversaires. Jean-Paul Bret a fait peur jusqu'au bout à son adversaire. 

Originaire de la région parisienne, Gabriel Amard, 57 ans, a commencé sa carrière politique à la fin des années 1980 en tant qu'adjoint au maire de Longjumeau. Il fait toute sa carrière en région parisienne avant d'être parachuté en Auvergne Rhône-Alpes. Il a notamment été maire de Viry-Châtillon, entre 1995 et 2006, conseiller régional d'Île-de-France de 1998 à 2001. En 2008, Gabriel Amard a quitté le Parti socialiste pour rejoindre Jean-Luc Mélenchon. Cet insoumis de la première heure a également été conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Un siège qu'il a abandonné, frappé par la loi sur le cumul des mandats.

Abdelkader Lahmar (LFI / NFP)

durée de la vidéo : 00h00mn38s
L'enseignant de Vaulx-en-Velin devient député nouveau Front Populaire - 7/7/24 ©France Télévisions

Le candidat de la gauche a battu le député sortant et ancien maire de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet, et le RN Cédric Pignal. Il était en ballottage très favorable à l'issue du premier tour, avec 46% des voix. Il s'est largement imposé et a fait basculer la circonscription. "Je serai un député engagé, de résistance", a déclaré au soir de sa victoire Abdelkader Lahmar qui se présente aussi comme "un député de l'apaisement".

Très implanté à Vaulx-en-Velin, Abdelkader Lahmar a été pour la première fois présent sur une liste électorale aux municipales de 1995, sans étiquette politique. Il fait aussi partie d'un réseau d'associations nationales issues des quartiers.

Il s’était déjà présenté lors des législatives 2022 et avait été battu par le LR Alexandre Vincendet. Âgé de 53 ans, ce militant de gauche des quartiers populaires, est très attaché au quartier du Mas du Taureau. Abdelkader Lahmar est enseignant.  Le nouveau parlementaire "héritier de l'immigration" est né et a grandi à Vaulx-en-Velin. Il travaille dans un lycée de la ville. "Voilà 28 ans que je suis dans le même établissement, ça va être difficile pour moi de quitter ce milieu", a déclaré le nouveau député de la 7ᵉ circonscription du Rhône, très ému. 

Jonathan Gery (RN)

Jonathan Gery est un policier de 38 ans. Il a été élu sous l'étiquette Rassemblement national dans la 8ᵉ circonscription du Rhône, détenue par la droite depuis plus d'un quart de siècle. Il arrache ainsi à la droite un de ses fiefs qu'elle avait ravi au PS en 1997, après la dissolution de l'Assemblée nationale par le président Chirac.
Natif d'Aubenas en Ardèche, installé "depuis l'enfance" dans cette circonscription rurale au nord-ouest de Lyon, Jonathan Gery se présente comme un "passionné de politique" issu d'un milieu familial "qui ne l'est pas". Policier à Lyon, il est responsable RN du canton du Val d'Oingt depuis 2021. Il a battu dimanche avec 37,90% des suffrages exprimés la députée LR sortante Nathalie Serre (31,74%), qui s'était imposée en 2022 d'une courte tête face à un candidat Modem, et avait condamné avec force le ralliement d'Éric Ciotti au RN.

Alexandre Portier (LR)

Dans le Beaujolais, le député sortant de la 9 e circonscription, Alexandre Portier (Les Républicains), 34 ans, a été réélu avec 60,37 % des voix face au candidat de l’Union des droites, Patrick Louis. Ce dernier était pourtant arrivé en tête au premier tour, mais le retrait du candidat NFP et le report des voix lui ont été fatals. Patrick Louis n'obtient que 39,63% des voix.

En 2014, Alexandre Portier a été élu conseiller municipal de Villefranche-sur-Saône. Depuis 2017, il était vice-président de la communauté d'agglomération Villefranche Beaujolais Saône et adjoint au maire de Villefranche-sur-Saône. C'est en 2022 qu'il décroche son siège de député face au candidat de la macronie Ambroise Méjean. 

Thomas Gassilloud (AGIR)

Élu maire de Saint-Symphorien-sur-Coise en 2014, Thomas Gassilloud a obtenu l’investiture En marche aux élections législatives de 2017. Ancien chef d’une entreprise d’informatique et ancien militaire volontaire au sein du 7e Bataillon de chasseurs alpins, Thomas Gassilloud était membre de la  commission sur la Défense nationale à l'Assemblée nationale. Le député sortant a été réélu député de la 10e circonscription du Rhône le 7 juillet avec 62,93% des suffrages, lors d'un duel avec la candidate RN Cécile Patout, inconnue dans la circonscription. Il améliore de plus de 15 000 bulletins son score de 2022 face à la candidate Nupes Michèle Edery. Thomas Gassilloud a bénéficié du désistement de la candidate de la gauche Florence Perrin. C'est en 2017 qu'il avait remporté la circonscription face à la candidate LR Sophie Cruz, éliminée dès le 1er tour le 30 juin dernier.

Jean-Luc Fugit (Renaissance)

Jean-Luc Fugit, ,55 ans, conserve son poste de député de la 11e circonscription du Rhône (Givors) ce dimanche 7 juillet au second tour des élections législatives. Il bat le candidat de l’union d’extrême droite (RN/LR), Alexandre Humbert Dupalais, un avocat parisien de 32 ans était arrivé largement en tête lors du 1er tour. Le député sortant a bénéficié du désistement du candidat de la gauche, Abdel Yousfi.

Enseignant-chercheur en chimie, entre 2011 et 2017, il a été vice-président de l’université Jean-Monnet-Saint-Étienne. Il est également docteur en  pollution de l'air. Avant de rejoindre Gérard Collomb dans le Rhône, il a fait ses premiers pas en politique dans la Loire. De 2008 à 2014, il a été élu d'opposition au conseil municipal de  La Grand-Croix, dans la Loire. Puis, lors des  élections municipales  à  Saint-Étienne, il a été candidat  sur la liste  socialiste  du sénateur-maire sortant  Maurice Vincent.  En 2015, pour les  élections régionales, il a été candidat sur la liste socialiste de  Jean-Jack Queyranne. Élu député sous l'étiquette LREM en 2017, il s'impose face à Georges Fenech. Candidat à un second mandat, il a été réélu en  en obtenant 64,09 % face à Abdel Yousfi, candidat  communiste de la NUPES. 

Cyrille Isaac-Sibille (Modem)

Médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL) de formation, d'engagement centriste, Cyrille Isaac-Sibille, 66 ans, a été élu conseiller municipal de Sainte-Foy-lès-Lyon en 1995. Député de la 12e circonscription du Rhône en 2017, investi par le Mouvement démocrate et soutenu par La République en marche (LREM). Il est réélu en 2022 puis en 2024. Il est le fils de Bernadette Isaac-Sibille, première maire du 5e arrondissement de Lyon de 1983 à 1989. 

Cyrille Isaac-Sibille a été le candidat malheureux aux élections législatives de 2007 et 2012 dans cette 12e  circonscription du Rhône, sous l'étiquette MoDem.

Tiffany Joncour (RN)

Tiffany Joncour, 34 ans, a été élue dimanche députée de la 13ᵉ circonscription du Rhône, dans l'Est lyonnais. Avec 51,87% des suffrages, la déléguée départementale du RN, responsable commerciale, a devancé le candidat du Nouveau Front Populaire (NFP), Victor Prandt. Encartée au Front national depuis ses 18 ans et conseillère d'opposition dans le 9ᵉ arrondissement lyonnais entre 2015 et 2020, Tiffany Joncour n'en est pas à son premier coup d'essai. C'était sa troisième tentative pour accéder à la députation. Pour les élections législatives de 2017, elle s'était présentée dans la 3ᵉ circonscription du Rhône avant de le faire à nouveau en 2022 dans la 7ᵉ circonscription, sans succès. 

Idir Boumertit (LFI)

Originaire du quartier des Minguettes, Idir Boumertit est implanté dans la politique lyonnaise depuis plus de 20 ans. De 2001 à 2014, il a été conseiller municipal à Vénissieux, puis maire adjoint de Michèle Picard (PCF) de 2014 à 2022. En 2022, il a été  élu député de la 14ᵉ circonscription du Rhône aux élections législatives, délogeant le macroniste Yves Blein qui briguait un troisième mandat. Membre de la France Insoumise, il a frôlé la réélection au premier tour le 30 juin dernier. Au deuxième tour, il a été réélu face au candidat RN Cédric Mermet avec près de 65 % des voix sur la circonscription.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité