Ligue des champions : Camille Abily se livre au jeu “des chiffres et des lettres” avant la finale

Camille Abily, qui dispute jeudi avec l'OL sa dernière Ligue des champions contre Wolfsburg, s'est livrée au jeu "Des chiffres et des lettres" . L'internationale se livre sur sa carrière, ses débuts et ses nouvelles perspectives quand elle aura raccroché les crampons .  

Par Philippe Bette

Camille Abiliy va disputer sa dernière Ligue des champions avec l'OL.Camille, 33 ans, est l'une des francaises aura le plus marqué le football féminin avec 183 sélections en bleu, 4 Ligues des Champions, 11 championnats de France. L'internationale met donc un terme définitif à sa carrière de footballeuse. Elle aimerait bien terminer sur un nouveau titre européen avec un rôle qu'elle espère décisif .


Juste avant se s'envoler pour Kiev, Camille Abily s'est livrée au jeu des chiffres et des lettres. Une partie à laquelle elle s'est prêtée de bonne grâce avec Aude Henry et  Maryne Zammit : 

Pourquoi "23" ? :  Le numéro de son nouveau maillot. Elle s'explique : "Quand je suis revenu à l'OL, il n'y avait plus le numéro 10. J'avais le N° 20 à Los Angeles que j'aimais bien mais qui était pris aussi. Et après 23, ca fait penser à Beckham, Jordan et c'est un numéro qui réussit plutôt bien et voilà, ça s'est fait comme ça . J'aime beaucoup ce chiffre."             

Une lettre ? W comme "Win" (Victoire)  ou "Wolfsburg" ." Oui, ça va être chaud. C'est le meilleur adversaire qu'on pouvait rencontrer en finale. A mon avis, ce sont les deux meilleures équipes d' Europe (...) On les a éliminées l'année passée sur une double confrontation . Elles seront revenchardes. C'est une très belle équipe . Ca va être chaud"     

"80 +1" ? : "C'est le nombre de matches en Ligue des champions. C'est beaucoup. Après, ,j'ai eu la chance d'être dans des clubs qui l'ont jouée à Montpellier pour les premiers matches un peu découvrir le haut niveau et découvrir la Ligue des champions.C'était encore plus sérieux avec l'OL, Gerland, les grands stades avec de très belles affluences . De très grands moments".  

"B comme ...? " : "B comme Bruz. Mon premier club. C'est déjà loin mais je me revois avec les garçons. Huit années. C'était fantastique. J'étais la petite chouchoute puisque j'étais la seule fille. A chaque fois que j'allais à l'entraînement ou à un match, j'avais hâte, hâte, hâte ... J'étais déjà très passionnée  (...) J'ai découvert ensuite le haut niveau avec "le Rheu" (1999/2000) et St Brieuc (2000-2001) et voilà, c'était parti. " 

"33 ?": "Qu'est ce que ça peut-être ? (Rire). Ah ouais, oui, c'est mon âge " 
Une nouvelle vie ? demande Aude Henry. "Pas trop d'appréhension. Je suis quelqu'un qui aime les nouveaux challenges. Quand on arrête cette première carrière, il est important de se fixer de nouveaux objectifs pour justement ne plus se penser au passé et avancer justement (...) Là, je vais pouvoir profiter et apporter encore dans le foot mais d'une autre manière. (...) Je pense que ça arrive au bon moment. J'ai aucun regret d'arrêter." 


Camille Abily n'en dira pas davantage sur son avenir. Elle a passé avec succès son diplôme d'entraîneur et devrait rester dans le milieu du football.                   

"R comme rêve ? " : "J'ai déjà eu la chance d'avoir vécu un rêve éveillé, la chance d'être professionnelle, d'avoir joué avec l'Olympique Lyonnais, de gagner des titres. Là, mon rêve à court terme c'est de remporter la Ligue des champions et d'être décisive. Faire gagner l'équipe, ça serait beau pour terminer"    



 
                  

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus