Littérature : Sorj Chalandon de retour à Lyon à la rencontre de ses lecteurs

L'écrivain et journaliste d'origine lyonnaise Sorj Chalandon était l'invité d'une librairie du 7e arrondissement de Lyon mercredi 13 novembre. Son dernier roman traite avec pudeur du cancer.
Sorj Chalandon a fait le plein à la librairie La Voie aux Chapitres mercredi
Sorj Chalandon a fait le plein à la librairie La Voie aux Chapitres mercredi © Myriam Figureau/France 3 Rhône-Alpes
Sa venue ne passe jamais inaperçue à Lyon. L'écrivain Sorj Chalandon a fait une intense apparition mercredi 13 novembre dans la ville de son enfance à l'invitation d'une librairie du 7e arrondissement de Lyon. Le temps d'une soirée-rencontre avec ses lecteurs pour débattre de son dernier roman "Une joie féroce" (éditions Grasset).
70 lecteurs s'étaient inscrits à cette rencontre que la librairie La Voie aux Chapitres avait programmé pour son 10e anniversaire. Assis un peu partout, au milieu des livres ou même debout derrière la caisse, beaucoup n'auraient manqué ce rendez-vous pour rien au monde tant l'écrivain aime à donner de lui-même pour parler de ses romans.


Car chez Sorj Chalandon, la réalité et l'expérience personnelle ne sont jamais très loin de la fiction. Et dès le début de la rencontre, Sorj Chalandon le dit : c'est en apprenant que sa femme était atteinte d'un cancer, puis 10 jours plus tard que lui-même en souffrait également qu'est née l'idée d'un roman. Le livre raconte le combat de Jeanne, une libraire effacée, à qui l'on annonce un cancer du sein. Et cette combattante qui s'ignore encore, va rencontrer un groupe de femmes, elles aussi atteintes du cancer. Et c'est ensemble qu'elles vont affronter la chimiothérapie, les abandons et les découragements.

"Qu'est-ce qu'on fait quand un médecin dans le silence d'un cabinet de consultation regarde la radio et dit "ha, je crois qu'il y a quelquechose", raconte Sorj Chalandon. "Ma femme est malade et je vais l'accompagner mais je veux que ces choses là restent. Qu'est ce qu'on fait lorsqu'on sort et que là sur le trottoir, elle me dit "je suis en guerre"... C'est quoi être en guerre lorsqu'on a un cancer à part lutter contre la maladie? Et bien c'est qu'on change ! Il y a quelque chose qui s'opère en nous, en vous, dans la tête et dans le corps. En fait ce n'est pas un roman sur le cancer, c'est un roman sur la métamorphose.  Ce dont parle ce livre, c'est ce moment où on apprend qu'on a plus le temps, qu'il n'y aura peut-être plus de demain."


En guerre contre le cancer

Sorj Chalandon, cet ancien petit enfant bègue qui habitait Saint Just (expérience qu'il a racontée dans "Le Petit Bonzi), terrorisé par un père qui finira par être interné "(Profession du Père"), le dit souvent : "je ne sais pas écrire sur quelque chose que je n'ai pas vécu".

Plus tard grand reporteur de guerre à Libération, il note dans son petit carnet sur la page de droite les faits qu'il relatera dans ses articles, et sur la page de gauche, ses impressions, ses sentiments, pages qui viendront largement alimenter ses romans sur l'Irlande 'Mon Traitre" et "Retour à Killybegs (Grand Prix de l'Académie Française en 2011) ou sur la guerre du Liban dans "Le 4e Mur" (prix Goncourt des lycéens en 2013).

 

Cette fois, à défendre son dernier ouvrage, il dit être touché par ce que ses lecteurs lui renvoient. "Habituellement je donne autant que je reçois. Mais là je reçois encore plus que je peux donner.. Moi, j'ai en face de moi des femmes qui enlèvent leurs perruques. J'ai en face moi des femmes qui demandent à tenir mes mains. On ne m'a jamais donné autant de choses que dans ces réunions. Les rencontres avec les lecteurs ne sont jamais à sens unique. Et là encore moins que d'habitude".

 

C'est aussi la première fois que son personnage principal est une femme, Jeanne, dont il décrit avec beaucoup de délicatesse la souffrance mais aussi la renaissance et cette "joie féroce" de mettre la maladie à distance et d'être vivante.
 

Prochain rendez-vous

Sorj Chalandon reviendra à Lyon le 29 novembre à la librairie Pleine Lune de Tassin la Demi-Lune. Et le 30 novembre au salon du livre de Chazay-d'Azergues dont il est un fidèle

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres