LIVRES. Diogène, le bouquiniste du Vieux-Lyon, en danger

Une pétition a été lancée pour sauver cette institution du Vieux-Lyon : la librairie Diogène. Ce bouquiniste, qui fêtera son 50e anniversaire l'an prochain, est aujourd'hui menacé de disparaître du paysage de la rue Saint-Jean. Une menace pour l'équilibre même du quartier.

Depuis un demi-siècle, la librairie Diogène installée rue Saint-Jean, au coeur du quartier renaissance du Vieux-Lyon, attire les fidèles lecteurs. Ce bouquiniste dispose de près de 80 000 ouvrages d'occasion sur près de 250 m². La librairie Diogène est un dédale de livres anciens, de livres d'occasion, de journaux et de bandes dessinées. Rares sont ceux qui ne trouvent pas leur bonheur dans cet impressionnant stock de livres. Il couvre près de 500 ans d'édition. Diogène est une véritable institution lyonnaise dans cette ville d'imprimeurs. Sa réputation a aujourd'hui largement dépassé les frontières du quartier. C'est même devenu un passage obligé pour les touristes bibliophiles. 

Une pétition pour sauver Diogène

"Née il y a presque 50 ans de la passion de Christian pour les livres, Diogène a grandi et évolué avec les différentes équipes qui l'ont fait vivre. Aujourd'hui, c'est une des plus anciennes librairies indépendantes lyonnaises et une des plus importantes bouquineries de France", explique les patrons de la librairie. Mais après un demi-siècle d'existence, cette institution est menacée. Depuis 4 ans, elle est en sursis.

L'immeuble a été racheté par un groupe immobilier en 2018. Le groupe a lancé procédure afin de reprendre les locaux. Mais après plus de deux ans de discussions, aucun accord sur une indemnité d'éviction n'a été trouvé. Une absence d'accord qui mène à une impasse pour les propriétaires de la librairie.

"On attend la décision de justice mais plus elle se rapproche et plus la fin de la librairie se rapproche également puisque vous ne pouvez pas monter un projet sans argent. Tant que vous n'avez pas l'argent  vous êtes coincé ici", explique Laurent Deboeuf, associé de la librairie. "Pour pouvoir partir il faut globalement un an pour pouvoir monter un projet. C'est à dire trouver un local, pouvoir l'aménager et déménager". A ce jour, plus de 9 000 personnes ont déjà signé cette pétition.

Mémoires de Lyonnais

Car les clients de Diogène sont attachés à ce morceau d'histoire lyonnaise. Ils ont tous une histoire unique avec leur librairie. Il a plusieurs générations de lecteurs.

"Avec mes parents, quand on venait le week-end dans le Vieux-Lyon, on avait l'habitude de s'arrêter dans cette librairie. Même si j'étais trop petite pour acheter des libres, j'étais fascinée par tous ces rayonnages avec les vieux livres et cette ambiance," raconte Océane, une jeune femme, devenue cliente à son tour. Pour Marie-Valentine, c'est aussi une histoire particulière : "c'est unique, varié. On y trouve du moderne et de l'ancien. J'y retrouve les étagères de mes grands-parents". 

De son côté, le nouveau propriétaire du bâtiment, le groupe immobilier Maïa, a indiqué par communiqué qu'il travaillait à "un très beau projet". "Il sera concrétisé pour l'ensemble du bâtiment au cours de l'année 2023," selon son directeur général Pierre Neveux.

Equilibre du quartier touristique

Pour l'association Renaissance du Vieux Lyon, ce flou concernant l'avenir du bâtiment classé laisse sceptique. D'autant que l'association se bat pour garder un équilibre dans ce quartier de plus en plus touristique. "C'est un modèle de commerce que l'on demande pour le quartier pour garder cet équilibre : ouvert sur le monde mais aussi respectueux des riverains", selon Frédéric Auria, président association Renaissance du Vieux Lyon. "Le Vieux-Lyon, en tant que cadre de vie, a besoin de ce genre de commerce de qualité".

"Nous ne trouverons jamais l’équivalent de nos locaux actuels, situés dans un prestigieux immeuble du XVe siècle et dans le quartier historique du Vieux Lyon", déplorent les auteurs de la pétition. L'association Renaissance du Vieux Lyon surveille le moindre endroit disponible qui pourrait accueillir le libraire sans trahir son esprit.

Avec M.Figureau et B.Tardy