Lyon : la cathédrale Saint-Jean poursuit sa rénovation intérieure

Une travée rénovée, une pas encore. Impressionnant, non ?
Une travée rénovée, une pas encore. Impressionnant, non ?

Le chantier de restauration des intérieurs de l'édifice a débuté en 2012. Il a commencé par la restauration de l'abside, du choeur et des chapelles
orientales, puis -sur la tranche de travaux qui vient de s'achever- s'est poursuivi par celle du transept et de la première travée de la nef. 

Par Christian Conxicoeur

Un résultat qui se voit à l'oeil nu, et qui impressionne les badauds venus découvrir cette primatiale (presque) new look, qu'ils soient ou non familier de l'architecture chrétienne.
Des murs d'un blanc presque immaculé, un choeur lumineux, des effets de reflet qu'on pensait impossible. C'est là le résultat de deux tranches de travaux. Pour obtenir cet éclat, certaines parties de la frise ont même été nettoyées ... au coton-tige.

Voyez le résultat avec le reportage de sandie Goldstein et Jean Christophe Adde. 

 

Lyon : la cathédrale Saint-Jean poursuit sa rénovation intérieure

 

Histoire de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon est classée au titre des monuments historiques sur la liste de 1862 et est propriété de l'Etat comme presque toutes les cathédrales de France. Elle se trouve au coeur du site historique de Lyon inscrit par l'UNESCO sur la liste du patrimoine mondial et du premier secteur sauvegardé de France créé par André Malraux en 1964.

L'actuelle cathédrale Saint-Jean-Baptiste, siège de l’évêché du primat des Gaules, a été élevée à partir du XIIe siècle, en bord de Saône. Elle était le coeur d’un imposant ensemble cathédral (ou groupe épiscopal) dont sont encore visibles le palais Saint-Jean, l’archevêché ou maison Saint-Jean- Baptiste, la Manécanterie (bâtiment qui accueillait les chantres) et les ruines du baptistère et de l’église Sainte-Croix (présentées au sein du « jardin archéologique » qui jouxte la cathédrale).

L'implantation du christianisme en Gaule

Le christianisme s’est développé à Lyon, alors capitale des Gaules, dès le IIe siècle de notre ère. La ville est donc un des berceaux de la foi chrétienne occidentale. C’est pourquoi l’Eglise de Lyon bénéficia d’un prestige particulier tout au long de son histoire et sera le centre rayonnant de l’évangélisation de la Gaule. La plus ancienne trace écrite de la présence du christianisme à Lyon et en Gaule apparaît dans la première moitié du IVe siècle et la ville devient le siège d’un évêché à la même période. L’église Saint-Jean est, dès cette époque, considérée comme la « maxima ecclesia ».

La construction de la nouvelle cathédrale Saint-Jean-Baptiste En 1079, le pape Grégoire VII accorde à l’archevêque Gébuin le titre de primat des Gaules et étend ainsi la suprématie religieuse du groupe cathédral de Saint-Jean sur l’ensemble du clergé français. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, l’archevêque Guichard, décide de fortifier le quartier canonial et de bâtir une nouvelle cathédrale sur l’emplacement même de la première. Ses
successeurs poursuivront assidûment son oeuvre.

En 1312, le roi de France, Philippe Le Bel prend possession de la ville qui acquiert son indépendance administrative en 1320. Le chantier est momentanément interrompu. Il prendra fin au XVe siècle, avec la construction de la tour sud du transept. Les chapelles latérales, qui correspondent à des fondations privées de chanoines ou de grandes familles, sont plus tardives. La plupart ont été édifiées au XVe siècle. Les deux dernières chapelles
datent de la première moitié du XVIIe siècle.

Sur le même sujet

Les + Lus