Lyon : il s'appelle Pepper, il mesure 1m20 et fait déjà beaucoup de bruit

Un robot qui donnerait des renseignements, répondrait à vos questions, quelle que soit votre voix. Un robot qui vous rappellerait (gentiment) à l'ordre, ça existe. Il s'appelle Pepper 3e génération et a été présenté au salon Sido, à la Cité Internationale de Lyon.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il mesure à tout rompre 1,20 m de hauteur, sait écouter et divulgue des messages appropriés à son interlocuteur. Son petit nom : Pepper 3e génération. 28 kilos de cartes électroniques, de capteurs, de puces et de logiciels intégrés mis au point par l'antenne lyonnaise de Groupe Gfi, société présente dans 26 pays, en partenariat avec le constructeur parisien Softbank Robotics Europe.

Présenté ces derniers jours au salon Sido, le rendez-vous européen de la robotique, Pepper est taillé sur mesure pour intervenir dans les lieux publics dans le cadre de la pandémie. Idéal pour renseigner, rappeler, de manière assez ludique, les gestes barrières à respecter et insister sur le port du masque. "Son aspect sympathique entraîne des attitudes de connivence, on a vite fait de se rapprocher de lui", analyse Laurent Marciniak, responsable de l’offre robotique de Groupe Gfi. La taille, le design font de ce robot un intervenant non imposant.
Il est doté d’équipements qui lui permettent d’adopter certaines attitudes humaines, tels les tics de comportements, une capacité de mimétisme qui a de quoi bluffer.
 

Pepper en version 3

Né en 2016 dans une première version plus simple que l'actuelle version 3, Pepper 3e génération identifie les visages et arrive à détecter bon nombre d’émotions. "Il entre en interaction grâce à son profil humanoïde", précise Isabelle Donato, directrice de l'innovation de de l'antenne Rhône-Alpes. Adapté à plusieurs configurations de travail, Pepper peut être utilisé à l’entrée de bâtiments, que ce soit un office de tourisme, un centre commercial, un hôpital, ou encore un commissariat. Il peut également naviguer à l’intérieur d’une salle des pas perdus ou dans un le hall d’un aéroport, comme c’est déjà le cas à Bruxelles ou Düsseldorf.

Un robot réactif qui adopte les attitudes humaines

Avec ses trois roues-boules omnidirectionnelles, le robot tourne sur lui-même, réagit au moindre bruit situé dans ce qui échappe à son champ de vision (trois caméras). Des 200 mots qu’il connaissait au début, il est aujourd’hui capable de transcrire des sons en syntaxes, de comprendre certains sons évolués qui sont venus gonfler son stock d’acquisitions. Présent dans une douzaine de pays, dont le Japon où il cohabite avec un millier de familles (!), Pepper 3e génération vise à présent le marché international dans le contexte du Covid – 19. "Il peut jouer une fonction d’interface de dialogue pour des informations ou des médiations. Idéal pour marteler des conseils sanitaires", met en avant Laurent Marciniak. Son coût pourrait être sa limite : 15 000 euros. Mais pour certains établissements, faire passer les messages a-t-il un prix ?