Ligue 1. "On peut encore espérer un réveil de l'OL" : malgré les défaites, les supporters continuent de croire au maintien

Pas une seule victoire en Ligue 1 en ce début de saison. L'Olympique Lyonnais s'est à nouveau incliné dimanche 22 octobre face au Clermont Foot 63 et pointe à la dernière place du classement. Les supporters sont inquiets, mais continuent de croire que le maintien est encore possible.

"C'était un match à 6 points, il ne fallait pas le perdre". C'est sur ces mots que Georges Huguet repart frustré après avoir assisté à la défaite de l'Olympique Lyonnais (1-2) dimanche 22 octobre contre le Clermont Foot 63. Le président de Générations OL, un groupe de supporters né il y a 17 ans, était aux premières loges pour constater le 6ᵉ échec du club sportif en Ligue 1. 

Battu trois fois sur sa pelouse, l'OL enregistre seulement trois points depuis le début du championnat et se classe bon dernier du classement. "On a jamais vu ça", explique le fan inconditionnel des Gones. Le club qui a remporté sept titres de champion de France enregistre son pire début de saison en Ligue 1. 

Un collectif fragile

"On ne comprend pas trop, mais on constate la faiblesse de notre équipe. On paye ce qu'il s’est passé à la mi-saison. On a perdu de grands joueurs, comme Castello Lukeba, alors qu’il aurait fallu en rajouter", ajoute-t-il. Georges Huguet fait référence au départ de trois sportifs, Bradley Barcola, Malo Gusto et Castello Lukeba à Paris, Londres et Leipzig, lors du dernier mercato européen.

"On a quand même une équipe qui n'est pas nulle", nuance le supporter. Il questionne le manque de condition physique, de conviction et d'engagement après les échecs successifs de son équipe.

De son côté, Thierry Boirivent, président de l'Amicale des Rouge et Bleu, un autre groupe de supporters de l'OL, remet en question le jeu collectif de l'équipe. "On a beaucoup de joueurs individuellement qui sont très bons, mais qui ne savent pas jouer collectivement", explique-t-il.

La faute au nouvel entraîneur ? Oui et non. Fabrio Grosso est arrivé le 18 septembre en sachant où il mettait les pieds. "Son prédécesseur avait déjà plein de défaites et on lui demande de tout bouleverser en cours de saison ? C'est compliqué", souligne le responsable de l'Amicale des Rouge et Bleu, avant d'ajouter : "on sent plus de vie, plus de jeu. Il tâtonne. Toutes les semaines, il change les joueurs. Mais ce n'est pas encore ça".

À lire aussi. Olympique Lyonnais : toujours pas une victoire en huit matchs de Ligue 1.

"De l'inquiétude, de la déception, mais pas de colère"

Face à Clermont-Ferrand, l'OL jouait gros et espérait se relancer. Au lieu de ça, "l'inquiétude au début et la déception à la fin", ont pris le dessus, affirme Georges Huguet. "Mais pas de colère", renchérit-il. Un match à l'image de la saison du club, qui, malgré les propos plus nuancés de son directeur John Textor, reste préoccupante.

À la question "doit-on s'inquiéter de la suite des évènements ?", la réponse du dirigeant en conférence de presse était la suivante : "inquiet par rapport à quoi ? Bien sûr que je me fais du souci", a-t-il nuancé avant d'écarter l'idée d'un OL en Ligue 2. "Mais les gens se font du souci sur des choses qui n'ont aucun sens. J'entends parler de relégation… Il n'y a pas de risque de relégation même si on peut avoir une saison médiocre. C'est le risque. Mais vous avez vu la foule ce soir, les joueurs qu'on a. Se faire du souci, ce n'est pas pour nous. Il faut qu'on travaille."

À lire aussi. Fabio Grosso, nouvel entraîneur de l'OL : "on ne peut pas monter le niveau en claquant des doigts"

Pour Georges Huguet, "quand on est dernier d’un championnat, on ne peut pas trop prétendre être en bonne situation." "L'objectif, c'est de se maintenir en Ligue 1 et de finir en milieu de tableau. On ne peut se permettre d'être aussi sûr que John Textor", ajoute-t-il.

Car en plus de prendre le risque de chuter en Ligue 2, le club pourrait voir ses chances de participer au championnat européen s'effondrer. D'autant plus que le directeur du club de la section masculine, Vincent Ponsot, annonce se concentrer entièrement sur la section féminine à partir du 3 janvier.

Contre Marseille, le réveil de l'OL ? 

L'espoir d'un maintien en Ligue 1 perdure pourtant. "Il reste 25 matchs", relativise Thierry Boirivent. "On est beaucoup trop dans une culture de l’instant. Il faut se laisser le temps. Le club est malade et il va falloir le soigner", ajoute le responsable de l'Amicale des Rouge et Bleu, qui évoque la possibilité d'un déclic dans les rencontres à venir.

Pour le prochain match organisé le 29 octobre, l'Olympique Lyonnais affrontera l'Olympique de Marseille, actuellement 8ᵉ de Ligue 1, sur la pelouse du Vélodrome. Les supporters seront présents pour cet Olympico de toutes les surprises.

"Ça sera difficile, mais on peut espérer un réveil de l'OL !", souligne le fan, qui croit l'OL capable de se relever. "On ne l’aborde pas de la meilleure des façons. Mais, on est tellement capable de tout est de rien. On ne sait jamais, ça peut être une surprise", conclut Thierry Boirivent.