Lyon : 600 policiers mobilisés pour le match Algérie-Sénégal en finale de la CAN

La métropole de Lyon se prépare à des débordements liés aux supporters de l'équipe d'Algérie, alors que doit se jouer la finale de la CAN (Coupe d'Afrique des Nations), ce vendredi 19 juillet. 600 policiers sont mobilisés et de nombreuses mesures de sécurité sont prévues.
Des casseurs se sont mêlés aux scènes de liesse, le 15 juillet dernier, après la victoire de l'Algérie face au Nigéria en Coupe des Nations d'Afrique (CAN)
Des casseurs se sont mêlés aux scènes de liesse, le 15 juillet dernier, après la victoire de l'Algérie face au Nigéria en Coupe des Nations d'Afrique (CAN) © Joël Philippon / Maxppp
Cette fois, la métropole de Lyon prend toutes les précautions. Après d'importants débordements constatés à Lyon et dans plusieurs villes de la métropole après les derniers matches disputés par l'Algérie dans la CAN (Coupe d'Afrique des Nations), la préfecture et la métropole multiplient les mesures préventives. L'Algérie affronte le Sénégal, en finale de la compétition, ce vendredi 19 juillet à 21h, au Caire (Egypte).

 

600 policiers mobilisés


La préfecture du Rhône mobilisera 600 policiers pour faire face à d'éventuels débordements sur divers secteurs de la métropole. Les trois quarts de ces effectifs devraient être affectés à la ville de Lyon. Il est difficile de mesurer la portée de cette annonce, le nombre de policiers mobilisés lors des dernières rencontres n'ayant pas été communiqué. Le dispositif sera composé notamment d’unités de forces mobiles et de policiers de la DDSP (Direction Départementale de la Sécurité Publique). Des policiers municipaux contribueront à compléter ce dispositif, notamment en ce qui concerne les mesures de restriction de la circulation. Celles-ci sont visibles sur une carte communiquée par les services préfectoraux, notamment sur les réseaux sociaux.
 
 

La métropole agit en amont


De leur côté, les services de la métropole interviennent en amont pour retirer tout ce qui pourrait permettre de créer des armes aux casseurs, sur le même schéma que ce qui était mis en place pour les manifestations de "gilets jaunes": ils retirent les silos à verre et poubelles qui pourraient les alimenter en projectiles, sur des secteurs prédéfinis avec la Préfecture, et contactent les opérateurs pour nettoyer leurs chantiers. 

David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon, a répondu à nos questions sur ce sujet, faisant passer "un message de calme" : "les débordements (...) sont pas le fruit de supporters, de ceux qui aiment leur pays ou leur pays d'attache, c'est le fruit d'un certain nombre de personnes extrêmes, qui se foutent pas mal de savoir qui a gagné ou qui a perdu, ni même de quels sont les pays qui jouent".

L'interview de David Kimelfeld par Julien Sauvadon et Claire Cherry-Pellat :
durée de la vidéo: 02 min 36
David Kimelfeld


 

De nombreuses mesures restrictives

 
Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, a par ailleurs pris un arrêté, prenant effet ce vendredi en début d’après-midi et jusqu’au samedi 20 juillet au matin, interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique, la vente et la détention de pétards ou de feux d’artifices, ainsi que la détention, le transport et la vente de carburant en récipients portables. Le préfet demande également aux supporters de s’éloigner des éventuels fauteurs de troubles, "qui verront les forces de l’ordre intervenir systématiquement, dès lors que des agissements délictueux seraient commis", indiquent les services préfectoraux. Enfin, il demande aux commerçants de prendre toutes les dispositions pour protéger leurs établissements, notamment les vitrines susceptibles d’être dégradées en cas de débordements.

 

De la liesse à la casse


Ces mesures de précaution interviennent après les nombreux débordements survenus lors de la demi-finale de la CAN, au soir du 14 juillet. Des dizaines de véhicules avaient été incendiés, ainsi que du mobilier urbain.

La préfecture nuance en précisant que ces incendies n'étaient pas plus nombreux que lors des précédentes soirées de 14 juillet. Mais des affrontements avaient été constatés entre des casseurs directement liés aux supporters de l'équipe d'Algérie, et les force de l'ordre, durant une partie de la nuit, dans diverses communes (Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Rillieux-la-Pape et Villeurbanne), ainsi que sur les quais du Rhône à Lyon.


 







 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité football sport