Lyon fête les 20 ans de son inscription au patrimoine mondial de l'Unesco

La ville de Lyon a commencé a célébrer, en cette semaine du 20 mars, le 20ème anniversaire de l'inscription d'une partie de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco. Une reconnaissance internationale majeure, qui a permis de booster le tourisme.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La ville de Lyon a commencé a célébrer, en cette semaine du 20 mars, le 20ème anniversaire de l'inscription d'une partie de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco. 



10% de la ville labellisé


Il y a 20 ans, le 5 décembre 1998, l'Unesco apportait le prestige de son fameux label sur ces 427 hectares de la ville. L'inscription concerne 10% de la  ville, de la colline de Fourvière au Vieux Lyon, en passant par la presqu'île et les pentes de la Croix-Rousse. Une reconnaissance importante, qui répond à de nombreux critères de sélection (histoire, gastronomie...), et qui incite les sites reconnus à préserver leur authenticité.

Cette année, plusieurs évènements célébreront cet anniversaire, notamment des expositions ou des visites guidées. Et pour cause, ce label est bien plus qu'une reconnaissance internationale.



Un booster pour le tourisme


L'inscription à l'Unesco se révèle un moteur considérable pour favoriser l'attraction touristique de Lyon : le nombre de visiteurs annuels a augmenté de 97 % en 20 ans. Selon les professionnels du tourisme, le label y est pour beaucoup.

Les touristes restent en moyenne deux nuits et demi à Lyon. Pour l'organisme de valorisation touristique Only Lyon, l'objectif est désormais d'augmenter le temps des séjours, et d'en faire bénéficier toute la région. 


Reportage de Renaud Gardette et Claire Cherry-Pellat :